Avatar Aurea

Critiques de Aurea

Versus
  Suivre
8.6

Rêvé pour l'hiver

A 15 ans, en pleine phase poétique, je fis mes premières découvertes : j'engrangeais alors les poèmes, tels des objets de collection, les conservant jalousement dans l'écrin de ma mémoire, y puisant à tout moment pour me les réciter avec ferveur. D'aucuns étalent leurs colifichets, moi , je me parais de ces bijoux sans prix, que j'empruntais à des maîtres-orfèvres :... Lire la critique de Les poings dans mes poches crevées : choix de poèmes

79 64
Avatar Aurea
9
Aurea ·
Bande-annonce
7.6

Le Concert

Chaleur moite d'un début d'après-midi dans ce restaurant de Tokyo, où l'inspecteur chef et son adjoint, col ouvert et visage luisant, prennent une pause, le quadragénaire observant le jeune homme qui, le nez dans le bol, engloutit son riz, prérogative de la jeunesse, songe t-il, amusé. Mais très vite les pensées des deux hommes retournent à la découverte macabre qui les... Lire la critique de Le Vase de sable

75 68
Avatar Aurea
9
Aurea ·
Bande-annonce
7.5

Bushi no Ichibun

"Stupide", lance le jeune samouraï, les yeux baissés, tournant le dos à la fine silhouette qui s'empresse autour de lui : une colère feinte qui pour son épouse, rompue à ce petit jeu, sonne plutôt comme une caresse. Une première scène empreinte d'une douceur de vivre qui nous fait entrer d'emblée dans ce drame d'un autre âge et pourtant intemporel, du Japon féodal :... Lire l'avis à propos de Love and Honor

67 37
Avatar Aurea
9
Aurea ·
6.2

Les Vestales

Attendue, vous êtes venue, une après-midi chaude, dans les avenues, sous une ombrelle blanche, avec, dans vos cheveux, tous les étés du Monde. Vous êtes venue, tout mon rêve au soleil n'aurait jamais osé vous espérer si belle." Cet extrait d'un poème de jeunesse d'Alain Fournier, donne le ton : la fille de rêve sera pure et diaphane ou... Lire la critique de Les filles de rêve

55 64
Avatar Aurea
7
Aurea ·
7.7

"Jalsaghar"

Le salon de musique : film-poème adapté d'un conte-indien, munificence d'un monde qui se meurt, somptueuse méditation sur l'inéluctabilité de la mort, à travers le portrait complexe et ambigu d'un aristocrate ruiné, épris à la folie de musique classique traditionnelle. Seul, sur la terrasse d'un palais au bord du délabrement, dont on devine la... Lire la critique de Le Salon de musique

82 94
Avatar Aurea
9
Aurea ·
8.0

Une jeune fille de seize ans

" Le parfum que respirait Oki était celui qui se dégageait naturellement de la peau d’une femme qu’étreignait son amant. Toutes les femmes exhalaient ce parfum, et même les toutes jeunes filles. Il avait non seulement un effet stimulant sur un homme, mais encore le rassurait et le comblait. Ne trahissait-il pas en quelque sorte le... Lire la critique de Tristesse et Beauté

69 87
Avatar Aurea
9
Aurea ·
7.6

L'Intouchable

La Divine...beauté d'un titre, somptuosité d'une affiche, où la profonde mélancolie d'un visage accroche et fascine. Et devant nos yeux la femme s'anime et prend vie : élégance d'une silhouette aux formes pures sous la longue robe fendue, je découvre Ruan Lingyu, actrice phare du cinéma shangaien des années 1930, et c'est toute... Lire la critique de La Divine

72 59
Avatar Aurea
9
Aurea ·
Bande-annonce
6.6

Je est un autre

Gare du Nord, gigantesque fourmilière humaine sur laquelle s'ouvre le film : une première scène inspirée à Robin Campillo par la réalisation de Siodmak Les hommes le dimanche, tourné dans Berlin avant la Seconde Guerre mondiale. A l'instar de son illustre prédécesseur, le cinéaste filme la rue et les gens qui traînent aux abords de la... Lire l'avis à propos de Eastern Boys

96 80
Avatar Aurea
8
Aurea ·
7.9

Soleil noir

Jeune rebelle plein de grâces et de fureur, fruit ambré mûri au soleil grec de Céphalonie, boucles noires et longs cils mauresques, il est Solal des Solal, fils unique et choyé du rabbin Gamaliel. Mais à 10 ans, dans son île, il a connu le massacre des juifs, à 13 ans, sa barmitsvah, qui célèbre la fin de l'enfance, le consacre... Lire la critique de Solal

64 93
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Bande-annonce
7.9

Tentation

Un film sorti juste après la Seconde Guerre Mondiale, et sans doute l'un des plus beaux fleurons du Néo-réalisme italien, ce courant initié par Rome Ville ouverte de Rossellini, mais qu'amorce déjà Ossessione, première oeuvre de Visconti réalisée en 1943 qui sonne le glas d'une époque passée, un courant où les réalités du quotidien, le travail et la... Lire la critique de Le Voleur de bicyclette

154 57
Avatar Aurea
8
Aurea ·