|

Femmes, vieux bibelots, courses poursuites, pays exotiques : jaloux ?

Avis sur Les Aventuriers de l'arche perdue

Avatar Cmd
Critique publiée par le (modifiée le )

- Allez envoie la musique !

- Mais qu'est-ce que tu racontes ? On est dans une critique ! Il y a pas de musique !

- Raconte pas n'importe quoi, c'est un travail assez simple de visualisation.

- Que pasa ?

- Fermes les yeux j'te dis ! Imagine la jungle, un aventurier qui transpire la classe à 30 mètres alors qu'on a même pas encore vu son visage, qu'on préserve pour plus tard : on fait monter la sauce. Il est accompagné de deux tocards qui ne font que renforcer la présence (de corps et d'esprit) de notre archéologue au chapeau et au fouet ! Tu commences à voir ?

- Ouep ça commence et il y a des nazis en arrière plan, non ?

- Mais non pas tout de suite ! Mélange pas tout ! Le cinéma américain a ses poncifs mais il faut savoir les faire intervenir avec discernement ! Donc maintenant imagine toi un souterrain, son lot de chauve souris, de pièges et de toiles d'araignée, il n'y a plus qu'un accompagnateur avec celui que l'on nommera Indi !

- Fiou ça commence à avoir de la gueule !

- Je te le fait pas dire, surtout qu'au bout il y a une idole en or et qu'en prenant celle-ci, ils déclenchent une série de pièges destinées à les enterrer vivant !

- Mais alors ils font comment pour s'en sortir ?!

- C'est cousu de fils blanc, c'est pas effrayant, on sait que les gentils s'en sortiront mais on adore ça, cette dose d'adrénaline et d'aventure subjugue le spectateur ! Le compagnon a volé la statuette mais comme c'est une mauvaise action il se fait prendre par un piège sur le retour, meurt, laisse la statuette à Jones qui avec du brio, de la chance et du charisme parvient à déjouer le temple s'écroulant et les fourberies de son camarade mort !

- Gloire, fortune et parades à son retour à la maison alors !

- Bah non par-ce-que c'est l'occasion de présenter le vrai méchant, futur compagnon des nazis, un FRANÇAIS (tant qu'à être américain, autant l'être jusqu'au bout, non ?) archéologue peu scrupuleux lui volant la statuette et qui déclenche une nouvelle phase de jouissance testostéronnée : une poursuite du héros par toute une tribu d'aborigène avec sarbacanes, fesses à l'air, hurlements et tirs à l'arc !

- Et tout le film est comme ça ?

- Tout le film est à ce diapason, collaboration Spielberg et Lucas exige, mais tu rajoutes une belle femme séduite dans sa jeunesse mais prête à de nouveau tomber dans les bras musclés de l'explorateur séduisant, belle à croquer, grande buveuse devant l'éternelle, un compagnon égyptien à la bedaine et au coeur gros comme une marmite (en promotion aujourd'hui de ce coté-ci du Jourdain), la prestigieuse université de Yale et sa cohorte d'élèves groupies, des nazis, l'arche d'alliance, la colère divine, un duel sabre/pistolet des plus épiques, des paniers, des serpents, la colère divine, des nazis, un tortionnaire fou, des combats, des déguisements, un démoniaque petit singe mangeur de dates, des nazis, la hampe de Ra, des courses-poursuites toutes plus incroyables les unes que les autres !

- Quelque chose vient ... un bruissement dans mon oreille ...

- Laisse le sortir, il vient naturellement, ne le refoule pas, il est l'expression magnifiée de l'aventure personnifiée !

- Ça fait quelque chose comme

*Tous en choeur*

POOM PODODOM (Pooing), POM PODODOM (Pooing), POM PODODOM (Pooing), POM PODODOM (Pooing) TAAAADAADAA, DADADA DADADAAAAAA PAAAPADAPAPAA TAAAADAADAA PAPADAAAAAAAA PAPAPAA PAPAPAA PAPAPAA PAPAPA TAAAADAADAA (en éclatant, bravade, accolade de l'homme fort, étoiles dans les yeux, champagne les enfants : gloire éternelle à Harrison Ford)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 288 fois
23 apprécient

Autres actions de Cmd Les Aventuriers de l'arche perdue