STELLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!

Avis sur Un tramway nommé Désir

Avatar Toki
Critique publiée par le

Il y des éclaireurs que l'on suit parce qu'ils ont les même goût que nous, et il y a les Autres. Les Autres (avec un grand "A" parce qu'ils connaissent le Cinéma avec un grand "C") sont ceux qui vous forgent une culture à l'épreuve des débats interminables du samedi soir entre potes quand quelqu'un lance : "De toute manière Brando n'aura jamais eu meilleur rôle que le Parrain."

Auréa, encore une fois avec un grand "A", avait donc proposé à Amethyste (encore un "A" ma foi c'est une mode !) un Tramway Nommé Désir. Film dont le potentiel culturel est aussi important, voire plus que les nombreux chefs-d'œuvre qu'il me reste à voir. J'étais donc parti sous la direction d'Auréa secondé par Amethyste pour 2h de film.

Je ne peux pas être totalement objectif puisque l'esthétique des années 50 me plait énormément, les mouvement de caméra sont simple et l'action centré sur l'appartement est tenue de bout en bout. La part d'adaptation se ressent dans les dialogues que l'on trouve chez Vivien Leigh (follement insupportable) très peu convaincant même si sa prestation de la folie est excellente. La montée en puissance de sa détérioration mentale au fur et à mesure de la révélation de l'intrigue est très bien dosé.

En ce qui concerne Marlon Brando... Bah c'est un mec. Un vrai. Un couillu. Un mâle quoi... Qui gueule, qui boit qui à des muscles, qui transpire la testostérone. Il est parfait dans son rôle de fils d'immigré polonais un peu gauche. Incapable d'avouer ses sentiments, capable d'une haine profonde pour conserver son mariage. Il a sans doute inspiré le personnage de Rocky quand il appelle Stella. À hurler son prénom.

Alors si le film souffre du personnage de Blanche qui surjoue peut-être un peu, il reste un Brando magnifique, bien plus charismatique que Don Corleone et qui en impose un max.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 239 fois
11 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Toki Un tramway nommé Désir