Avis sur

Des hommes sans loi

Avatar Crocodile
Critique publiée par le

Lawless : Des Hommes Sans Loi est un film qui m'a carrément laissé sur ma faim. Le film nous invite à plonger dans l'univers de l'Amérique profonde des années 20-30, de la prohibition. Intéressant non?

Bonne nouvelle pour ceux que cette époque attire, Lawless brille justement par son effort de reconstitution. Le boulot effectué sur les costumes par exemple est énorme et fleure bon l'Amérique rurale. Les fans de vêtements traditionnels de la classe ouvrière apprécieront, les autres aussi. Comme il aurait été dommage de s'arrêter là, l'Amérique sui est dépeinte ici est criante de réalisme. Plus d'une fois je m'y suis cru.

Second bon point du film, sa photographie qui oscille entre le tout à fait adapté et le très joli. C'est simple, l'exercice de style est maîtrisé.

Pourquoi une note négative alors?

Malgré des personnages principaux hauts en couleur (l'aîné de la fratrie est incroyable) et un scénario prometteur on peut penser que le réalisateur a voulu en faire trop pour rendre son film plus grand public. Ainsi le méchant de l'histoire rappelle plus un Machiavel de dessin animé ou un sociopathe qu'il ne campe un personnage réaliste. A un moment j'ai pensé qu'il annoncerait son intention de tuer des dalmatiens pour s'en faire un manteau.. Pas vraiment nécessaire. Et au rang des choses non nécessaires on comptera les romances très voir trop "fleur bleue", la dimension comique ou du moins fun apportée par l'improbable duo du plus jeune frère et de son ami. Enfin, le film manque peut-être un peu de rythme et aurait peut-être gagné à prendre parti entre l'action (car il y a des gunfights, des bagnoles, des gangsters) et un rythme plus contemplatif pour coller à son esthétique campagnarde.

Ces choses dites, Lawless se révèle être un film d'action moyen mais dont on retiendra la qualité de reconstitution historique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1417 fois
35 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de Crocodile Des hommes sans loi