Couverture Rien ne s'oppose à la nuit

Rien ne s'oppose à la nuit

(2011)
12345678910
Quand ?
7.5 10 719 52
  1. 1
  2. 4
  3. 9
  4. 15
  5. 28
  6. 62
  7. 136
  8. 256
  9. 157
  10. 51
  • 719
  • 133
  • 285
  • 24

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d'adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d'explication est vouée à l'échec. L'écriture n'y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions...

Match des critiques : les meilleurs avis Rien ne s'oppose à la nuit
VS
Critique de Rien ne s'oppose à la nuit par madamedub

Delphine de Vigan, que l'on avait pu rencontrer avec "Jours sans faim" ou le plus récent "No et moi" signe un nouveau roman, consacré à la vie de sa mère: "Rien ne s'oppose à la nuit", titre emprunté à la célèbre chanson "Osez Joséphine" d' Alain Bashung. Il est difficile, reconnaît humblement Delphine de Vigan, de faire un roman sur sa vie de famille, sur sa mère. Cette dernière, confessent les premières pages, s'est donné la mort a soixante-et-un an, et fut retrouvée par sa fille, après...

21 1
Faut pas nous prendre pour des quiches

Je sors du texte et je ne sais pas trop qu'en penser. Il m'a ému sans que je le veuille vraiment et pas de la façon dont j'aime qu'un livre m'émeuve. Comme beaucoup j'imagine, j'ai trouvé des échos ici ou là, d'une période, d'un moment vrai, j'ai été perméable devant tel ou tel passage. Je n'ai pas été touchée par des personnages, c'est bizarre : j'ai ressenti de l'empathie pour des inconnus. C'est peut-être ça qui me trouble le plus. J'ai quasiment tout lu d'un trait, j'ai lu d'un trait la... Lire la critique de Rien ne s'oppose à la nuit

3

Critiques : avis d'internautes (52)

Rien ne s'oppose à la nuit
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Pour passer une nuit blanche

J'ai abordé la lecture du dernier roman de Delphine Le Vigan avec un peu de crainte. Je n'avais pas vraiment aimé "No et moi" (du coup j'ai fait l'impasse "des heures souterraines") et la rumeur disait que c'était LE roman de la rentrée. Disons-le tout net, j'ai vraiment apprécié "Rien ne s'oppose à la nuit" qui n'est sûrement pas un chef d'oeuvre de la littérature mais qui procure un plaisir de... Lire la critique de Rien ne s'oppose à la nuit

5
Avatar pilyen
8
pilyen ·
Découverte
Critique de Rien ne s'oppose à la nuit par Plume

J'avais lu, entendu, nombres d'éloges sur ce roman et pourtant rien n'aurait vraiment pu me préparer à cette lecture. Nous avons tous une mère : différente, idolâtrée ou détestée, appropriée... et le travail de Vigan qu'elle que soit la mère qu'on ait ou qu'on ait eu ne peut que faire écho chez le lecteur. L'auteure se prête à un jeu difficile, celui de l'analyse impossible d'une mère, depuis... Lire la critique de Rien ne s'oppose à la nuit

10 1
Avatar Plume
10
Plume ·
Critique de Rien ne s'oppose à la nuit par BibliOrnitho

Delphine de Vigan écrit sur sa mère. Un texte qui s'ouvre et s'achève avec la mort de Lucile parvenue au bout du chemin, qui ne désire pas aller plus loin mais au contraire de mourir vivante. Delphine de Vigan nous raconte sa famille. La famille de sa mère. Les grands-parents au sommet de la pyramide, puis les oncles et tantes (neuf en tout), les cousins et cousines. Une histoire ponctuée par... Lire l'avis à propos de Rien ne s'oppose à la nuit

7
Avatar BibliOrnitho
9
BibliOrnitho ·
Un "écho inlassable des morts"

Delphine de Vigan, je l’ai croisée il y a quelques années, à travers No et moi. Je l’avais appréciée, mais aussi vite que je l’ai découverte, je l’ai mise de côté. Son livre m’avait plu mais sa lecture ne m’avait pas transcendé. Et puis, on m’a parlé de Rien de s’oppose à la nuit, « tu sais, de Delphine de Vigan, celle qui a écrit No et moi. » Ah oui c’est vrai ! Alors je l’ai commencé, comme... Lire la critique de Rien ne s'oppose à la nuit

3 5
Avatar Mélanie_Trichet
9
Mélanie_Trichet ·
Se situer dans la lignée d'Angot...

Rien ne s'oppose à la nuit se lit d'une traite, avec avidité je dirais. Pourtant un lourd sentiment de malaise s'installe vite: on est dans du voyeurisme pur. Je ne pouvais m'empecher de me dire: si seulement ce pouvait être une fiction! En effet, au bout d'un moment, j'ai eu l'impression d'etre devant une émission de strip tease, le côté pathétique en plus. On reste jusqu'au bout puisqu'on se... Lire la critique de Rien ne s'oppose à la nuit

10 4
Avatar babouchka
4
babouchka ·
Toutes les critiques du livre Rien ne s'oppose à la nuit (52)
Vous pourriez également aimer...
Dernières actions sur ce livre Rien ne s'oppose à la nuit
Plus d'actualité