Que se passe-t-il dans la tête de Quentin Dupieux ?

Avis sur Lambs Anger

Avatar Liger
Critique publiée par le (modifiée le )

En toute honnêteté, je n'en ai pas la moindre idée. J'suis même pas convaincu qu'il en sache plus que moi, Dupieux. Lambs Anger est ce que l'on pourrait aisément appeler un bordel électronique de malade. Il apparaît en premier lieu comme étant un ensemble de titres brouillons, sales, dérangés, disposés sans réelle organisation ou cohérence.

Pour ce qui est de la cohérence je ne saurais pas vraiment développer, exprimer ce que je ressens, reste qu'à partir de la troisième écoute environ j'ai eu comme un sentiment de perfection dans la construction de l'album, dans la disposition des tracks. Tout est fait pour nous déstabiliser : à la première écoute intégrale, j'peux vous assurer que passer d'un Positif nickel, compréhensible, organisé, à titre totalement wtf et déstructuré tel que Lambs Anger, ça jette clairement un froid.
Quant au contenu en lui-même, il est tout aussi ouf, et est témoin du foutu génie du bonhomme. Alors que dans certains sons c'est le talent de Oizo pour sortir d'on ne sait où d'excellentes compos, comme par exemple sur Pourriture 2 & 7, Cut Dick, vraie perle aux airs funkys et affreusement dansants, Z et W qui préservent cependant une ambiance réellement angoissante, Positif, morceau le plus accessible un peu en dessous musicalement mais qui a le don de me faire rigoler à chaque fois. Et puis à côté de ça t'as l'expression pure et simple de la putain de folie du producteur, de sa passion pour le loufoque, l'improbable, le dérangeant, l'abstrait. J'en tiens pour preuve le titre éponyme Lambs Anger, foutraque au possible, Erreurjean, Gay Dentist, Lars Von Sen (avez-vous jamais entendu 'titre' plus dérangé, plus hors-propos, plus osé ? Sérieusement ?), Blind Concerto ...

Lambs Anger, franchement, ça passe ou ça casse. Quand ça casse, y'a rien à faire, et c'est tout à fait compréhensible : cet album alterne de manière cheloue entre véritable génie de composition et folie destructrice. Quand ça passe, on se sent soudain épris d'un respect profond pour Mr. Oizo, et on s'y attache rapidement, à ce Lambs Anger. Personnellement je me le garde à portée de main pour me le passer à fond le jour où j'aurai envie de tuer tout le monde (faites attention je suis assez instable donc tentez d'éloigner ce disque de moi).

"Larsen, tu siffles dans mes oreilles jusqu'à ce que je saigne." Ce seront les mots de la fin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 175 fois
9 apprécient

Liger a ajouté cet album à 2 listes Lambs Anger

Autres actions de Liger Lambs Anger