Couverture L'Étranger

L'Étranger

(1942)
12345678910
Quand ?
7.7
  1. 134
  2. 144
  3. 246
  4. 412
  5. 931
  6. 2077
  7. 5059
  8. 7565
  9. 5038
  10. 3149
  • 25K
  • 1.7K
  • 5K
  • 191

Sur une plage algérienne, Meursault a tué un Arabe. À cause du soleil, dira-t-il, parce qu'il faisait chaud. Comment peut-il être si indifférent ?

Match des critiques : les meilleurs avis L'Étranger
VS
Avatar LeChiendeSinope
9
Absurde.

ATTENTION SPOILERS Je dirais qu'il faut commencer à lire Camus avec ce roman, paru en 1942. Court, sobre, il décrit mieux que n'importe quel autre de ses livres sa philosophie de l'absurde. Jamais roman n'aura aussi bien porté son titre. Meursault, le narrateur, est étranger à tout. A ce qui l'entoure, à lui-même. Il vit dans l'indifférence la plus totale. Je ne résiste pas à recopier ici le tout début du roman, un incipit juste culte et succulent. "Aujourd'hui, maman est morte. Ou...

177 9
Comment se sentir étranger dans un roman

Je me donne le droit de ne pas aimer l'Etranger. Une écriture bien trop épurée à mon goût, une écriture qui plonge vers le néant. Amateur d'une écriture dense et tortueuse, je reproche à l'Etranger ce que je reproche à beaucoup d'œuvres du XXème siècle comme l'Insoutenable légèreté de l'être de Kundera ou plus largement les livres de Simenon. D'accord il y a la beauté de la suggestion, mais le vide qui entoure chaque phrase est bien trop angoissant, et je préfère la beauté des images... Lire la critique de L'Étranger

52 49

PostsL'Étranger

Critiques : avis d'internautes (148)

L'Étranger
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Nous sommes-nous déjà vus ?

"L'étranger", c'est le portrait d'un Indifférent, d'un de ces hommes qui vit, mais pas pour lui, pas pour les autres non plus. Il est juste là, agissant au gré de l'instant, se laissant porter par les événements présents, ne s'attardant pas à réfléchir aux conséquences de ses actes dans le futur et encore moins à celles qui ont régit son passé, le déniant de ces émotions qui semblent... Lire la critique de L'Étranger

51 7
Avatar Tone-I
8
Tone-I ·
J'en pleure encore....

Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais plus. Probablement une des phrases d'introduction les plus célèbres, et à juste titre, tant elle illustre parfaitement l'étrangeté de ce roman d'Albert Camus. Car, l'étranger, c'est à la fois ce personnage de Meursault, incapable d'empathie pour les autres, et l'étrangeté du roman en... Lire la critique de L'Étranger

27 3
Avatar Thomas_Abarnou
10
Thomas_Abarnou ·
Critique de par -Twist-

Je crois que je l'avais étudié en classe, mais je n'en avais pas grand souvenir. Quel roman sombre. J'ai eu du mal à comprendre précisément le titre avant de saisir qu'en fait l'étranger, c'était bien ce Mersault qui est étranger à la société dans laquelle il vit. Il se passe ceci? Tant mieux. Il se passe ça? Tant pis. Comme disent les anglais "c'est la vie". Le genre de mec insupportable au... Lire l'avis à propos de

2 1
Avatar -Twist-
8
-Twist- ·
Découverte
" L'étranger " pour les nuls

« Aujourd'hui, maman est morte. » lâche Meursault modeste employé de bureau à la joie de vivre digne d'un album de Barbara et au sourire aussi expressif qu'un Michel Sardou entonnant pour la millionième fois son "Connemara" devant son public de retraités à moitié sourds. En effet maman Meursault vient de casser sa pipe au fin fond d'un hospice miteux à deux pas d'Alger la Blanche. Voilà donc... Lire la critique de L'Étranger

82 11
Avatar Ze Big Nowhere
8
Ze Big Nowhere ·
Le conformiste.

Le roman est l'art du particulier, la philosophie vise au général et à l'universel, bien en vain à mon avis. Vouloir mélanger les deux revient à unir en justes noces la carpe et le lapin. C'est possible, tout est possible, mais dans l'affaire, qu'advient-il des enfants ? Les malheureux pourraient bien ressembler à "L'Etranger" de Camus, archétype du chimérique roman à visée... Lire la critique de L'Étranger

63 42
Avatar -Piero-
5
-Piero- ·
Toutes les critiques du livre L'Étranger (148)
Vous pourriez également aimer...