Le Larousse présente

Avis sur Les Enfants loups, Ame & Yuki

Avatar Pierre-Léo
Critique publiée par le (modifiée le )

Dès son tout premier plan, Les enfants loups est particulièrement troublant. On aperçoit le personnage principal allongé dans une herbe dont on n'arrive pas à déterminer si elle est dessinée ou filmée. En effet, elle semble trop réaliste pour la première option, mais aussi trop belle pour la deuxième ! (en questions / réponses après la projection, Hosoda a confirmé qu'il s'agissait de dessins à la main) D'un point de vue visuel, Madhouse s'est - comme à chaque nouvelle oeuvre - surpassé, offrant tout au long du film des plans tous plus formellement stupéfiants les uns que les autres. La splendeur plastique, qui ne devrait même pas être l'objet du moindre débat tant elle impressionne, fait de ce film un des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir (sur un plan strictement visuel), et ce n'est pourtant même pas la grosse surprise qu'il ait à offrir.

Ben oui, après l'énorme succès de Summer Wars, et n'ayant pas vu la bande-annonce, je m'attendais naïvement à un film très similaire, utilisant les codes du Shonen pour expérimenter une mise en scène particulièrement spectaculaire.

Rien
du
tout

Hosoda a purement et simplement vidé le film du moindre enjeu dramatique, puisqu'il raconte simplement l'histoire d'une famille sur un peu plus de 10 ans. Il ne met pas en place d'objectif, d'antagoniste, de course contre la montre ou tout simplement de fil rouge, juste un exercice fabuleux et quasi-inédit de mise en scène.

S'il s'attaque au Slice of life, peut-être le genre le plus populaire auprès des fans de japanime ces dernières années, Hosoda le pousse à un niveau d'épure et de maîtrise jamais vu, très proche de ce qu'avait déjà fait Miyazaki avec Le voyage de Chihiro. Tout, des gags aux émotions, passe par des dizaines de trouvailles visuelles géniales, faisant des Enfants loups un film d'une sophistication complètement dingue, réussissant le tour de force d'associer naturalisme et mise en scène omniprésente.

A propos de Chihiro, j'ai eu du mal à ne pas penser de la critique dudit film par Didier Péron pour Libération, dont une phrase s'applique totalement aux Enfants loups : "Ca n'a l'air de rien, et pourtant c'est à tomber à la renverse."

J'ai essayé de faire une critique sans trop de masturbation et de superlatifs. Vraiment. Mais Les enfants loups est sans aucun doute un des plus grands films formalistes de la décennie, un rendez-vous entre la pureté visuelle, l'intelligence de la mise en scène, la sophistication du plan formel et - mais comment ai-je pu oublier d'en parler jusqu'ici - une musique m'ayant donné envie de m'arracher les tympans tant je n'en suis pas digne.

Et allez, une dernière fournée de synonymes pour la route sponsorisée par l'absence totale de recul (vu hier soir, à deux mois de la sortie, dans une salle remplie d'otakus et en présence du réalisateur, c'est peut-être la seule chose qui m'empêche de le parachuter dans mon top 10 films) : le dernier Hosoda, qui décidément fait un pas de géant à chaque film, est stupéfiant de beauté, sidérant d'intelligence, époustouflant d'inventivité, renversant de sophistication et conceptuellement génial. Tout simplement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2649 fois
94 apprécient · 6 n'apprécient pas

Pierre-Léo a ajouté ce long-métrage d'animation à 1 liste Les Enfants loups, Ame & Yuki

Autres actions de Pierre-Léo Les Enfants loups, Ame & Yuki