Don't Forget About Freeman

Avis sur Black Mesa sur PC

Avatar Wolfgang
Test publié par le (modifiée le )
Version PC

1998, meilleure année de sorties de jeux vidéo de tous les temps, nous avait offert à la fois le tout premier et l'apothéose du genre FPS. Quatorze ans plus tard et le tir à la première personne balayant toute concurrence en terme de popularité, il serait presque encore trop tôt pour essayer de réaliser l'influence, l'impact qu'à eu Half Life sur le media.

Black Mesa est de retour, juste histoire de nous le prouver. Mod longuement attendu la peur au ventre qu'il disparaisse sans jamais avoir existé, la reconstruction de l'univers si chers à nos mémoires jure d'exactitude et de perfectionnisme. On pardonnerait presque les quatre ans de retard, tellement chaque reconfiguration de l'architecture, chaque ligne de dialogue ajoutée, chaque détail supplémentaire, chaque annotation désormais lisible sur les tableaux du Centre de Recherche donne l'impression d'authenticité. A ce titre, il faut faire mention de la bande originale complètement réinventée, surprenante de justesse.
Plus qu'une refonte graphique, l'équipe de passionnés aux commandes a réussi à donner à Black Mesa l'ambiance et l’identité que Valve n'a fait qu'à laisser à notre imagination, une décennie en arrière.

Et quelque part, même les défauts évidents et pardonnables de ce mod viennent renforcer ce sentiment. L'agaçante tension des plate-formes, les insupportables temps de chargements intempestifs, les baisses de rythme à mi-parcours... tous ont leur place ici. Ils ne rendent à Black Mesa que cette si merveilleuse impression d'appartenir d'autant plus à l'univers mythique Half Life, que depuis trop longtemps maintenant, Valve nous empêche de retrouver.

C'est cette maîtrise si exceptionnelle de l'essence même Half Life qui fait monter ce Black Mesa bien au delà de ses concurrents contemporains. Gordon Freeman, 27 ans et physicien théorique est de retour, pour dix heures qui éclipsent quinze ans de FPS avant lui.
La science n'a jamais été aussi joussive.

Mon seul vrai reproche, complètement disproportionné, vient du fait que le caractère lambda "λ" devrait remplacer le "L" de Black Mesa et non pas le "A", et ça me bousille le plaisir bien plus que je ne voudrais.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 443 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Wolfgang Black Mesa