Analyse psychologique

Avis sur Catherine sur Xbox 360

Avatar Shoraku
Test publié par le
Version Xbox 360

Franchement, je m'y attendais, mais pas à ce point. Obtenu pour la somme de 25€, Catherine m'aura fait rêver (ou cauchemarder, plutôt) pendant une petite semaine. Le jeu va bien au de là de son point de vue érotique qui n'est que moindre une fois qu'on a compris que ce qui fait le charme de ce jeu, ce n'est pas les demoiselles -quoi que- mais surtout l'univers fouillé que l'on doit à Atlus, finalement habitués aux différents thèmes traités ici.

Pour mieux comprendre, entrons un peu dans l'univers du jeu. Vous incarnez Vincent, un trentenaire qui n'a pas envie de grandir... Alors que sa Katherine chérie rêve de mariage, d'enfants, de ménage. C'est donc au pire moment que survient Catherine, la fille parfaite aux yeux de notre protagoniste. Va t-il rester fidèle ? Cela ne dépend que de vous. Car oui, il y a huit fins possibles qui seront déterminées selon vos actes, représentée par une barre de karma (Rouge/Catherine-Neutre/Forever Alone-Bleu/Katherine)

Catherine est donc une sorte de "visual novel" (genre totalement inconnu chez nous) mélangeant dialogues et phases de gameplay style puzzle-game. C'est pour moi le point le moins important, ce gameplay. Et pourtant il occupe quand même près de la moitié du temps de jeu ce qui est fort bien dommage mais pas non plus dramatique. Le but est simple, durant la nuit vous ferez des cauchemars dans lesquels vous devrez mener une ascension vers le sommet de la tour en gravissant des blocs. Les mécanismes sont bien pensés mais parfois c'est quand même chiant de se taper deux heures à faire ça alors qu'on a bien envie de connaître la suite de l'histoire.

Comme je le disais plus haut, le vrai charme de Catherine se trouve dans sa poitr.. Hm. Dans son background très recherché. L'histoire de Vincent n'est pas si centrale que ça finalement. Les personnages secondaires, les lieux, les petites références culturelles illustrent bien plus le monde de Catherine. Pour simplifier et sans trop spoiler, on y retrouve un bon troll de la religion dans son ensemble, un univers "dark" qui se crée peu à peu. Et pour cette histoire de cauchemars, la psychanalyse est centrée sur la Persona et l'Ombre, le premier représente l'image que l'on souhaite renvoyer aux autres tandis que le second est justement l'image de ce que l'on est mais que l'on ne veut pas accepter. C'est celle-ci qui viendra hanter les nuits de Vincent !

Pour ce que j'appellerais les "détails" du jeu, les graphismes sont très jolis, du cell-shading qui envoie en HD et puisque le jeu est parsemé de cinématiques véritables (en animation) c'est franchement très bien foutu de ce côté là. La bande-son est très bonne également et les fan d'Atlus seront contents d'y retrouver certaines musiques de Persona (Stray sheep, beeeeh). Au niveau de la durée de vie, tout dépend de vous. Je l'ai recommencé près de cinq fois pour obtenir les huit fins, en moins d'une semaine, mais ça c'est sans doute parce que je suis un nolife, ça aide...

Pour conclure je dirais que Catherine fait réfléchir, et qu'il serait dommage de le faire sans prendre la peine de s'attarder sur ces éléments qui font tout le VRAI charme de Catherine !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 868 fois
20 apprécient

Shoraku a ajouté ce jeu vidéo à 5 listes Catherine

Autres actions de Shoraku Catherine