Les Planètes

Avis sur Melancholia

Avatar LeYéti
Critique publiée par le

Dès les premières minutes, le film est terminé. La Terre est percutée par une immense planète bleue qui était cachée derrière le soleil : Melancholia et sa danse de la mort. Pourtant, ce n'est pas cette Melancholia qui donne son nom au film mais la maladie de Kirsten Dunst, jamais vue aussi formidable, qui souffre en silence, les yeux clos.

Le film se passe de commentaires. Lars von Trier lui-même dit ne pas vouloir qu'on dise qu'il est beau, alors rien ne sera dit sur la mise en scène, la photographie et les inspirations romantiques diverses et variées. Reste que Von Trier, comme à son habitude, offre au spectateur une pléiade d'actrices et d'acteurs incroyables, transportant cette simple histoire de mélancolie pathologique en un film étouffant. Le plus fort, c'est finalement le renversement : au climax apocalyptique, le réalisateur préfère casser son film en trois, mettant la charrue avant les bœufs pour mieux montrer le vide qui emplit le personnage de Dunst. Sans doute beaucoup resteront sur la touche même s'il s'agit du film le plus accessible de Von Trier, quasiment à l'opposé du précédent Antichrist.

Il reste amusant de noter deux choses. La première c'est que Cannes n'a pas eu le cran de récompenser Melancholia face à son double négatif "The Tree of Life". Les deux films partagent plus que leur simple évocation de fin du monde ; ils sont deux films qui parlent de ce gouffre sans fond qu'est notre cœur, rempli maladroitement par des rituels, des religions, des croyances, des sentiments ou par un verre de vin sur une terrasse.
La deuxième chose à noter, c'est que le film prouve à nouveau que Lars von Trier aime les femmes (spéciale dédicace aux détracteurs de Antichrist). Il aime leur sensibilité, la seule capable de supporter cette mélancolie comme personne ; il aime leur force, potentiellement capable de sauver le monde. Cette belle déclaration d'amour passe ici par un plan, quelques secondes avant la fin du monde, sur une Kirsten Dunst enfin heureuse. Pas soulagée, pas libre : simplement heureuse.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5812 fois
191 apprécient · 23 n'apprécient pas

LeYéti a ajouté ce film à 5 listes Melancholia

Autres actions de LeYéti Melancholia