50 THINGS I HATE ABOUT MI: GHOST PROTOCOL

Avis sur Mission : Impossible - Protocole fantôme

Avatar LeYéti
Critique publiée par le

Comme ma critique sera remplie de spoilers, je vais tout d'abord vous faire un petit texte explicatif sur les raisons qui me poussent à détester ce Mission: Impossible.
Ce quatrième épisode raconte l'histoire d'un espion hyper bruyant et pas du tout discret qui tabasse un ancien prof de fac en voyageant dans le monde entier et en filant des iPhone à tous ses potes. Des fois il court, mais jamais assez vite.

Maintenant, si vous avez vu film — ou si vous avez envie de vous le spoiler —on y va :

1. J'attendais avec énormément d'impatience le premier film "live" de Brad Bird ; j'adore Tom Cruise ; j'adore Michael Giacchino. J'avais sans doute trop attendu ce qui, pour moi, allait être le film d'action de l'année.
2. Mission: Impossible - Ghost Protocol est en fait une comédie d'action et d'aventure ; Tom Cruise aurait pu être remplacé sans problème par Eddie Murphy ou Adam Sandler.
3. L'intrigue générale du film rappelle un vieux Jame Bond avec son lot de voyage, de paysages aiquezotiques et de BMW.
4. Le méchant du film est un ancien prof de fac qui a un peu trop mangé de saumon frelaté. Il dit des horreurs au Parlement suédois et visiblement, en Suède, les députés sont tous sourds.
5. Jérémie Renner (qui pour une fois n'a pas l'air d'un psychopathe) a la scène de révélation la plus pathétique de toute l'histoire du cinéma. Il boit un verre de whisky et raconte à deux acteurs en mode "j'écoute attentivement les yeux plissés" un truc sans queue ni tête, hyper vague et chiant. On dirait du Rohmer. Du mauvais Rohmer. La scène dure à peu près deux jours.
6. Paula Patton est jolie. Très jolie même. Pas de chance pour elle, quand elle doit draguer un Indien (voir plus bas), elle se dessine des cernes de tanukis autour des paupières. GG les mecs.
7. Brad Bird sait sans doute réaliser. Il a juste pas eu le temps. Adieu plans-séquence, mouvements de fous et scènes rythmées à la perfection ; bonjour montage cut, travellings avant constants et effets spéciaux honteux.
8. Parlons des effets spéciaux : John Knoll, le John Knoll, a réussi à foirer toutes ses incrustations. Tom Cruise sur fond vert à Moscou, Tom Cruise sur fond vert dans une chambre d'hôtel à Dubaï, etc.
9. N'oublions pas la séquence pendant la tempête de sable (voir point 35) visiblement tournée en studio qui est bien jolie mais en studio quand même MAIS elle est jolie OUI MADAME OUI MAIS QUAND MÊME : studio.
10. Sur le même sujet : qui a confié le générique de début à un stagiaire ?
11. INTERLUDE MUSICAL ! Michael Giacchino a réussi à faire une reprise molle du thème le plus cool de la Terre.
12. Simon Pegg est bien cool et drôle, sauf quand il joue le drame. Là, il ressemble à un chien de cinéma, celui qui regarde le dresseur juste à côté de la caméra et qui attend son petit gâteau.
13. Durant la première séquence du film, un personnage important meurt. Juste à côté de lui, il y a des sacs à patate. Le reste du film est à peu près du même acabit : les décors sont moches et anticinématographiques au possible.
14. Des sacs. À. Patate. Pour une scène d'émotion intense.
15. La costumière a visiblement cru que Léa Seydoux portait du 16 ans mais elle porte du 12 ans en fait et toutes ses fringues sont 10 fois trop grandes. Lors de la scène des sacs à patate, elle porte un par-dessus gris tellement mal foutu qu'on pourrait mettre deux voire trois Léa Seydoux dedans.
16. D'ailleurs, ça valait bien la peine de nous casser les burnes avec Léa Seydoux pour PETIT A la buter comme ça et PETIT B ne plus jamais en parler. C'est un "asset", OK, SOIT, JE COMPRENDS PAS MAIS J'ACCEPTE, mais quelles sont les conséquences de sa mort ? Qu'est-ce qu'il y a Mission: Impossible - Ghost Protocol ? Tu dis quoi ? Y'en a pas ? Comme ton scénario.
17. Parlons scénario maintenant. Mission: Impossible - Ghost Protocol est visiblement un script rejeté pour le prochain Johnny English.
18. Scénario encore : un film est généralement plus intéressant quand il y a des obstacles. Dans Mission: Impossible - Ghost Protocol, rien ne marche jamais. La lentille déconne, les masques foirent, le téléchargement n'est pas terminé, le micro est piraté, la route est bloquée, l'interrupteur est trop loin, le serveur est inaccessible, les diamants ne sont pas secs, etc. BREF : que des éléments extérieurs, des deus ex machina qui arrivent au dernier moment histoire de faire monter le suspens.
19. Scénario toujours : c'est quoi ce méchant ? Un prof de fac. Qu'on voit en tout onze scènes, qui dit trente mots et qui arrive à semer Tom Cruise juste après avoir eu un terrible accident de voiture.
20. INTERLUDE MUSICAL. Quelqu'un a trouvé marrant d'adapter le thème de Mission: Impossible au pays visité par les personnages. C'est une idée géniale, vraiment. Dommage que Roland Emmerich l'a déjà fait dans Independance Day.
21. Retour sur le scénario : finir son film par une scène d'action, c'est sans doute has-been. Brad Bird préfère que ça se finisse autour d'une bière, de façon très bavarde et un peu rigolote, façon sitcom. J'avais envie de chanter "I'll be there for you", le générique de Friends.
22. Allez ! Viens ! On parle de scénario ! Les quatre bonnes scènes du film (l'escalade, le mur vidéo, le Kremlin et toute la scène comique quand Renner et Cruise montent dans le train) sont amenées de façon artificielle et se terminent trop vite et de façon faible. Je prends au hasard le premier Mission: Impossible mais quand tu fais entrer un hélicoptère dans un tunnel et bien tu joues ta scène jusqu'au bout. Tu t'arrêtes pas comme ça.
23. Abordons une seconde le scénario. Je sais bien que les films n'ont pas grand chose à voir avec la série — et ce depuis le premier épisode. Tous les éléments forts de la série sont pourtant présents MAIS sont tournés en ridicule : le message ne s'autodétruit pas, l'équipe est déjà choisie, on répète six fois à Tom Cruise que si lui ou un des membres de son équipe... bla bla bla, les masques sont tournés en ridicule, la fameuse scène de Mission: Impossible dans la salle protégée est parodiée ici avec Renner en apesanteur, etc. En voulant s'éloigner de la série, l'équipe créative se moque de tout ce qui FAIT Mission: Impossible et le remplace par du vide.
24. Si j'en crois le film, le vrai nom de Captain Obvious est Ethan Hunt. Tom Cruise passe TOUT le film à dire haute voix ce qu'il regarde ou ce tout le monde a compris. La première fois c'est un peu lolilol, après j'ai eu envie de mourir.
25. Hey ! Tom ? Y'a Jason Bourne qui a appelé et il voudrait que tu lui rendes son dernier plan.
26. Quand tu fais une blague, tu l'assumes. Faire hurler "Mission accomplished" à Tom Cruise à la fin du film c'est débile mais rigolo. Par contre lui faire dire deux scènes après "Ouais, je sais pas, j'ai dit « Mission Accomplished », c'est nul mais je l'ai dit LOL JK JK" c'est juste pas possible.
27. Faire revenir Ving Rhames dans cet état là, c'est pas sympa.
28. Comme Tom Cruise il est espion dans le film, il arrive à Dubaï dans une Jeep blanche impeccable, conduit comme Senna juste avant son accident et manque de tuer des chameaux. Discrètement quoi.
29. Brad Bird il trouvait marrant de faire le combat final dans un parking automatique comme dans Minority Report. Brad Bird il trouvait marrant aussi que Tom Cruise utilise des écrans tactiles tout le temps comme dans Minority Report. Brad Bird il a du bien aimer Minority Report.
30. Tom Cruise manque de se faire tuer, récupère une clé USB, monte dans un train et lance une présentation Power Point qu'il avait pas vu il y a trois secondes mais qu'il connaît sur le bout des doigts.
31. Au début du film, Tom Cruise il aide un mec qui sert à rien. Quand il se retrouve dans une impasse, il appelle son pote qui sert à rien et... il sert en fait. Quel chance quand même.
32. INTERLUDE MUSICAL. Le remix indien du thème était rigolo à écouter sur l'album. Mais dans le film, il est diégétique — il passe en fond sonore pendant la fête en Inde. Donc l'équipe de l'IMF va dans une soirée et ils passent leur musique ? Sympa le DJ.
33. Le seul personnage réussi du film, le flic russe trop sûr de lui, ne sert malheureusement plus à rien au bout de trois scènes. Dommage, parce qu'ils tenaient un truc.
34. Au fait Tom, je crois que t'avais pas compris qu'on s'en branle de ta femme.
35. À Dubaï, quand il y a une tempête de sable, personne ne prévient personne. Même quand il lui faut quarante minutes pour débarquer. Résultat tout le monde est super surpris et court dans tous les sens. Ah la la, ces Arabes, quels têtes en l'air !
36. La scène la plus drôle du film c'est quand Tom Cruise tabasse un ancien prof de fac. C'est bien sûr involontaire. La deuxième scène la plus drôle du film est heureusement volontaire et c'est à Dubaï, avec Simon Pegg en pure comédie qui ne se rend pas compte que Tom Cruise vient de faire une jolie cascade. La troisième scène la plus drôle du film c'est quand Tom Cruise rejoue la séquence de OSS 117 Le Caire Nid d'Espions : Dujardin qui avance dans des ruelles, l'arme au poing, perdu mais agitant la tête dans tous les sens. C'est, sans doute, involontaire.
37. Jeremy Renner porte une combinaison disco sous son costume en flanelle grise.
38. C'est moi où le passage en Inde est hyper cliché et raciste ? Je ne connais pas personnellement d'Indiens mais... je me pose la question.
39. L'Indien du film a d'ailleurs des gravures du Kamasutra dans sa galerie d'art. Bon, OK, tout le monde est habillé de pied en cap mais ils font du sekse.
40. INTERLUDE MUSICAL. S'il te plaît Michael, arrête des rythmiques abrutissantes. S'il te plaît. Fais un petit effort la prochaine fois...
41. En France, le petit malin qui s'est occupé des sous-titres a pris comme police Verdana. Pour du sous-titrage pur, je veux bien. Problème : il a aussi gardé cette police pour afficher les noms des villes visitées. J'ai un peu eu l'impression de voir une présentation Power Point.
42. À un moment Tom Cruise dessine en quatre secondes le portrait robot parfait d'un type qu'il a croisé quatre secondes dans un couloir. Il est doué le mec.
43. SALUT JE SUIS UN ESPION, JE SUIS POURSUIVI PAR DES TUEURS ET JE M'ENFUIS. SOUDAIN JE CROISE DANS UNE RUELLE MITUEUSE (du genre où l'on peut trouver des sacs à patate) UNE NANA SUPER BONNE DANS UN IMPER BURBERRY TROP GRAND POUR ELLE ARG JE MEURS ELLE M'A TUÉ PARCE QUE J'ÉTAIS TROP CON.
44. Il y a quelques très bonnes idées : on aperçoit le méchant une fois avant qu'il ne soit présenté, on a un Tom Cruise médusé de croiser son gant emporté par le vent, on a une course-poursuite dans une tempête de sable, on a scène d'échange d'identité plutôt amusante... mais tout semble artificiel, mal préparé. J'accepte les trucs pas crédibles. J'accepte les trucs invraisemblables. Mais je veux que ça soit rendu crédible et vraisemblable par le scénario, le ton, la mise en scène. Là je n'ai rien eu.
45. En 2011, tu ne peux pas sérieusement balancer à un type : "We all have secrets." Sauf si tu es gay. OUPPPPPPPPPSSSSSSSSSS.
46. Petit cours rapide d'installation de scène par Brad Bird : enchaîner quatre plans généraux de plus en plus serrés tournés par la seconde équipe puis enchaîner par un cinquième plan, réalisé par Bird, mais pris d'un angle différent. Rupture de l'axe, montage foireux, impression d'amateurisme. Du tout bon quoi.
47. Quand tu fais une scène un peu tirée par les cheveux, soit tu t'en vantes, soit tu fermes ta gueule. Mais tu ne vas pas pointer du doigt les trucs pas clairs — la scène de la fusée éclairante sous le pont est un exemple parfait.
48. Le directeur de la photo a bien compris que les gens étaient épuisés par la photo toujours délirante (flares, couleurs, flashs) de Abrams. Résultat il a éclairé ça comme un film de Claude Chabrol. C'est superbe, on voit presque pas que c'est du studio.
49. Mission: Impossible Ghost Protocol est l'archétype du film d'action actuel. Dépassé par des budgets indécents et/ou des réalisateurs incompétents et/ou des scénaristes nuls, le cinéma d'action est maintenant une succession de scènes de parlotte, de quelques petites séquences un peu musclées et courtes. Le cinéma d'action, le vrai, le bon, c'est mettre en place une situation (John McClane sur un toit qui va exploser, Indiana Jones accroché à un convoi de camions, Clive Owen dans Children of Men qui doit fuir d'une ferme en voiture mais sans faire de bruit) et la jouer au maximum. Bird n'y arrive jamais.
50. Je m'attendais à voir du Brad Bird, j'ai vu un sous-JJ Abrams sans les flares.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5698 fois
169 apprécient · 34 n'apprécient pas

LeYéti a ajouté ce film à 11 listes Mission : Impossible - Protocole fantôme

Autres actions de LeYéti Mission : Impossible - Protocole fantôme