Couverture L'Orange mécanique

L'Orange mécanique

(1962)

A Clockwork Orange

12345678910
Quand ?
7.8 10 893 7
  1. 1
  2. 5
  3. 5
  4. 9
  5. 19
  6. 63
  7. 140
  8. 324
  9. 220
  10. 107
  • 893
  • 104
  • 732
  • 15

Le décor inquiétant de cette fable anti-utopiste est bien connu : c'est celui de la banlieue concentrationnaire, une immense zone urbaine de désolation et de peur. Sur ce monde déshumanisé et ses habitants asservis, Alex, le voyou au charme pervers féru de musique classique et de langues...

Critiques : avis d'internautes (7)

L'Orange mécanique
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Une « coïonnerie »

Anthony Burgess avait, dans ses dernières années, une très grande crainte : celle de ne demeurer dans les mémoires qu'en tant que l'écrivain qui avait inspiré Stanley Kubrick pour « A Clockwork Orange ». Burgess ne comprenait pas même pourquoi un tel engouement réunissait les lecteurs autour de l'Orange Mécanique : au regard du reste de son œuvre, cette brève "novella" n'était bien qu'une...

39 14
Avatar Wakapou
9
·
Ce livre ne parle pas de fruit.

Voyez, O mes frères, comment Votre Humble Narrateur, un tchelloveck comme un autre se retrouve face à la dure réalité de la jiznée des adultes. Alex de Large, 14 ans, maltchickicaïd anglais tolchocke souvent les gens, pendant la notche, pour passer le temps. Il aime voir couler le krovvi rouge des familles, il aime terroriser les lioudis sans défense, comme ce viochko veck saoulot. A force de... Lire l'avis à propos de L'Orange mécanique

9 9
Avatar ailill
9
ailill ·
Bleue comme une orange

Alex est un jeune garçon de quatorze ans, il vit dans un monde qui n'est pas si éloigné du nôtre, où la violence est devenue reine. Le soir, accompagné de sa bande de "drougs" (comprenez potes), il sème la terreur dans la ville, shootés au lait gonflé de drogues, car l'alcool est interdit. Malgré les efforts d'un état policier qui lance ses sbires à la poursuite des délinquants de plus en plus... Lire la critique de L'Orange mécanique

12 21
Avatar Diothyme
9
Diothyme ·
Enfer linguistique.

Je ne lis pas beaucoup de livres hors cinéma (une dizaine par an), mais je voulais lire celui-là, ne serait-ce que pour comparer au film de Kubrick, et pour savourer le talent d'écriture de Anthony Burgess, et pour ce dernier point, je n'allais pas être déçu du voyage. Linguiste de son état, l'auteur a crée un langage spécifique au héros du livre, le Nadsat, mélange entre du russe et de l'argot.... Lire l'avis à propos de L'Orange mécanique

3
Avatar Boubakar
8
Boubakar ·
Découverte
Nadsat !

Anthony Burgess a confectionné un argot d'adolescent particulièrement dur à lire, heureusement que le livre comporte un lexique et la fin de l'histoire est nettement moins dérangeante que dans le film de Stanley Kubrick :) Lire la critique de L'Orange mécanique

Avatar Olivier Boeglen
10
Olivier Boeglen ·
Toutes les critiques du livre L'Orange mécanique (7)
Vous pourriez également aimer...
Dernières actions sur ce livre L'Orange mécanique
Plus d'actualité