Oxmo Puccino, le roi sans carrosse

Avis sur Roi sans carrosse

Avatar Soulyman
Critique publiée par le (modifiée le )

Oxmo Puccino c’est ce rappeur qui a débarqué dans les années 90 avec les X-Men, Baccardi et autres Lunatic. Si la plupart ont complètement disparus de la scène française, certains comme Booba ou Oxmo Puccino sont toujours là. Seulement voilà, quand Booba a décidé de faire un rap de racaille de luxe, Oxmo Puccino a lui décidé de devenir un artiste en élevant le rap dans d’autres sphères. Ce n’était pourtant pas évident à l’écoute d’un flow hésitant qui peut parfois faire sourire quand on se concentre uniquement sur sa voix. Pourtant c’est toujours avec un plaisir immense qu’on le retrouve à chaque nouvel album. La raison est simple, sa plume n’a d’égal que la force des instruments utilisés sur ses chansons et au final sa voix le rend particulier, unique. On vous parle d’Oxmo Puccino aujourd’hui parce que son nouvel album Roi Sans Carrosse est enfin dans les bacs et c’est avec une joie non dissimulée qu’on s’est penchés sur ce nouvel opus.

Le disque commence très fort avec un Oxmo Puccino heureux du mal qu’il n’a pas fait et qui le prône haut et fort sur une chanson douce qui percute sur fond de guitare, les paroles sont fortes, aux antipodes du rap qu’on entend trop sur les ondes. L’album est lancé sur de bonnes bases avec Le Mal Que Je N’ai Pas Fait. Une chanson qu’on vous présentait il y’a peu prend le relais et raconte la jolie vie d’un Artiste sur un rythme assez festif, mais le clip haut en couleurs vous racontera tout ça en mouvement.

Toute la mélancolie d’Oxmo Puccino ressurgit sur Parfois, chanson qui rappelle qu’un combat pour la liberté peut durer éternellement et qu’il ne faut pas oublier ceux qui sont tombés pour préserver la nôtre. Puis Puccino fait du Renaud avec un refrain aux sonorités guerrières à grand renfort de coup de tambour, Pam Pa Nam résonne dans les rues de Paris décrites avec une belle fidélité par le rappeur qui semble beaucoup aimer sa ville. Ça devient sensuel quand les cuivres puis la jolie voix de Mai Lan s’invitent sur La Danse Couchée, à grand renfort de métaphores Oxmo Puccino fait grimper la température avant de très vite la faire redescendre avec Pas ce Soir qui raconte, deux chansons plus tard, les difficultés à créer le désir dans un couple qui commence à se faire vieux.

Entre ces deux moments assez amusants, se trouve pourtant une chanson assez grave qui « se sirote en pleurant » Le Vide en Soi déplore nos pertes au cour d’une vie qui laisse du monde sur le côté, la joie comme une révolte dans une vie infiniment triste. « Prenons nous dans les bras, pendant que le loup n’y est pas. » Alors que la nostalgie d’un autre temps, d’un autre rap, est à la mode, Oxmo Puccino se moque gentiment sur Les Gens de 72, des personnes qui vivent dans le passé et refusent d’avancer en les invitant à y retourner. Une chanson qui est en fait un peu moins bonne que le reste de l’album. Heureusement les affaires reprennent très vite quand de sa plus belle plume Oxmo Puccino signe Un An Moins Le Quart, neuf mois pour ceux qui sont très mauvais en maths, le temps à attendre avant une naissance plus précisément, car oui nous sommes face à un hommage à la paternité pas toujours évidente. La musique y est très belle, l’orchestre s’amuse avec les rimes du rappeur et on aime beaucoup.

Vient maintenant la chanson sautillante qui lançait l’album il y’a quelques mois avec un joli clip. Le Sucre Pimenté se sert d’une plume absurde pour égratigner légèrement les autres rappeurs sur une production très proche de ce que font justement ces autres rappeurs.

La poésie pour conclure un album très complet, qui s’éloigne toujours un peu plus du rap classique, avec Roi Sans Carosse. La plume d’Oxmo Puccino est définitivement une des plus belle de la chanson française actuelle, et il est franchement difficile de continuer à le placer dans les bacs entre un Booba et La Sexion D’assaut. Oxmo Puccino est un artiste réel qui a su changer le rap pour l’emmener plus haut, l’art de banlieue est devenu art tout simplement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 461 fois
9 apprécient

Autres actions de Soulyman Roi sans carrosse