Batman Begins 2

Avis sur The Dark Knight Rises

Avatar LeYéti
Critique publiée par le (modifiée le )

Nous allons tenter la difficile tâche d'écrire une critique sans spoiler... dans les quelques premiers mots.

Globalement, ne lisez pas ce texte si vous n'avez pas vu le film ; de toute façon, il est idiot de lire ce texte si vous n'avez pas vu le film puisque vous irez voir The Dark Knight Rises dès demain. Ou vendredi. Ou ce weekend. Ou bientôt.

Pour résumer, je n'attendais rien de ce Batman : j'avais vu un teaser il y a bien longtemps et depuis plus rien. Une volonté qui m'a offert la chance de découvrir la plupart des images de ce film mais aussi son histoire.
Pas de chance pour moi, Nolan a décidé de la jouer épique et colégram avec un truc un peu foutraque. Comme de nombreux blockbusters actuels, The Dark Knight Rises est une suite de petites scènes, alternant action brouillonne et dialogues pompeux, le tout enrobé d'un manque évident de supervision : incohérences, aberrations et moments ridicules sont légions. La sauce ne prend pas des masses, voire jamais. Batman apparaît après une heure de film, disparaît pendant l'heure d'après, tout le monde sait qui sait, comme ça, pou-pouf... Bref, on ne l'a jamais aussi peu vu et il n'a jamais été aussi peu mystérieux.
Finalement, Nolan nous offre ici un remake de Batman Begins : même évitement de la naissance du méchant, même secret autour du plan machiavélique qui ne se révèle qu'à coup de dialogues gonflants et explicatifs trois minutes avant la fin, même volonté de montrer comme un homme se dresse face à des ennemis bien plus puissants que lui. J'avais envie de badass, de mecs, de virilité, de testostérone.
Wayne dans son manoir écoute parler son vieux majordome (j'ai d'ailleurs repensé à la scène de The Trip où ils imitent Michael Caine), Wayne dans sa prison écoute parler un vieux médecin, Wayne dans un hôpital écoute parler un vieux commissaire de police. C'est Luke, apprenant encore et encore, soulevant du marécage un énième X-Wing. Oh god.

Fallait-il en attendre plus ? Oui. Le second film était un truc difforme, avec un début mou du genou qui prenait de la hauteur grâce à une longue séquence épique.

Le second film était aussi plus clair dans ses enjeux et ses objectifs, il était direct, centré sur l'opposition entre l'ordre et le chaos et la place de Batman entre ces deux pôles magnétiques. Ici le fond politique est ringard et ridicule, maladroitement exploité par les frères Nolan qui ne savent pas réellement ce qui se passe : vengeance de la League of Shadows, nettoyage par la violence, combat contre le capitalisme, n'en jetez plus, ils ne savent pas quoi en faire.
Mais bon, passe encore. Il y a évidemment un travail remarquable sur la voix de Bane et sa présence que le scénario foireux n'aide pas. Il y a une séquence de combat magique, il y a un choix osé mais réussi de casting pour Catwoman... qui malheureusement ne sert à rien à part débiter des dialogues de gaufre.
Sauf que chaque idée est en fait contrebalancé par un manque de sérieux évident : le général qui demande un vol en haute altitude par des avions que nous voyons la seconde d'après voler à hauteur des immeubles ; les CGI bien foireux de stade et de ponts qui s'écroulent ; ce soldat sur sa mitrailleuse qui attend bien sagement son coup de pied dans la gueule ; cette phrase répétée dans tous les films "Kill them. Kill them all." ; ce combat final lourd et bâclé tapissé de basses zimmeriennes abrutissantes ; le déjà-vu et le cliché extrême du héros qui emporte avec lui la bombe ; l'évidence des deux surprises majeures du film à savoir l'identité de Robin (LOL) et de Talia ; l'évanouissement de Marion Cotillard que la salle a d'ailleurs souligné en éclatant de rire...

Je resterai plus sur une déception artistique. Au fond j'attendais quelque chose, non ? Je voulais reprendre une petite claque comme celle de The Dark Knight : couleurs étonnantes, lumière de polar, IMAX qui déchirait sa gueule avec ce camion, ces avenues, ce combat inique dans la salle d'interrogatoire.  J'ai eu droit à une photo moche, des plans hideux (sérieusement, Gordon qui s'énerve assis sur le canapé, j'ai recraché mes M&Ms), des décors génériques au possible (big up à Wayne Entreprises qui a sans doute le conseil d'administration le plus naze de tous les US) et un wall-to-wall de Hans Zimmer qui n'a pas osé se sortir les doigts du cul.

Alors voilà. Ce n'est pas mauvais. Ce n'est pas horrible. Ce n'est pas une merde infâme. C'est juste Batman Begins 2, tiédasse, pas fini, pas fait, pas à faire, pas à revoir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 10228 fois
276 apprécient · 68 n'apprécient pas

LeYéti a ajouté ce film à 4 listes The Dark Knight Rises

Autres actions de LeYéti The Dark Knight Rises