Le Batman de répétition

Avis sur The Dark Knight Rises

Avatar Julien82
Critique publiée par le

(critique avec spoiler)

Dernier volet de la trilogie 'Nolanienne', The Dark Knight Rises est attendu depuis maintenant quatre ans et cette dernière scène où Batman s'enfuit dans la nuit pour échapper aux forces de l'ordre.

Huit longues années ont passé, et on retrouve Bruce Wayne version Howard Hugues (pas un hasard, quand on sait que Nolan voulait faire un biopic sur lui...), reclus dans son manoir, assistant de loin à un Gotham expurgé de toute criminalité grâce à la loi Dent. Mais à force de repousser le mal, ce dernier sort directement de l'enfer avec le personnage de Bane...

Soyons clair : ce Dark Knight Rises est une déception. D'abord parce que le deuxième volet a mis la barre tellement haute. Puis aussi parce qu'on a le sentiment que Nolan n'a pas assumé son ambition de clore la série en beauté. En effet, ce dernier chapitre aurait du être épique, démesuré, dramatique, atteignant les sommets d'un Retour du Roi pour donner un exemple concret. Malheureusement rien de tout cela n'apparait à l'écran.

En cause d'abord le scénario, avec pas mal d'incohérences (une parmi tant d'autres : ta société ne fait aucun bénéfice, mais tu parviens à construire le Bat volant qui a du te coûter une blinde...), des bonnes idées qui restent au stade du commencement, des personnages sous exploités (celui de Catwoman, avec une Anne Hataway qui se démerde pas trop mal), et aucune surprise si on connait le travail de Nolan avec un retournement de situation qu'on voit arriver à des kilomètres si on a un peu réfléchi (et lu les comics).

Ensuite la mise en scène est là aussi décevante. Si certaines phases sont vraiment bien foutus (la scène d'intro de Bane, même si elle n'atteint pas celle du Joker reste pas mal, l'invasion à la Bourse...), d'autres font un peu peine. Les deux combats entre Batman et Bane sont corrects, sans plus (puis quand on voit la façon de tuer Bane, on se demande si un mec censé être le plus grand détective du monde n'aurait pas pu y penser avant). Là encore, la mise en scène est balbutiante à l'instar du scénar', comme par ex Bane et ses potes qui contrôlent Gotham mais jamais on ne ressent la menace oppressante des bonhommes sur la populas'.

C'est la musique de Hans Zimmer (en mode plagiste) qui d'un coup m'a fait prendre conscience du côté répétitif du film, un copier/coller de Dark Knight avec encore le peuple de Gotham face à ses responsabilités, un super méchant qui souhaite l'anarchie, un Batman en proie au doute... Sauf que tout était mieux dans le deuxième volet (et surprenant).

Concluons en beauté avec le point commun qui rallie les fans comme les détracteurs de Dark Knight Rises : la mort de Talia, joué mais JUSTE COMME UN PIED QUOI GENRE T'AS EU TA FORMATION D'ACTRICE DANS UN KINDER SURPRISE ?!?! par Marion Cotillard, qui a définitivement convaincu tout le monde sur ce coup là (dire qu'elle est à l'affiche du prochain James Gray, mon dieu...).

Malgré tous ces défauts, le film reste quand même appréciable, d'abord parce que la prestation de Tom Hardy est excellente, sorte de monstre défiguré par l'hormone de croissance. Puis Bale donne tout ce qu'il a dans ce dernier opus, alternant les moments de bravoure à ceux plus intimistes. Si le scénario est écrit maladroitement, la direction choisie par les frères Nolan est malgré tout intéressante, à savoir une société inversée ou le petit peuple prendrait le pouvoir, inscrivant ce Batman dans un réalisme qu'on trouvait déjà dans les précédents volets. Sans en arriver à la connerie universelle de Libé et Télérama, le film s'inscrit clairement dans un courant critique de l'Amérique et du monde financier, preuve que même un blockbuster peut arriver à dire deux trois trucs sur le monde actuel (hé ouais c'est pas les films de bobos dans une cuisine qui se plaignent de pas trouver l'amour...).

Si Dark Knight Rises rate son coup, il n'en demeure pas moins un blockbuster honnête (puis c'est Batman, donc je suis tolérant), même si un sentiment bizarre en ressort au final, comme un goût d'inachevé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 435 fois
19 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Julien82 The Dark Knight Rises