Divinement diabolique et diaboliquement divin

Avis sur De bons présages

Avatar FéElisabeth
Critique publiée par le

L'Apocalypse est proche. Un ange et un démon sont à la recherche du fils des ténèbres élevé sur Terre car s'est à lui que revient de mener le monde à sa fin.

"De bons présages" coécrit par Terry Pratchett et Neil Gaiman est un roman fantastique et humoristique.

Lorsque deux écrivains de talent décident de s'unir pour écrire un roman, cela ne saurait être que de bon augure, ou plus exactement, cela ne peut annoncer que « de bons présages ».

C'est en 1990 que Terry Pratchett et Neil Gaiman, deux auteurs britanniques, ont entrepris l'écriture du roman.

Les deux auteurs étaient déjà connus en Angleterre. Terry Pratchett, principalement grâce à sa série « Les Annales du Disque-Monde ». L'ensemble de son œuvre lui a valu d'être fait Officier de l'Ordre de l'Empire Britannique pour services rendus à la littérature en 1998 et d'être anobli en 2009. Neil Gaiman, quant à lui, était déjà fort apprécié pour ses scénarios de la bande-dessinée Sandman. Ils sont aujourd'hui l'un et l'autre reconnus comme faisant partie des plus grands auteurs actuels de littérature fantastique. "De bons présages" est un roman fantastique mais aussi humoristique qui s'adresse à un public de jeunes adultes.

« Ce n'était pas pendant l'horreur d'une profonde nuit ; l'ambiance eût été plus appropriée, mais que voulez-vous ? on ne peut jamais compter sur la météo » (p.16) C'était donc lors d'une nuit tout à fait ordinaire, qu'un bébé, le fils du Seigneur des Enfers, a été déposé sur Terre. Lorsqu'il aura atteint l'âge de onze ans, les quatre Cavaliers de l'Apocalypse et le Molosse des Enfers le rejoindront pour mener l'Apocalypse. Mais une religieuse satanique a commis une terrible erreur. Elle n'a pas placé l'enfant dans la famille choisie par Satan. L'éducation de l'enfant a donc échappé à la surveillance du Ciel et de l'Enfer. Le démon Rampa et l'ange Aziraphale, qui sont sur Terre depuis les origines du monde, sont chargés de retrouver le garçon. Il a maintenant onze ans et l'heure de l'Apocalypse a sonné.

Mais Aziraphale et Rampa apprécient la vie qu'ils mènent sur Terre, et ils décident donc de désobéir à leurs maîtres respectifs et de mettre tout en œuvre pour faire échouer l'Apocalypse.

Les auteurs nous ont concocté des personnages attachant, hauts en couleur.
Rampa est un démon moderne. il a adapté son travail à notre temps. En effet, avec 7 milliards d'humains sur Terre, terminé de harceler une seule âme pendant de nombreuses années, Rampa a trouvé de nouvelles méthodes. Il a par exemple déplacé « les piquets de quelques petits mètres, cruciaux d'un point de vue occulte » (p.18) qui délimitaient le tracé du périphérique de Londres, ce qui explique les embouteillages quotidiens que vivent des milliers d'automobilistes chaque jour dans Londres, transformant ces aimables conducteurs en personnes d'humeur massacrante. Cette intervention diabolique est d'ailleurs citée « à chaque réunion d'experts en démonologie » (p.17) comme modèle d'efficacité. Rampa est, il faut le dire, divinement diabolique !

Aziraphale est un ange bibliophile et libraire. Il est devenu au fil du temps l'ami de Rampa, et, qui dit ami, dit services mutuels rendus. Et donc si, par exemple, Rampa « devait se rendre à Hull pour une petite tentation vite fait, il pouvait bien en passant s'occuper d'une extase divine sans fioritures à l'autre bout de la ville. [...] tout le monde bénéficiait de plus de temps libre et les frais généraux diminuaient d'autant » (p.52). Si Rampa est divinement diabolique, Aziraphale, lui, est diaboliquement divin.

Terry Pratchett et Neil Gaiman nous fond également rencontrer le jeune Seigneur des Ténèbres, « l'Adversaire, le Destructeur des Rois, l'Ange de l'Abîme sans Fond, la Grande Bête nommée Dragon, le Prince de ce Monde, le Père du Mensonge, l'Engeance de Satan » (p.14) et le Molosse des Enfers, ainsi que les quatre Cavaliers de l'Apocalypse qui roulent en moto. Tous ces personnages ténébreux ont cependant des petits côtés...  angéliques.

Dans « De bons présages », se mêlent, s'entremêlent, s'enchevêtrent, l'écriture et les deux univers des auteurs pour nous offrir un roman parfaitement homogène et bourré d'humour.

On retrouve les personnages cocasses de Terry Pratchett. Les références littéraires, cinématographiques et musicales dont il aime parsemer ses récits pimentent le roman.

On découvre également tout droit sortis du cerveau de Terry Pratchett, de nombreuses notes de bas de page faussement instructives (inspirées certainement par Satan lui-même !) mais réellement amusantes (pouvant même aller jusqu'à provoquer des rires cristallins et éthérés !).

De Neil Gaiman, on retrouve son humour décalé, ainsi que son talent à créer des univers fantastiques mais aussi ses leçons de sagesse.

Au-delà du fantastique et de l'humour, le roman « De bons présages » est aussi un conte moral et philosophique. On y retrouve l'éternelle lutte entre le Bien et le Mal, entre le Ciel et l'Enfer. Les deux auteurs nous font suivre les réflexions du jeune fils de Satan, élevé loin des influences sataniques et célestes. L'enfant se pose de nombreuses questions sur des sujets d'écologie, de société et même de tensions internationales.

Il faut également rendre hommage au traducteur Patrick Marcel qui nous propose une traduction française fidèle à la version originale. Il arrive avec beaucoup de talent à reproduire l'atmosphère amusante, fantastique de la version anglaise dans les jeux de mots et le style.

La lecture du roman "De bons présages" de Terry Pratchett et Neil Gaiman est recommandée à toutes les âmes damnées ou non. Un roman à lire sans délai... avant l'Apocalypse !

Terry Pratchett et Neil Gaiman, "De bons présages", Vauvert, Editions Au Diable Vauvert, 1990, 465p.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 235 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de FéElisabeth De bons présages