Amour, philo, religion et ballades en robots

Avis sur Xenogears sur PSone

Avatar Elkala
Test publié par le
Version PSone

Décidément, Squaresoft à l'époque PSOne était très en verve, Xenogears en est l'une des preuves les plus flagrantes. Il reste l'un des jeux à avoir le plus marqué les joueurs et représente vraiment ce que recherchent une grande partie des joueurs: un scénario grandiose agrémenté de multiples références. Le jeu n'ayant jamais vu le jour en Europe, peu le connaissent dans nos vertes contrées. D'ailleurs, il a bien failli ne jamais voir le jour aux USA aussi, pour cause de censure, car le jeu comporte pas mal de critique envers la religion, très exposée dans le jeu.

Alors, passons déjà les défauts du jeu, c'est-à-dire un système de combat un peu bancal, que ce soit à pied ou en mécha, des graphismes déjà vieillots pour l'époques (1998) et un second CD bâclé pour des raisons de budget et de temps (Squaresoft a coupé court au développement car il ne croyait pas vraiment au projet, le jeu n'est donc pas entièrement fini).
Cependant, on pourra noter de belles séquences d'animé en guise de cinématiques, malgré un doublage américain pas vraiment synchronisé (mais le problème sur certains jeux n'est toujours pas réglé, n'est ce pas Mortal Kombat).

Le gros point fort réside dans son scénario. Le jeu se passe dans un futur hypothétique, où une colonie humaine serait envoyée dans l'espace après avoir découvert un artefact lui permettant de le faire. L'artefact faisant des siennes et prenant le contrôle du vaisseau spatial, le capitaine décide de s'écraser sur la planète la plus proche, il y aura deux survivants: Abel et une mystérieuse femme à la chevelure violette.

10 000 ans plus tard, nous voilà dans le village de Lahan, avec Fei, héros du jeu, et Citan, son maître, peu avant la célébration du mariage des meilleurs amis de Fei. Le village se retrouve pris dans une bataille entre des méchas de l'armée de Kislev contre l'armée d'Aveh. Inconsciemment, Fei s'empare d'un mécha, repousse les attaques mais détruit aussi le village, tuant ainsi ses amis. Il est donc forcé de quitter le village et tombe sur Elly, l'une des pilotes des méchas et décide de l'accompagner.

L'histoire semble assez classique au premier abord, mais elle est pleine de rebondissements et de détails. Tout d'abord, notre héros est une personne très peu sûre d'elle, le pourquoi du comment ne peut pas être expliqué ici car ce serait LE spoil du jeu, de même que les origines d'Elly. Les références restent très nombreuses aussi: outre Abel,il y a aussi Caïn, général de la cité de Solaris, qui commande à la planète, et est censée abriter l'élite des êtres humains (ils se considèrent comme des dieux). De même, les doctrines religieuses sont fortement attaquées dans le jeu, car le scénario nous amène à remettre en cause l'existence même de Dieu. Nietzsche est énormément cité aussi dans le jeu (pas en nom propre, mais au niveau de certaines citations) et il existe de nombreuses références à ses livres.

Xenogears est aujourd'hui considéré à juste titre comme l'un des meilleurs, voire le meilleur RPG ayant jamais existé (du point de vue du scénario) et était à l'origine le cinquième épisode de Xenosaga. Malheureusement Xenosaga prendra une toute autre direction.

Un jeu à faire absolument, même si on ne le trouvera qu'en anglais, mais il reste à ce jour le seul jeu de rôle que j'ai fait d'une traite (blizzard à l'extérieur aidant) et dont je en regrette aucune des secondes passées dessus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 364 fois
5 apprécient

Elkala a ajouté ce jeu vidéo à 6 listes Xenogears

Autres actions de Elkala Xenogears