Pleasant Park

Avis sur Hunger Games

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

Imaginez une falaise.

A son sommet, Gary Ross. Il tient fermement une corde au bout de laquelle se balance une baignoire vide. Soudain, Suzanne Collins fait son apparition et commence à uriner dans la baignoire en déclarant :
"On va faire un remake de Punishment Park sans une once de contenu politique, ni ambiguité, cédant au manichéisme le plus évident et chiant comme la mort."

Gary Ross n'en croit pas ses oreilles.
"Mais vous n'y pensez pas !? Avec le sacro-saint PG-13 les gens vont penser qu'on a nerfé Battle Royale..."

Suzanne continue de pisser :
"Très bien alors j'ajoute des abeilles tueuses génétiquement modifiées et des HellHounds infographiques bi-polaires, qui poursuivent leurs proies sans relâche jusqu'à la mort... D'une seule proie, après ils sont satisfaits et ils s'en vont."

Gary Ross :
"Mais c'est parfaitement débile !"

Suzanne :
"Vous en voulez du débile ? Les méchants du jeu vont s'associer et faire un gros tas de ressources rien que pour eux. Ils vont y mettre le piège le plus stupide du monde : à la moindre tentative de vol échouée, ils perdent tout le tas dans une magnifique explosion !"

Gary Ross :
"Arrêtez de pisser dans ma baignoire, ça devient lourd."

Suzanne :
"Les organisateurs mettent un point d'honneur à expliquer la difficulté de survivre dans la nature, mais en fait tant qu'il y a pas de boules de feu, c'est relax. Même pas besoin de manger tous les jours..."

Suzanne referme sa braguette et envoie Philip Messina, production designer. Ce dernier dégaine sa bite et pisse abondamment dans la baignoire.

Philip :
"Dans le futur, tous les riches veulent ressembler à Nicki Minaj. C'est comme ça."

Il n'ajoute rien. Gary est déjà suffisamment embêté. Steven Soderbergh en personne vient à sa rescousse :
"Mec t'as pas l'air en forme. Je vais t'envoyer un cadreur hors-paire : Duane Manwiller qu'il s'appelle. Je l'emploie souvent."

Gary :
"Merci, vieux. Je commençais à croire que... Mais bordel qu'est-ce que c'est que ça ??"

Duane ne se présente même pas, il pisse dans la baignoire pendant huit bonnes minutes sans rien dire. Gary n'en peut plus. A la fin, la baignoire est remplie à ras-bord. Duane se fend d'un :
"Le trépied est une invention du Diable."
avant de repartir.

Gary est maintenant seul. Sa baignoire de pisse est pénible à porter, mais il entreprend de la remonter à flanc de falaise.

Il lutte, il souffre. Il est beau dans l'effort. Il élabore un casting impeccable et surprenant, dirige ses acteurs à merveille, prend soin de clarifier les situations les plus improbables ( comme le coup des abeilles, ou mieux : les sponsors qui ne se manifestent qu'à deux reprises après avoir été annoncés au moins trente fois ! ) tout en collant aux codes narratifs des meilleurs jeux vidéo ( quand on a la jambe complètement niquée, on se met de la pommade et tout va déjà mieux... ) afin de plaire au plus grand nombre...

Bref, à force de tirer la baignoire vers le haut il parvient, au bout des deux heures vingt les plus pénibles de son existence, à la hisser jusqu'au sommet.

"Regardez ce que j'ai réussi !!"
...Hurle-t'il au monde entier. Et le monde entier se pâme devant tant de maestria.

Pourtant ce n'est qu'une baignoire pleine de pisse.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3669 fois
176 apprécient · 10 n'apprécient pas

Mike Öpuvty a ajouté ce film à 1 liste Hunger Games

Autres actions de Mike Öpuvty Hunger Games