Avatar Margoth

Critiques de Margoth

Versus
  Suivre
7.1

Saturday Rock Night Fever

[...] Autant dire que même si ça fait marrer et qu'on relègue Club Majesty au rang « délire de soirée entre potes », il y a quand même du boulot d'abattu là-dedans. C'est varié et parvient à conserver une belle cohésion d'ensemble. Pour un résultat qui pourra parler à tout le monde car nul doute que ça passerait en boîte de nuit, histoire de remonter le niveau des David... Lire la critique de Club Majesty

2
Avatar Margoth
7
Margoth ·
6.5

La réussite du néant

[...] Un peu dommage parce que The Nothing, par-delà de cette tare qui n'en est pas une pour tout le monde, se révèle être indubitablement l'album le plus monstrueux de Korn sorti depuis fort longtemps. En revenant (partiellement) aux sources, il parvient à l'impensable en donnant un côté très actuel à un mouvement pourtant has-been et moribond. Ne pouvant que donner... Lire l'avis à propos de The Nothing

2
Avatar Margoth
9
Margoth ·
Bande-annonce
7.7

Famille maudite

Sur PlayStation 4 : Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu’on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l’aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu’il ne perde en justesse en terme... Lire le test What Remains of Edith Finch sur PlayStation 4

Avatar Margoth
10
Margoth ·
-

Paradis familial

[...] Cette nouvelle cuvée inespérée qui sort après une longue gestation de cinq ans où le groupe a choisi le parti de le distribuer par ses propres moyens et ceux de ses fans via un financement Patreon – certains titres étaient donc disponibles pour les contributeurs depuis un bon paquet de temps – représente indéniablement la meilleure entrée en matière pour découvrir ce qu'est la... Lire la critique de Family

Avatar Margoth
8
Margoth ·
6.8

Apocalypse sulphurique

[...] Autant dire, Inter Arma reste bien difficile à définir en terme d'étiquette à poser tant il va manger son pain à tous les râteliers du metal extrême, se prenant même parfois des airs post-metal à la Neurosis (le côté lourdement planant, tel l'oxygène d'une grotte, de « Blood On The Lupines » et le d'autant plus souffreteux « Sulphur English »). On pourra même penser à... Lire la critique de Sulphur English

1
Avatar Margoth
7
Margoth ·
7.0

Bordel psychotique

[...] Parce qu'au final, Heavy Yoke, c'est une plongée progressive au cœur de la psychose. Si la première partie est déjà un peu malaisante dans ses ambiances dissonantes, plus ça finit par virer à la folie pure et à l'oppression en bout de course. C'est en terme d'ambiances qu'on sent l'empreinte Extol, bien plus que la part progressive. Qu'on peut éventuellement reconnaître mais reléguée à... Lire l'avis à propos de Heavy Yoke

Avatar Margoth
9
Margoth ·
Bande-annonce
6.3

La grande vadrouille de pépé

Sur Nintendo Switch : Old Man’s Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n’en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n’est pas aussi prétexte qu’il n’y paraît sur le papier tant il vient renforcer l’atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un... Lire le test Old Man’s Journey sur Nintendo Switch

Avatar Margoth
7
Margoth ·
7.1

Dark Vader vous a laissé un message

[...] Au final, le seul souci de Thy Messenger, c'est d'amener deux petites frustrations. Cet arrière-goût de « trop peu » tant des comme ça, on s'en farcirait bien le double sans broncher. La seconde est de savoir que le futur album ne bénéficiera pas de cette production typée death'n roll qui appuie hyper bien l'immédiateté et spontanéité omniprésente ici. Mais au moins,... Lire la critique de Thy Messenger (EP)

Avatar Margoth
8
Margoth ·
-

Mamours à Hiroshima

[...] Bref, dans cet univers, il n'y a absolument plus rien de bien pour ce qui est avenu de l'Humain, tout n'est que souffrance déchirante où l'on aurait bien plus envie d'euthanasier ces aberrations de la nature qu'autre chose. Et le plus tragique dans tout ça, c'est que même celles-ci en sont conscientes, juste que l'instinct de survie animal est plus fort. Elles savent qu'elles n'ont plus... Lire l'avis à propos de Boy Meets Girl

Avatar Margoth
8
Margoth ·
Écouter
6.9

Acte 3, scène 2 : Aux portes de l'enfer

[...] En gros, Goes To Hell reprend la formule School's Out dans son côté comédie musicale exacerbé qui s'impose au détriment du (hard) rock. Sauf qu'il va plus loin encore tant l'on sent que Furnier profite pleinement de son indépendance pour expérimenter jusqu'à partir carrément dans du nawak trippant par moments. Sans qu'il n'oublie pour autant qui il est, histoire... Lire la critique de Alice Cooper Goes to Hell

Avatar Margoth
9
Margoth ·