Désastre à la française

Avis sur Le Guetteur

Avatar Lucid
Critique publiée par le (modifiée le )

Première scène. Champ / contrechamp. Auteuil et Kassovitz. Auteuil commence à parler. C’est à partir de ce moment-là qu’on devine qu’on est mal barré. Le mec ne sait pas jouer. Je le savais pas vraiment ça, j’avais aucun souvenir de lui. Mais c’est pitoyable. En face, Kassovitz le regarde d’un air morne et complétement stupide. On se tortille déjà sur notre siège.

La suite ne sera pas mieux, je vous rassure. Il suit l’exemple de tous ces thrillers français qui veulent se la jouer américain. Des réals qui ont trop regardé des Scorsese ou des Mann. Et qui se plantent magistralement. Les mecs ne sont pas aidés aussi, le casting est un désastre complet. Kassovitz fidèle à lui-même nous démontre qu’il est un des pires acteurs français en circulation. Ce mec ne sait rien faire, ne sait pas vous toucher, ne sait pas transmettre une émotion sur son visage. Auteuil est pathétique. Véritable loque sur patte, il déambule pendant les 1h30 avec un air de faux dur, qui provoque juste quelques rires de dépits. Mais même le reste bordel. Entre le jeune acolyte et son accent hilarant, le mec qui jette des fleurs par terre pour montrer son énervement, le chirurgien et son incroyable moustache, c’est une hécatombe comme on en voit peut.

Y aurait que le casting encore, bon, on pourrait passer un peu l’éponge, je ne sais pas, avec une bonne musique ça peut être cool. Et beh non, erreur. Un mec pompe la plus mauvaise composition de Zimmer et livre un truc fadasse et sans vie qui vient plomber les scènes d’actions du film ou même les scènes ‘dramatiques’.
Avec une mise en scène audacieuse, non ? Tout le contraire. Un truc plat, conventionnel jusqu’au bout des doigts. Bon ce n’est pas forcément une tare, mais bon ça aurait pu donner un peu de piment.
Avec un scénario un peu haletant ? Faut pas croire au père Noël. Schéma classique d’un film de braquage sans ambition : braquage, arrêt d’un des braqueurs, évasion, retournement de situation avec l’apparition d’un autre méchant, et conclusion en sang, avec le méchant initial devenu une sorte de gentil.
Avec des personnages hors du commun ? Et c’est là le pire, je crois. Un déferlement de clichés. Comme je le disais, un méchant qui a quand même quelques bonnes conditions, le commissaire qui agit juste pour une vendetta personnelle, un jeune braqueur qui laisse sa femme à la maison, inquiète et enceinte (révélé à une scène où la tension dramatique est à son apogée), un braqueur toxico, et enfin le méchant chirurgien qui était en fait un vieux pervers qui enlevait des jeunes filles pour les torturer dans sa maison de campagne. Un délice.

Et c’est à la fin qu’on se fait encore et toujours la même remarque : « le cinéma français actuel c’est de la grosse merde. »

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 632 fois
25 apprécient · 7 n'apprécient pas

Lucid a ajouté ce film à 1 liste Le Guetteur

  • Illustration Cru 2012

    Cru 2012

    Dans les salles en 2012 et vu par votre serviteur.

Autres actions de Lucid Le Guetteur