Lucas Thiebot

Homme, 21 ans, France (14790)
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
"Chacun nos lagunes." Jean Marais (ou Antoine Maret je sais plus)

Répartition des notes

  1. 1
  2. 6
  3. 16
  4. 35
  5. 107
  6. 301
  7. 595
  8. 442
  9. 183
  10. 39

Comparez votre collection avec Lucas Thiebot

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Lucas Thiebot
Sondages de Lucas Thiebot
Critiques de Lucas Thiebot

Dernières critiques

Bande-annonce
7.2
Critique de Le Vent nous emportera par Lucas Thiebot

Après Le Goût de la cerise, Abbas Kiarostami poursuit ses pérégrinations dans les montagnes iraniennes. C'est dans ce paradis terrestre où règne « l'abondance de dieu » qu'il prolonge ses réflexions sur la mort. L'intrigue du Vent nous emportera se déroule cette fois encore plus à l'écart des sentiers battus, puisque c'est dans un village au cœur du Kurdistan iranien que... Lire la critique de Le Vent nous emportera

Avatar Lucas Thiebot
8
Lucas Thiebot ·
6.0
Faille chaotique

Cela m'arrive très rarement, mais depuis une semaine je suis empreint d'une certaine nostalgie qui se traduit par quelques nouvelles brasses essoufflées dans l'univers d'Harry Potter. Après avoir revu plusieurs films, je me suis enfin tourné aujourd'hui vers cette pièce de théâtre sortie des ténèbres l'année dernière. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce retour du... Lire l'avis à propos de Harry Potter et l'Enfant Maudit

Avatar Lucas Thiebot
4
Lucas Thiebot ·

Activité récente

Statuts d'humeurs

Le Feu follet (1963) Parce qu'il fallait bien un second visionnage, trois années plus tard, pour réaliser l'immense chef d'oeuvre qu'est ce film.
Stromboli (1950) L'affiche du film fausse décidément complètement l'idée qu'on peut s'en faire.
Face à la nuit (2019) Sans cette inutile troisième partie (qui prise à part aurait tout de même constituée un très beau court-métrage), on aurait pu avoir affaire à un très grand film.
Basquiat (1996) Absolument ébahi par la performance de Jeffrey Wright. Au vu de sa carrière un peu décevante je n'aurais jamais soupçonné un tel potentiel...