Déflagration Silencieuse

Avis sur Drive

Avatar Julien82
Critique publiée par le

J'ai lu des articles élogieux au sujet du travail de Winding Refn, sur sa fameuse trilogie Pusher notamment. J'ai attendu Drive pour me plonger dans son cinéma.

Et je sors du film époustouflé par tant de virtuosité.

Drive raconte l'histoire d'un cascadeur joué par Ryan Gosling qui devient pilote pour des braqueurs la nuit. La suite de l'histoire est somme toute banale, mais pourtant quelque chose cloche: le montage, la mise en scène, la façon de développer le script est à l'opposé de tous les films d'actions interchangeables qu'Hollywood nous sert depuis des années.

Il suffit de voir la première scène de course poursuite qui résume en gros la façon de concevoir le film selon Refn: on passe de moments calmes, presque rêveurs suivis immédiatement de brusques montées de tension, de violence. On pense alors à Peckinpah, notamment dans le traitement des personnages avec des moments mélancoliques, remplis de tendresse (la scène de l'ascenseur est fabuleuse).

Drive est un piège à lui tout seul: la bande son laisse croire à un film des années 80, alors que ce n'est pas le cas. On pense avoir affaire à un film d'action de série B basé sur des gunfights et courses poursuites avec 15000 plans à la seconde, or l'esthétisme, la durée des plans, l'exigence formelle sont à mille lieux de tout ça.

Car voilà le génie de Refn: reprendre les codes du genre et les détourner. Ici, le personnage de Gosling n'a pas d'histoire, ce qui évite les éternels atermoiements psychologiques du personnage qui veut changer de vie parce qu'il était orphelin ou pauvre.

Ryan Gosling est par ailleurs impressionnant dans le rôle, sorte de sosie de Paul Newman, vivant dans l'obscurité jusqu'au moment où il rencontre la lumière, symbolisée par le personnage de Carey Mulligan.

Leur histoire d'amour est là aussi traité de façon minimaliste, pas d'effusion de sentiments ou de pathos à base de grandes phrases tirées de Marie Claire, c'est le montage qui dicte l'histoire (scène pudique du levier de vitesse, sans mots, absolument génial).

La bande son (certainement la meilleure de l'année) joue un rôle primordial, dictant les sentiments des personnages, alternant morceaux électroniques et musiques plus légères afin de donner une véritable cohérence à l'univers dans lequel on baigne.

Drive est tout simplement impressionnant de maitrise, remettant au coeur du cinéma des personnages existentialistes et une histoire construite intelligemment, à l'image du Nouvel Hollywood.La meilleure période du cinéma américain correspond justement à cette ère, où de jeunes réalisateurs s'inspirèrent de la Nouvelle Vague et du cinéma européen.

Espérons alors que beaucoup d'étudiants s'empresseront de voir Drive et en tireront les leçons qui s'imposent.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2332 fois
59 apprécient · 3 n'apprécient pas

Julien82 a ajouté ce film à 1 liste Drive

  • Illustration Vroooooooom

    Vroooooooom

    Les meilleures courses poursuites en voiture,moto,vaisseaux,enfin ça se poursuit quoi!

Autres actions de Julien82 Drive