|

Avis sur

Vivre

Avatar Adobarbu
Critique publiée par le (modifiée le )

Plans sublimes, réalisation parfaite avec des trésors d'inventivité visuelle que beaucoup de réalisateurs d'aujourd'hui n'ont apparement toujours pas assimilé. Il dirige sa caméra avec la plus grande maitrise comme a son habitude, et meme plus encore.
Kurosawa encore une fois (cf ma critique de Barberousse) nous fait vivre la vie de son personnage. Il a un réel talent pour, reconnaissons le, et ici c'est tres puissant, on le prend de plein fouet. Takeshi Shimura, acteur parfait, représente a la perfection son personnage et ne fait qu'un avec. J'aurais été pret a jurer qu'il allait personnellement mourir a la fin du tournage. Les joies de ce vieil homme, sa recherche du plaisir, sa relation a l'alcool sont pour qui a vécu quelque chose s'en rapprochant décrites a la perfection une nouvelle fois. Ce poison qui torture et soulage, cet enfer et ce paradis dans lequel il se réfugie a un moment sont plus que réalistes, ils parlent comme si c'était du vécu.
Sa rencontre avec la jeune femme, les petits sourires qu'elle lui procure nous transporte de plaisir. On vit avec l'acteur, quand il pleure on est terrassé, quand il rit on est a l'unisson.
J'ai lu quelque part que Vivre ne se raconte pas, mais se vit au fil du déroulement du film. On ne saurait trouver de mots plus justes, c'est précisément le genre de films qui ne s'arretent pas a nous raconter une banale histoire, mais qui nous font vivre une experience profonde nous permettant d'avancer dans notre vie personnelle, de réfléchir, de comprendre certaines choses que l'on croit acquises depuis la crise de l'adolescence mais qui nessecitent en faite une remise en question permanente. Vivre est avant tout une leçon, un conseil aussi, mais surtout une véritable oeuvre de philosophie humaniste pronant la Vie dans toute sa beauté et toute sa dureté. Les remises en question du personnage s'adressent a n'importe quel etre vivant, et toucheront quicqonque aura la chance de voir ce chef d'oeuvre.
Le rythme est tout a fait irréprochable, la construction en deux parties fonctionne a merveille, pas une seule seconde d'ennui bien évidemment. De plus Kurosawa nous plonge d'entrée de jeu dans la vie de ce personnage, avec une scene d'ouverture remarquable sur une radio d'un estomac cancereux, et réussi le tour de force de ne jamais faire redescendre le tempo de sa musique, cela sur quand meme pratiquement 2h30.

La scene merveilleuse ou l'homme chante avec sa voix usée par le temps et la maladie m'a tout simplement transportée, les mots n'éxistent pas pour décrire le sentiment que procure cette scene vue dans la continuité du film. Non non, je n'éxagere pas, a la fin du film je l'ai revue deux fois d'affilée, sa chanson, ce qu'il dit, la petite mélodie associée a sa voix rendue paradoxalement faible par le temps mais d'une puissance et d'une justesse parfaite.
Enfin tout le rapport de l'individu a l'administration est évidemment poignant au possible, l'impuissance, la vanité de la lutte de cet homme qui se fait voler le fruit de son travail apres sa mort sont ahurissants de crédibilité, et s'averent absolument intemporels, s'appliquant a notre société actuelle a merveille.
Je vais tenter de résumer ce film avec 5 mots simples :
-Vie
-Philosophie
-Emotions
-Perfection
-Kurosawa
J'implore d'avance l'indulgence des lecteurs parvenus jusqu'ici pour avoir résumé ce chef d'oeuvre a 5 mots (qui se recoupent absolument tous d'ailleurs en y repensant), mais tout les moyens sont bons pour tenter de faire découvrir L'Art...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 182 fois
22 apprécient

Autres actions de Adobarbu Vivre