Le blog de SensCritique

L'agenda SensCritique

Quand est diffusé le prochain épisode de Game of Thrones ? Le prochain album de Muse sort en juin ou en juillet ? Vous voulez revoir Fight Club, mais vous ne savez pas qu’il passe demain sur D8 ?

Avoir des envies, et les ajouter sur SensCritique, c’est bien... Mais à quoi ça sert si on ne sait pas quand elles sont disponibles ?

Soyez heureux, voici l’agenda SensCritique.

Agenda SensCritique Découvrir l'agenda

Présenté comme un agenda classique et accessible depuis votre menu perso (en haut à droite du site), vous saurez maintenant quand vos envies sont disponibles.

Agenda SensCritique

Maintenant, vous n’avez plus aucune excuse pour procrastiner.

Les épisodes et les saisons arrivent sur SensCritique !

Noter les épisodes et les saisons, suivre sa progression, connaître les prochaines diffusions : vous pouvez maintenant pleinement profiter de SensCritique pour suivre vos séries.

1. Suivez vos séries au quotidien

Pour toujours savoir où vous en êtes, checkez ou notez les épisodes des séries que vous suivez.

Suivre ses séries sur SensCritique Exemple avec The Wire

Pour discuter du dernier épisode de votre série, regardez qui de vos éclaireurs l’a aussi vu.

Détails d'un épisode

2. Ne ratez plus aucun épisode

Depuis votre collection, profitez d'une vue globale de l'avancement de vos séries et restez informés des diffusions à venir.

Votre collection de séries en cours

3. Restez à jour sur l’actualité des séries

Depuis la page d’accueil, gardez un œil sur toutes les saisons en cours de diffusion.

Restez au courant de l'actualité

On ne regrette pas nos efforts car vous étiez très nombreux à attendre cette nouvelle fonctionnalité. Alors, comme d'habitude, on attend tous vos retours.

NB : La base de données n’est pas encore tout à fait complète, elle va s’enrichir dans les semaines à venir, notamment sur les animes.

C’est nouveau, la webapp Sondages de SensCritique

Le top des plaisirs coupables, les meilleurs films de votre enfance, les meilleurs jeux à plusieurs, les meilleurs jeux indés ou encore les meilleures séries avec un anti-héros ! Du plus improbable au plus insolite des sondages, explorez l’univers que vous aimez et découvrez ce que vous attendiez tant, l’œuvre ultime !

Découvrir l'app Sondages Webapp Sondages

Savez-vous que le site compte déjà près de 1 500 sondages, alimentés par près d’1 million de réponses ? Les sondages, ce n’est pas seulement un moyen de découvrir des pépites sur toutes sortes de thématiques, c’est aussi l’occasion pour chacun d’entre vous de participer et d’influencer les résultats. Lorsque nous avons poussé cette fonctionnalité il y a quelques mois, on ne pensait pas atteindre de tels chiffres… Un engouement auquel nous avons répondu de la meilleure des façons.

1 500 sondages c’est beaucoup et vous étiez nombreux à nous demander une amélioration de la navigation. Eh bien, chers membres, soyez heureux : Le Lab (la partie expérimentale de SensCritique) vous a entendu et est très fier de vous proposer une webapp uniquement dédiée aux sondages.

Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? Ce nouvel outil vous permet de découvrir et de dénicher rapidement la perle qui correspond à vos envies. Naviguez dans les différentes catégories que nous avons créées pour vous et trouvez rapidement votre futur coup de cœur.

Webapp Sondages

L’application est à la fois pensée pour les ordinateurs et pour les mobiles, mais cette fois l’accent a été mis sur le mobile, que nous vous conseillons donc comme plate-forme de préférence. Comme toute application de notre Lab, celle-ci est encore en phase de test et reste expérimentale. Nous attendons donc vos retours (bugs, suggestions) afin de la peaufiner et, peut-être, de l’intégrer au site principal.

Découvrir l'app Sondages

Attentifs à vos exigences et à vos usages, c’est grâce à vous que nous continuons de grandir.
Alors, merci.

L'équipe SensCritique

28

SensCritique pour Android est (enfin) là !

Retrouvez le cœur de SensCritique sur votre mobile :

Application SensCritique sur Android

L'application mobile SensCritique se sera faite désirée, on le sait, mais pour les utilisateurs Android l'attente est désormais terminée ! Vous pouvez dès à présent télécharger la première version de notre appli sur Android sur le Google Play Store.

On n'oublie pas pour autant les utilisateurs d'iPhone : une application iOS est bien en cours de développement, on vous rassure. Elle devrait bientôt être disponible. Comme nous vous l'annoncions dans ce post de blog, nous allons avec notre application mobile procéder par étapes.

Cette première version est plutôt épurée mais elle contient le cœur de l'expérience SensCritique. Elle ne contient pas - encore - toutes les fonctionnalités du site et elle s'enrichira de manière régulière, avec de nouvelles fonctionnalités à chaque itération.
Si vous n'avez pas de smartphone Android, sachez toutefois que nous avons passé le site en responsive (pages adaptées au mode de consultation). Il y a encore quelques réglages à faire mais cela se traduit dès maintenant par une expérience de navigation beaucoup plus agréable à partir de vos smartphones et tablettes.

Télécharger l'app

Les principales fonctionnalités

Application SensCritique sur Android

De nouvelles fonctionnalités arriveront au fur et à mesure.

Login

Connectez-vous via Facebook ou avec votre adresse e-mail.

Page d'accueil

Retrouvez les films, séries, jeux vidéo, livres, BD et albums populaires.

Recherche

Trouvez une œuvre via le moteur de recherche.

Fiche œuvre

Retrouvez les informations principales des œuvres :

  • Affiche
  • Bande-annonce
  • Durée
  • Réalisateurs
  • Résumé
  • Casting
  • Note globale
  • Note éclaireurs
  • Classement de l'œuvre dans les sondages
  • Meilleures critiques

Action proposées :

  • Notez les œuvres de 1 à 10
  • Mettez de côté les œuvres que vous voulez voir
  • Partagez vos coups de cœur avec la communauté
  • Indiquez les œuvres que vous consultez en ce moment

Retrouvez des informations complémentaires sur la page mobile.

Télécharger l'app

Enrichir les critiques

Vous aimez les critiques, et nous aussi. Alors on a souhaité leur apporter une nouvelle fonctionnalité : l’enrichissement de critiques. Retrouvez un exemple ici, pour voir ça de vos propres yeux !

Critiques enrichies sur SensCritique

Basé sur le langage de balisage léger markdown, il est désormais possible de mettre en forme vos critiques de manière hiérarchique et harmonieuse avec un équilibre des zones, qui facilite ainsi un parcours de lectures à plusieurs niveaux.
Pour se faire, le système de mise en page mis à disposition vous permet d’enrichir du texte :

  • en gras
  • en italique
  • avec des hyperliens
  • avec des Titres
  • avec des listes
  • avec des “citations”

Et surtout, vous pouvez utiliser l’outil ultime, indispensable pour un critique et ses lecteurs : le système anti spoiler. Cette fonction permet de masquer les zones sensibles d’une critique, soit les parties “spoil”, qui divulguent des informations du film qu’il ne faut pas dévoiler si le film n’a pas été visionné.
En passant votre curseur sur la zone dite, vous accédez immédiatement à la partie spoil censurée.

Modale critique et listes

Pour avoir une idée de la mise en forme de votre critique, le bouton “Aperçu” vous permet de naviguer entre votre texte de base et sa forme future.

À noter, vos précédentes critiques ne sont aucunement affectées.

On vous laisse vous amuser, et critiquer.

Leonardo DiCaprio : au sommet de sa carrière

À tout juste 40 ans, l’acteur américain est devenu l’une des figures emblématiques de Hollywood avec plus de 20 ans de carrière à son actif et pas moins d’une trentaine de rôles obtenus. Zoom sur un acteur à la carrière déjà bien remplie et qui ne cesse de se bonifier, au plus grand plaisir du public cinéphile.

De ses débuts d’enfant star à son statut d’acteur fétiche de Scorsese, nous vous conseillons tout d’abord de jeter un coup d’œil sur cette vidéo d’Official Comedy qui retrace la carrière du comédien en 3 minutes chrono, de quoi rattraper 17 ans de rôles si vous êtes restés figés sur Titanic depuis 1998.

Et comme le dernier film où l'on a eu l'occasion de voir Leo est à ce jour Le Loup de Wall Street que vous avez d'ailleurs élu comme le meilleur film avec Leonardo DiCaprio dans notre Top 15 dédié à la carrière de l’acteur, nous saluons son interprétation :

Le Loup de Wall Street

Mieux vaut la qualité que la quantité

Le mérite de l’acteur réside également dans ses choix cinématographiques, exécutés avec une ultime attention. Les personnages qu’il incarne à l’écran reflètent uniquement ses sélections coup de cœur, toujours pour des rôles prépondérants comme il l’explique lui-même :

Leo - « La seule chose qui m’intéresse, c’est le profil du personnage que l’on me demande d’incarner et l’histoire que l’on me demande de raconter.
Et plus ces personnages sont complexes, plus on a du mal à les cerner, plus je ressens le besoin de mettre en lumière leurs zones d’ombre.
»

Et lorsqu’on lui demande :

Journaliste - « M. DiCaprio, est-ce que ne serait pas sympathique de faire, au moins une fois, une comédie romantique nunuche ? »

L’acteur ne manque pas de répondre :

Leo - « Je suis tout à fait ouvert pour jouer dans une comédie romantique mais je ne ferai jamais un film juste parce qu’il évoque un genre spécifique ou parce que cela s’avère être le bon moment de faire un type de film différent. (...)
Car en fin de compte c’est seulement lorsque je lis le script et que je me dis : ouah, je suis émotionnellement happé par ce rôle que je décide alors de m’y aventurer
»

Alors quels sont les projets futurs qui attirent l’acteur ?

Journaliste - « Vous avez travaillé avec Spielberg, Nolan, Eastwood, Mendes, Boyle, Cameron, pour ne pas mentionner votre coopération régulière avec Scorsese. Est-ce qu’il reste quelqu’un sur votre liste ? »
Leo - « Il y a beaucoup de réalisateurs avec lesquels j’adorerais travailler. Paul Thomas Anderson en fait partie.
Je pense qu’Alejandro González Iñárritu est très talentueux.
»

The Revenant & The Crowned Room, deux projets 2015 prévus pour 2016

Et ses désirs deviennent des réalités : il tourne actuellement le film The Revenant d’Alejandro González Iñárritu dont la sortie est prévue le 27 janvier 2016. À cela s’ajoute la concrétisation il y a tout juste 1 mois du projet cinématographique The Crowned Room. L’acteur y incarnera le personnage de Billy Milligan, un rôle qu’il convoitait depuis de nombreuses années pour lequel il avait déjà manifesté son intérêt en 1997.

J'ai attendu plus de 15 mais je l'ai eu.
J'ai attendu plus de 15 ans mais je l'ai eu.

« The Crowned Room » : 24 rôles chrono

Pour ce projet studio en développement depuis 2005, c’est Leo qui produira ce film, adapté par les scénaristes Jason Smilovic et Todd Katzberg. Adaptés des deux livres de Daniel Keyes, l’histoire évoquera la vie post-arrestation de Billy Milligan, un célèbre criminel américain accusé d’un cambriolage et du viol de trois femmes à la fin des années 1970. Souffrant de troubles de la personnalité hors normes, le malfaiteur avait été déchargé de toute peine juridique. Durant ses longs séjours en cliniques psychiatriques, les spécialistes ont reconnu que Billy Milligan n’avait pas moins de 24 personnalités différentes. Parmi elles, Allen, un manipulateur, Adalana, une lesbienne de 19 ans, Tommy, un artiste ou encore Arthur, un gentleman anglais.

Voilà donc un rôle qui donnera au comédien de quoi se surpasser et explorer ses différentes facettes d’interprète, ce qui révélera peut-être bien une performance digne de l’exploit.

Belle trombine, belle langue.

La malédiction de l'Oscar

Son talent ayant été reconnu sur le tard, Leonardo DiCaprio a néanmoins rapidement crevé l’écran comme le témoignent vos réponses au Top 15 des meilleurs films avec Leonardo DiCaprio.
Et pourtant, sa capacité à incarner des rôles caméléons - et ce depuis la sortie du film Titanic pour lequel l’acteur n’avait même pas été nommé -, lui a valu à ce jour seulement 4 prix pour 26 nominations, dont 2 Golden Globes pour Aviator en 2005 et pour Le Loup de Wall Street en 2014, mais toujours aucun oscar en poche, pourtant véritable symbole de consécration cinématographique de la part de la sphère hollywoodienne.

Et le grand public n’a pas manqué de s’approprier cette absence d’oscar via diverses images sur le web :

Leo VS Matthew McConaughey.
Matthew McConaughey coiffe Leo au poteau aux Oscars 2013
Imitation de Leo
Leo imite Jack Nicholson
What ?
Nope.

2015, l'année de la réunion

On a appris récemment que Scorsese réunit enfin ses deux acteurs préférés à l’écran : Leonardo DiCaprio (collaboration sur 8 films) et Robert De Niro (collaboration sur 5 films) qui se sont donné la réplique pour la dernière fois dans Simples Secrets de Jerry Zaks en 1996.

DiCaprio et De Niro
DiCaprio et De Niro dans Blessures secrètes
Réunis à nouveau dans The Audition de Scorsese en 2015

Cette information s’avère en réalité dépourvue de tout intérêt cinématographique car il s’agit d’un court-métrage intitulé « The Audition » exécuté dans le cadre d’une publicité destinée à glorifier l’ouverture de the City of Dreams, un casino à Manille aux Philippines.

Le Teaser de « The Audition » réalisé par Martin Scorsese

OMG un Oscar
Allez, champagne !

Finalement, Leo est un acteur à la quarantaine éclatante qui vieillit comme du bon vin. Et on attend impatiemment de goûter à ses nouveaux projets.

De l'art des titres

Ici à SensCritique nous adorons les titres, nous avons donc voulu vous faire partager notre passion. Les titres, parfois pure provocation, parfois envolée poétique, parfois bonne crise de rire, sont à la fois une présentation de l’œuvre et un poème à eux tout seuls. Voilà quelques-unes des perles du genre. N’hésitez pas à nous donner les vôtres dans les commentaires !

Tout simplement

Certains auteurs prennent parfois le parti de rester sobre et de titrer leur œuvre de manière concise et pertinente ; ainsi, l'un des premiers succès de Costa-Gavras était-il intitulé « Z », tandis que Leos Carax poussait plus loin encore les limites de la pertinence en réalisant un court-métrage nommé « Sans titre ».

VVVVVV de Terry Cavanagh (2010) Jeu multiplateforme « VVVVVV » de Terry Cavanagh (2010)

Les jeux vidéo ont également leurs représentants de ce genre laconique, avec des jeux Nintendo tels que « Baseball » (1983) et « Tennis » (1984) ou plus récemment un jeu iPhone dont on imagine aisément le concept, « Run ! » (2009).

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué

Chumbawamba - The Boyd Bands Have Won... (2008) « Chumbawamba - The Boyd Bands Have Won... » des Chumbawamba (2008)
Ce sombre proverbe semble en inspirer plus d'un. Certaines personnes refusent parfois tout bonnement de limiter leur génie créatif à un ou deux mots et rivalisent alors en originalité.
On citera par exemple le grandiloquent « Concert instrumental sous le titre d'Apothéose : Composé à la mémoire immortelle de l'incomparable Monsieur de Lully » de François Couperin ou encore le non moins créatif jeu multiplateforme de Dejobaan Games « AaaaaAAaaaAAAaaAAAAaAAAAA!!! : A Reckless Disregard for Gravity ».

Le domaine de la littérature n'est pas en reste puisque l'on doit à Louis Wolfson un roman intitulé « Ma mère, musicienne, est morte de maladie maligne à minuit, mardi à mercredi, au milieu du mois de mai mille977 au mouroir memor » publié en 2012

Nous aurons également une petite pensée pour le très sérieux traité économique et arithmétique « La Cochonnerie, ou le calcul estimatif pour connaître jusqu'où peut aller la production d'une truie pendant dix années de temps », écrit au XVIIème siècle par le célèbre marquis de Vauban.

Quand la poésie s’en mêle

Child of Light (2014) Jeu multiplateforme « Child of Light » édité par Ubisoft (2014)

De même, certains auteurs font la part belle à la poésie dans le choix de leurs titres. Parmi les plus connus de ces véritables monostiques (à savoir une strophe composée d’un seul et unique vers), on peut notamment citer des films tels que « La Fureur de Vivre » (1955) de Nicholas Ray ou « Autant en emporte le vent » (1939), le célèbre roman de Milan Kundera « L’insoutenable légereté de l’être » (1984) ou encore, dans le domaine de la bande dessinée, l’album de Alain Bignon intitulé « Le Parfum des Choses » (2014) et celui de Peter Kuper, « Arrête d’oublier de te souvenir » , publié en 2009.

Côté musique, les amateurs de poésie apprécieront peut-être « La Mécanique du Cœur » (2007), album de Dionysos, « Les Ondes Silencieuses » (2007) de Colleen ou encore, dans la langue de Shakespeare, l’album intitulé « Sounds of Silence » (1966) de Simon & Garfunkel.

Voir aussi ces listes SC :

La vérité nue

Le Festival de la couille et autres histoires vraies (2009) « Le Festival de la couille et autres histoires vraies » - Chuck Palahniuk (2009)

Bien sûr, la poésie est affaire de goût. Certains ne l’apprécient clairement pas, et le besoin de dire les choses telles qu’elles sont se ressent particulièrement dans de nombreux titres de films : « Eh mec ! Elle est où ma caisse ? » (2000), « Liberté, égalité, choucroute » (1984), « Les Vécés étaient fermés de l'intérieur » (1975), « Filles perdues, cheveux gras » (2002)...

Du côté des livres, on retiendra les certainement excellents « La Tarte et le Suppositoire » (2011) de Michel Ouellebeurre, « Les Aigles puent » (2010) de Lutz Bassmann ou encore « Je suis comme une truie qui doute » (1979) de Claude Duneton.

Si certains intitulés très illustrés frôlent parfois l’incorrection, d’autres n’hésitent pas à réinventer carrément le genre poétique par le biais d’un vocabulaire quelque peu irrévérencieux. C’est le cas du livre « Les fourmis ont-elles un trou du cul » (2008) de Jon Butler ou des morceaux « T’enflammes pas pétasse » de Sexy Sushi, « Poussière d’anus » de Vaginal Chicken et « Bite » de William Hanna et Joseph Barbera.
On remarquera enfin les titres plutôt “maladroits”, généralement (enfin on l’espère) de manière volontaire, tels que « Quand j’avais cinq ans je m’ai tué » (1994), un film de Jean-Claude Sussfeld ou celui de Didier Kaminka, « A quoi tu penses-tu ? » (1991).

Les choix "discutables"

De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête (1993) Livre jeunesse « De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête » Werner Holzwarth et Wolf Erlbruch (1993)

Les titres douteux attirent également l’œil ; ces intitulés provoquent généralement une certaine confusion chez l’individu lambda qui aura alors besoin de se renseigner afin de savoir si l’œuvre existe réellement et si oui, de quel sujet elle traite réellement.
C’est le cas des films « L’attaque des Tomates tueuses ! » (1978), « Arrête de ramer, t’attaques la falaise ! » (1979) et plus récemment « Eyjafjallajökull » (2013), ou de morceaux comme « Plastic Bertrand est-il mort » de David TMX, « Un druide est giboyeux lorsqu’il se prend pour un neutrino » de Pryapisme ou encore « Comment allons-nous ce faire permettez-moi le vous expliquer » de Gangpol Und Mit.

Vient également un moment où l’on se met à sérieusement douter de l’éthique des intitulés lorsque l’on découvre un film hongkongais appelé « Nous y en a "riz" le bol » (1974), un autre intitulé « L’Orpheline avec en plus un bras en moins » (2010) ou encore le livre « Comment élever un ado d’appartement ? » (2006) de Anne de Rancourt et le morceau de Hubert-Félix Thiéfaine « Enfermé dans les cabinets (avec la fille mineure des 80 chasseurs) ».

Monomaniaques

Tomb Raider: Legend de Doug Church (2006) « Tomb Raider: Legend » de Doug Church (2006)

Le manque d’inspiration (ou le manque de recherche tout simplement) donne lieu à des séries de titres tout aussi remarquables. En effet, on ne compte plus les titres de films imaginés sur le même modèle : « Black book » (2006), « Black Dog » (1998), « Black Christmas » (2006), « Black Diamond » (2010), « The Great Debaters » (2007), « The Great Passage » (2013), « The Great Raid » (2005), « The Great Pretender » (2012)...

De nombreux noms de jeux vidéo brillent eux aussi par leur ressemblance, avec notamment la surutilisation de mots tels que « Legend », « Generation » ou encore « Origins ».
Enfin, certaines séries se sont attachées à nommer chacun de leurs épisodes suivant le même schéma. « Friends » (1994) est ainsi constitué de plus de 200 épisodes intitulés The one with […] , les épisodes de la série « Bref » (2011) commencent eux-mêmes par ce célèbre Bref […] et ceux de la série « A Gifted Man » (2011) par In case of […].

Les traductions de titres, ces œuvres d’art

Les Bagnoles 2 (2011) « Les Bagnoles 2 » (2011), traduction de Cars 2

Il serait dommage de terminer cet article sans aborder le sujet de la traduction des titres. Les auteurs n’ont généralement pas leur mot à dire à ce sujet, ce qui donne parfois d’étonnants résultats et notamment en matière de titres québécois : « Scary Movie » devient « Film de Peur », « American Pie » donne « Folies de Graduation », « Trainspotting » se transforme en « Ferrovipathes »...

On pensera également à la traduction pour le moins étrange de certains titres de films d’arts martiaux tels que « Si ce n’est Lee, c’est donc son frère » (1979), « Karaté à mort pour une poignée de soja » (1970) ou encore « J’irai verser du nuoc-mam sur tes tripes » (1971).

Ce florilège d’intitulés n’est qu’un échantillon minime de titres particulièrement remarquables, de nombreux membres de Senscritique se sont d’ailleurs déjà intéressés au sujet en listant certains de ces titres. On se quitte avec cette vidéo :

Cet article vous a fait rire ? Vous a fait pleurer ? N’hésitez pas à nous le dire dans les commentaires.

L’évolution de Batman au cinéma

DC Comics célébrait l’année dernière le 75ème anniversaire de Batman, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’avec la trilogie The Dark Knight réalisée par Christopher Nolan, le personnage de Batman n’a pas pris une ride. Vous l’avez d’ailleurs plébiscitée, en notant le second film, sorti en 2008, 7.9/10 !

L'évolution du symbole de Batman selon Cathryn Lavery Les notes des différentes oeuvres Batman sur SensCritique

75 ans, c’est une belle longévité, qui a permis à Batman d’apparaître régulièrement à la télévision ou au cinéma. Cela conduira à quelques échecs, dont le plus fameux sera Batman & Robin de Joel Schumacher (3.1/10), où l’on découvre notamment la Bat-Carte de crédit. Mais Batman aura surtout de belles réussites, comme le film d'animation Batman contre le fantôme masqué, démarré en 1993, et qui remporte vos suffrages avec 8.0/10.

À travers des dessins animés et autres épopées cinématographiques, on découvre également Batman dans La Grande Aventure Lego, qui le caricature de manière subtile et résume bien le personnage avec sa chanson “Darknessss … No Pareeents” (Les ténèbres ... sans parents).

Nous vous invitons à visionner cette vidéo de Jacob T. Swinney qui retrace l’évolution cinématographique du personnage en partant de la série des années 40 jusqu’à aujourd’hui, et à nous dire quel est votre portrait cinématographique favori de Batman, et pourquoi ?

Le personnage de Batman prouve largement sa capacité à traverser le temps et reste ainsi l’une des figures emblématiques de la pop culture américaine. Nous attendons maintenant impatiemment Batman v Superman: Dawn of Justice, qui sortira en 2016 et sera réalisé par Zack Snyder.

Détournement de La Nuit étoilée de Vincent van Gogh
The Myriad Monikers of Gotham’s Villains, par Pop Chart Lab, nous présente une étude des méchants de Gotham

Edit : Merci aux membres pour vos retours et vos corrections. A bientôt pour un nouvel article !

C'est nouveau : le Guide VOD

SensCritique simplifie l'accès à l'offre de vidéo à la demande (VOD). Nous venons de lancer un Guide VOD sur http://www.senscritique.com/vod pour vous faciliter l'accès à plus de 10.000 films disponibles en location ou à l'achat en ligne.

SensCritique VOD

En complément de notre Guide TV ou de vos salles de cinéma, vous pouvez ainsi retrouver facilement vos envies en consommation immédiate. Et pas seulement vos envies, mais aussi nos recommandations, les films préférés de vos éclaireurs ou les meilleurs films par genre. Les prix, la qualité (SD/HD) et les différentes plateformes qui les proposent sont tous listés.

SensCritique VOD

Comme pour les diffusions télé ou en salle, l'intégration est transversale au site. Vous trouverez des rubriques dédiées sur la page d'accueil de SensCritique Films et un nouvel onglet "Voir" vient de faire son apparition sur les fiches films.

Le Guide a sa page dédiée avec ses filtres de recherche sur : http://www.senscritique.com/vod

C'est nouveau, c'est Le Lab

Nous venons de lancer le Lab SensCritique, la partie expérimentale du site. Vous pourrez y découvrir le fruit de nos tests et essais via la partie Applications tandis que le Changelog, lui, recense les différentes mises à jour du site (nouveautés, correctifs, améliorations).

SensCritique Lab

Pour son lancement, le Lab est accompagné de ses 2 premières applications web. La première, "Best of", vous permet de naviguer dans les oeuvres les mieux notées, année par année, ou décennie par décennie.
La seconde, "Notes par âge et sexe", est une application de datavisualisation qui permet en un coup d'œil de découvrir les relations entre l'âge du noteur, son sexe et la note attribuée.

SensCritique Lab - Best Of

Le Lab étant par essence expérimental, il faut donc parfois s'attendre à quelques limitations.

Vous pouvez accéder au Lab à l'adresse lab.senscritique.com

Posts précédents

L'agenda SensCritique

Quand est diffusé le prochain épisode de Game of Thrones ? Le prochain album de Muse sort en juin ou en juillet ? Vous voulez revoir...

Les épisodes et les saisons arrivent sur SensCritique !

Noter les épisodes et les saisons, suivre sa progression, connaître les prochaines diffusions : vous pouvez maintenant pleinement...

C’est nouveau, la webapp Sondages de SensCritique

Le top des plaisirs coupables, les meilleurs films de votre enfance, les meilleurs jeux à plusieurs, les meilleurs jeux indés ou encore...

SensCritique pour Android est (enfin) là !

Retrouvez le cœur de SensCritique sur votre mobile : L'application mobile SensCritique se sera faite désirée, on le sait, mais...

Enrichir les critiques

Vous aimez les critiques, et nous aussi. Alors on a souhaité leur apporter une nouvelle fonctionnalité : l’enrichissement de critiques....