Avis sur

La Petite Sirène

Avatar Alexcendre
Critique publiée par le

Je n'aime pas La Petite Sirène. Je n'ai jamais aimé La Petite Sirène et cela tient plus de l'histoire et des personnages principaux que du côté graphique ou de la musique car je reconnais que certaines musiques sont entrainantes (et hilarantes en espagnol), que les personnages ont un design sympathique et attachant assez classique chez Disney et que l'animation est plutôt bonne (et Ursula a la classe).

Mais voilà, je n'ai jamais très apprécié les histoires de princesses, seule Blanche Neige a une valeur à mes yeux pour l'oeuvre artistique que ce dessin animé représente, et Enchanted m'amuse pour son caractère parodique et la Princesse et la Grenouille reste l'un de mes préférés. Cendrillon a peut-être également un intérêt particulier si on prend en compte le fait que les obstacles qui limitent Cendrillon n'ont rien de magie/sorcellerie, mais sont tout simplement humains et familiaux.

En règle général, Ariel est considérée comme l'une des princesses modernes, un modèle du début de l'émancipation des femmes dans le dessin animé Disney. Je ne suis pas d'accord.

L'histoire de La Petite Sirène, c'est avant tout l'histoire du roi Triton, un père raciste qui rejette la passion de sa fille. Cela aurait pu être passionnant si nous avions eu plus de détails sur le contexte qui l'a mené à s'opposer autant aux êtres humains.
Ariel n'est qu'une adolescente classique, obsédée par les êtres humains comme vous pourriez être obsédé par un groupe de rock ou une série télé, qui s'oppose classiquement à son père (pas fondamentalement à tort, le début du dessin animé donne l'impression qu'il a un petit côté narcissique dans son rôle de roi et qu'il oublie un peu trop le bien être de ses filles). Intéressant ? Ca aurait pu l'être, Ariel aurait pu représenter réellement l'opposition aux normes et la marche vers le progrès si elle n'avait pas été aussi vide. Seulement voilà, le dessin animé en fait une princesse agaçante, caractérisée principalement par sa beauté et sa voix, curieuse, mais pourrie-gâtée et manquant cruellement de jugement. De plus, le dessin animé finit très vite par tourner autour de la notion de séduction, comment passer de l'emprise d'un homme (son père) à celle d'un autre homme (le prince) qu'elle a à peine rencontré. Son intérêt pour les êtres humains et leur culture devient un intérêt pour le prince, c'est tout. Quand elle le rencontre, elle perd presque en caractérisation.

Vous pensez que j'exagère ? Elle échange sa voix contre la possibilité d'être avec cet homme, elle est littéralement prête à donner ce qui lui permet d'exprimer sa curiosité, ses intérêts, son consentement pour un homme. (Qui, ironiquement, est intéressé par sa voix et choisit d'épouser la femme qui est capable de l'utiliser, peu importe sa personalité...)

Le petit monde coloré et idéalisé de l'océan ne me dérange pas, mais pour moi, Ariel est un exemple supplémentaire de princesse assez classique dont l'existence n'est faite que pour faire rêver les petites filles de mariage. C'est très bien pour ceux que ça intéresse, mais je trouve cela creux.

D'ailleurs, au final, Ariel a-t-elle retenu une leçon de ses erreurs quand elle est sauvée par son père et obtient finalement ce qu'elle veut ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 674 fois
16 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Alexcendre La Petite Sirène