MyMadReview

Avis sur Tetra

Avatar HaveryTwsPische
Critique publiée par le

Avec toute cette attente, je n'ai pas pu me délecter le 4 septembre de la sortie de Tetra, premier album des non moins talentueux C2C (comprenez Coup2Cross).

Explications, Coups 2 Cross c'est le titre d'un morceau de Hocus Pocus (20Syl et DJ Greem) où apparaissent DJ Pfel et DJ Atom (connus également sous le nom de Beat Torrent) en 1998 sur "Seconde Formule".
Quatre turnabilistes de folie qui décident de se réunir pour se présenter à la DMC World Championship...
Et qui le remportent 4 fois d'affilée. Les sets sont d'ailleurs disponibles ici gratuitement.

Aussi, on s'était tous donnés de faux espoirs quant à l'annonce de la sortie d'un album en 2010 à la fin d'une vidéo de leur prestation en 2006. Mais comme un bon biscuit nantais, le temps les a totalement bonifiés.

Leurs side-projects respectifs Beat Torrent et Hocus Pocus les ont fait mûrir, et il y a une semaine, l'association de ces quatre jeunes gens pleins de talent nous a donné un bel album: TETRA.

Tetra: 4

L'album repose logiquement sur l'interactivité entre les quatre turnabilistes de génie.

Le calcul est simple: l'album contient 14 titres. Et même s'il n'y a pas de multiple de 4 dans cette équation, on est déjà au sommet de la résolution d'un autre problème. Toute leur carrière est basée sur le chiffre 4.

Concrètement, on a tous une chanson préférée dans un album, dans mon cas, plusieurs.
Je vais donc entamer mon introspection objective de cet album qui restera à jamais dans les annales. Une sorte de relance de la French Touch et un mélange de style qui ferme une fois pour toute le clapet à ceux qui annoncent la dubstep comme le courant dominant.

Pour le lancement d'un premier album, la chanson d'introduction qui ouvre l'album (et une carrière) doit être à la hauteur.

The Cell, est clairement une cellule de conditionnement. On passe tranquillement dans un SAS de percussions. lointaines. Cette flûte de pan qui vous emmène loin dans un temple Maya caché comme si on ne pouvait échapper au rite de passage de la religion de C2C...
Le rappel qu'on est en présence de quatre magiciens des platines. Le synthé électro (signé Atom sans nul doute...) est ce qui nous accroche à la relance d'un nouveau style musical.
Le scratch revient de plus belle, c'est concrètement la lancée.

Les dés sont lancés.
Cette belle ballade s'enchaîne directement avec Down The Road. On passe de l'apocalypse du 21 décembre à un combat de Cowboys. Personnellement je ne vois pas de Skate et de galaxies dans cette track mais bien Clint Eastwood en train d'achever des alcooliques au fond d'un saloon.
La musique de C2C est pour moi complètement visuelle. On ferme les yeux et on imagine.

"Wake Up, Link!"
Dans les premières notes de King's Season, les amoureux de leur Nintendo64 se sentiront sans doute nostalgique de leur princesse Zelda.
Mais la chanson reste une arnaque qui vous ravira. L'électro pop qu'on nous vend au début se révèle vite être un bon retour au rap pour les braqueurs Nantais, en accord avec leur deux complices Rita J. et Moongaï.

Because of You est un mélange de Gorillaz avec la voix californienne d'un des chanteurs de Lexicon. On peut même s'accorder à trouver du Gonzales dans le jeu de piano qu'on retrouve au break.
Ce n'est ni l'un ni l'autre. Mais bien C2C. Concrètement, on aime ou pas. Mais nous on aime.

Si Para One et C2C avaient eu un enfant, il se serait appelé Delta.
Derrière cette étrange phrase se cache en fait la voix suave et robotique qu'on retrouve dans Passion de Para One, lançant ainsi le morceau très vite rattrapé par des voix féminines robotisées. Une drumline bien trop rythmée, presque rap auquel s'ajoute un riff de piano.
Le son de Para One revient en force détruit par les notes de piano chères à 20syl.
Le rapgame touche à sa fin.

Who Are You, c'est comme si on avait attaché le pianiste de Electric Guest à la main gauche de PFel et qu'ils en auraient fait un morceau.
Ici, c'est Olivier Daysoul qui ajoute logiquement la Soul au morceau. Après You Got The Groove de Digikid84, on peut dire qu'il maîtrise... le groove. Et parce que la touche Hocus Pocus se ressent dans ce morceau, ça fait plaisir de pouvoir apprécier un groupe qui me paraissait étranger auparavant.
La chanson est plus qu'entraînante et on se projette facilement 10 ans plus tard un enfant dans les bras et se demander si on a bien réussi sa vie. On est sentimental ou on ne l'est pas.

Happy, c'est un autre délire. on s'imagine plutôt dans une église de Gospel, à chanter haut et fort en tapant des mains.
J'aurais aimé connaître l'époque "Ray Charles" mais finalement j'aime autant mon époque. L'art de C2C réside dans cette diversité de sons qui t'invitent à découvrir des périodes.
C'est la chanson à mettre dans votre voiture, pour vos enfants avant d'aller à l'école. Celle pour vous marier, pour danser comme moi lors de leurs lives, c'est la chanson qui met de bonne humeur.

Give Up The Ghost, en featuring avec Jay-Jay Johnson. Une pincée de Sexuality, de basses ultra puissantes à la Goin' In. Mais surtout un calme nécessaire pour la middle track de l'album avant la tempête...

De The Beat qu'on a nullement besoin de présenter. Une track que C2C avait caché à ses producteurs, la faisant passer pour un morceau d'un groupe de rap américain. (cc Track By Track sur iTunes)
Ça fonctionne tellement qu'on chante les paroles sans même parler anglais.

Genius, c'est pop/rock. C'est un peu la chanson de fin de vacances offerte par C2C avec Gush. Ça rend nostalgique, ça s'écoute à la tombée de la nuit.

Voyager à Chigago, c'est possible! Avec Together, la house n'aura pas de secret pour vous. Ledeunff & Blitz The Ambassador enchaîne bien ce beat rap aux accords d'une cithare achetée à la sauvette à Chinatown. Ça aurait pû être produit par Nujabes (†) mais c'est bien des Nantais qui ont saisis l'occasion de faire dans l'asiatique.

Arcades, c'est bien le dernier single. Un mélange de carillons offert par 20syl, qui vous fait le même effet que le piano de Justice pour... Tetra de SebastiAn (bizarre coïncidence). Avec un drumrack rap qui vous fait hocher la tête pour rien. Ne vous posez pas trop de questions au sujet de cette track... Elle a déjà fait ses preuves.

L'avant dernière chanson est un Banquet... Un banquet de DJs de renoms: Netik, Tigerstyle, Rafik, Kentaro & Vajra. Vous ne comprenez pas? Lancez le morceau. Ça part dans tous les sens. Tout le monde se sert, montre de quoi il est capable avec des platines. Pour un total de 9 producteurs sur une track de moins de 5 minutes, on peut dire que c'est un condensé de puissance.
On retrouve du scratch rap, dubstep, dub,... Taillée pour l'underground londonien, avec cette voix lo-fi, qui vous fait penser à un message destiné à vous informer d'envahisseurs sonores.
Laissez tomber. Si vous ne l'aimez pas vous n'êtes pas près pour communiquer avec des Decepticons (N.B: Transformers).

F.U.Y.A, le morceau final de leur deux interprétations. Il conclut parfaitement l'album et leur live mais reste le premier vrai morceau jamais achevé de C2C.
Même si ils l'avaient laissé de côté, on apprécie le geste de le remettre sur le devant de la scène.
Il s'accorde bien avec l'introduction, comme si l'album pouvait tourner en boucle. C'est le dernier appel des soldats sur ce roulements de tambours.

Moi j'ai déjà été missionné.
Je rejoins C2C pour la prochaine assemblée.

Pour finir, je vous invite cordialement à faire comme moi et à retrouver quel DJ s'amuse avec quel son. Ça rend l'album toujours plus enrichissant à chaque nouvelle écoute.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 342 fois
11 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de HaveryTwsPische Tetra