Kubrick se loupe : les Marines le peinent...

Avis sur Full Metal Jacket

Avatar Artobal
Critique publiée par le

Il y a certains Kubrick qu'il vaut mieux ne pas revoir. "Full Metal Jacket" en fait partie. La raison tient à ce qu'on y atteint de façon assez flagrante les limites du petit jeu avec le genre que le maître revisite de façon à servir ses propres intérêts : ici comme dans d'autres films il s'agit de montrer, avec un mélange de distanciation et de souci de "véracité" une communauté et des processus d'adaptation.

Il y a la recrue "Guignol" qui possède de très bonnes compétences dans ce sens, et "Baleine" sur lequel la formation de Marine produit des effets contraires à ceux escomptés. Même si d'un certain point de vue on peut dire qu'elle fonctionne... trop bien. C'est évidemment ce point de vue qui intéresse Kubrick et toute cette première partie dans le camp d'entraînement semble d'ailleurs imaginée pour sa seule défense et illustration : voilà une organisation comme c'est pas possible, tout est aligné en rang d'oignons, y'a rien qui dépasse (même les chiottes sont au cordeau !). Pourtant le destin de cette belle rhétorique, c'est toujours qu'un petit grain de sable, une autre logique mentale (même folle) vienne en déranger le sens.

Ok pour le raisonnement, le problème vient de ce que Kubrick n'a pas le sujet qu'il faut pour le rendre convaincant. Et donc il apparaît tout le temps démonstratif, à la remorque du film de guerre dont il suit les conventions sans apporter rien de neuf (sinon ses gigantesques décors et ses mouvements de Steadicam ras du sol). Démonstratif surtout dans ses effets : ses ralentis sur personnages abattus tombent à plat. Dans un tel contexte ces ralentis utilisés quasi-systématiquement donnent dans la dramatisation superficielle et lourdingue. Ils servent aussi le propos : "je vous montre l'obscénité de la violence, et je vous montre que ces soldats, malgré le moule idéologique qui ressort à chacune de leurs phrases, n'échappent pas au trauma qu'elle provoque". Les mots et le monde réel ne se rencontrent pas, ou alors pour mieux se contredire. La fin du film voit la troupe s'avancer dans un paysage de dévastation en chantant fièrement la chanson de Mickey. Elle suit une scène d'exécution particulièrement pénible et insistante dans l'expression de l'ambiguïté qui touche nos personnages face à la mort et au sort à réserver à l'ennemi. Tout ça passe assez mal l'épreuve d'un nouveau visionnage.

Bon, on oubliera rapidement ce film qui aurait parfaitement mérité une critique torpennienne, pour apprécier les vertus de quelques bons films du genre, bien plus méritoires et humbles comme "Côte 465" de Mann, ou "Merrill's Marauders" de Fuller. Quant à moi, je promets que c'est la dernière fois que je commets un titre pareil.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1249 fois
39 apprécient · 5 n'apprécient pas

Artobal a ajouté ce film à 1 liste Full Metal Jacket

  • Illustration Top 15 Films de WTF

    Top 15 Films de WTF

    Avec : Voyage au bout de l'enfer, Apocalypse Now, Full Metal Jacket, Blue Velvet, Lost Highway

Autres actions de Artobal Full Metal Jacket