Cléopâtre: le film pharaonique ou la déception de Mankiewicz.

Avis sur Cléopâtre

Avatar Melly
Critique publiée par le (modifiée le )

Cléopâtre c'est d'abord Elizabeth Taylor, le sexe symbole des années 50/60, qui trouve là un rôle qui exacerbe son pouvoir de séduction et son statut de reine de Hollywood. Elle exige 1 million de dollars pour ce film, la Fox accepte (à son grand étonnement..), ce qui fait d'elle la première actrice à jamais atteindre ce cachet. C'est le début du star power, elle impose ses caprices sur le plateau et aux réalisateurs (Mamoulian puis Mankiewicz).
Bref, Cléopâtre est Liz Taylor.

Cléopâtre c'est ensuite des décors somptueux, formidablement travaillés et gigantesques dans lesquels se produit un casting d'acteurs fantastiques.

Cléopâtre c'est aussi un tournage très laborieux étalé sur deux ans et demi, 44 millions de dollar de budget (300 millions aujourd'hui) et des dizaines de milliers de figurants. Ce budget qui fût tant de fois dépassé et qui poussa la Fox au bord la ruine.

Et enfin Cléopâtre est le film scandale où se rencontra le couple volcanique Taylor/Burton, qui augmenta la publicité et l'intérêt autour du film mais qui provoqua également, comme on va le voir, sa perte.

Pour toutes ces raisons, ce film est déjà culte.

Mankiewicz filmait le jour et écrivait le scénario du lendemain la nuit. Il était épuisé mais avait l'ambition de faire 6h de film, qu'il comptait séparer en 2 opus, César et Cléopâtre et Antoine et Cléopâtre... Malheureusement à la Fox, le trou dans le budget que le film avait provoqué pesait davantage dans la balance que la satisfaction d'un réalisateur. Voulant surfer sur la vague d'engouement autour du couple star, ils ne souhaitaient pas sortir les deux épisodes séparément, au cas où l'idylle se terminerait. Qui irait alors voir la deuxième partie du film si les deux héros n'étaient plus...??

On aura donc au final que 4h de film et non 6, ce qui brisa le coeur, sans dramatisation; de Mankiewicz, qui a vu son film devenir autre chose que ce qu'il aurait souhaité. D'ailleurs, les nombreuses mauvaises critiques à la sortie n'ont fait qu'enfoncer le clou.
Joe Mankiewicz a vécu le reste de sa vie en reniant son film, espérant qu'un jour quelqu'un le montrerait tel qu'il l'avait conçu.

Avec le recul on peut penser que le réalisateur s'est montré dur avec son travail, qui est tout de même d'une grandeur épique: histoire d'amour, reconstitution historique, ambition politique, le disciple qui veut égaler le maître...
Le film propose ainsi des moments grandioses, faits de glorieux conquérants, de reines et d'empereurs, et puis s'entremêlent les moments intimes pleins de poésie, quand ils redeviennent tous des hommes et des femmes, dont les raisons du cœur pèsent plus lourd que la sagesse de l'esprit.

La première partie, avec César donc, met plus en avant le côté historique, épique avec une réelle ambition politique de la part de Cléopâtre. Tandis que la seconde moitié fait place à la femme amoureuse et blessée, avec des scènes beaucoup plus dramatiques.
Qui peut oublier la célèbre scène d'introduction de Cléopâtre à César? Qui peut oublier son arrivée dans Rome, vêtue d'or, sur son char tiré par 300 esclaves? Qui peut oublier la façon dont elle pleure le mariage de Marc Antoine, criant et s'acharnant au couteau sur son lit, pour juste après l'humilier en public en lui demandant de s'agenouiller?

Tout le tapage médiatique, les parodies, les scandales ont peut être éveillé la curiosité du public, qui vînt tout de même en masse dans les cinémas, mais ils ont aussi créé une atmosphère néfaste autour du film, lui retirant une part de son objectivité de critique.
50 ans plus tard, il est plus facile d'apprécier à sa juste valeur ce très beau film.

On peut avoir quelques regrets quant à savoir ce qu'aurait été le film de 6h, or qui sait, peut-être qu'un jour on finira par retrouver toutes les bobines manquantes...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 794 fois
42 apprécient

Melly a ajouté ce film à 10 listes Cléopâtre

Autres actions de Melly Cléopâtre