BUB_webzine

Homme, 40 ans, France | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre

Répartition des notes

  1. 17
  2. 29
  3. 78
  4. 297
  5. 609
  6. 548
  7. 942
  8. 1417
  9. 342
  10. 95

Comparez votre collection avec BUB_webzine

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de BUB_webzine
Sondages de BUB_webzine
Critiques de BUB_webzine

Dernières critiques

Bande-annonce
5.3
Critique de Clones par BUB_webzine

Il y a une saveur particulière à revoir Clones (2009) à l’aune de la pandémie de COVID-19. Car en ces temps de confinement, le clonage ne serait-il pas le remède miracle ? Commandé depuis chez soi, notre double irait travailler, ferait nos courses, se rendrait au cinéma, en concert… sans que l’on risque quoi que ce soit. Plus qu’un clone d’ailleurs, le double en question serait plutôt notre... Lire la critique de Clones

Avatar BUB_webzine
8
BUB_webzine ·
7.5
Critique de Optimisme par BUB_webzine

Il faut être un peu insolent pour oser intituler un album Optimisme en 2020. En dépit de la crise sanitaire mondiale, de la charia qui court au Mali, les quatre garçons de Songhoy Blues font pourtant le pari de garder la pêche et de nous guérir de la morosité ambiante en invoquant la pureté de la six cordes. On prend. Songhoy Blues ne triche pas pour nous apporter le soleil ; le... Lire la critique de Optimisme

Avatar BUB_webzine
9
BUB_webzine ·
Mentions J'aime de BUB_webzine

Activité récente

Statuts d'humeurs

What’s Going On (1971) J'aurais aimé aimer. Mais là comme ça j'ai plutôt envie de bailler. Si qqn peut m'orienter vers un album peut-être un peu plus friendly de sa part je suis preneur.
WRONG GENERATION (EP) (2020) Ils frôlent le niais sur les deux derniers titres (sans toutefois y sombrer), mais l'ouragan qu'on se prend sur la caboche avec les six titres précédents suffit à le tolérer.
Drunk (2020) Film insignifiant, sauvé par un Mikkelsen génial, comme souvent. Vinterberg se contente de suivre son pitch aussi débile que prometteur en enchaînant scolairement ses conséquences logiques.
L'Emprise (1982) L'Emprise n'évite pas le syndrome de la porte qui claque, et s'effondre carrément dans la 2è partie en misant sur le surnaturel plutôt que la psychologie de son héroïne, pourtant beau perso torturé.