Avatar Marlon_B

Critiques de Marlon_B

Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.7

Un film prometteur d'un réalisateur inconnu

L'un des premiers longs-métrages de Steven Spielberg, grâce auquel il repartira de Cannes en 1974 avec le prix du meilleur scénario, Sugarland Express révèle aux yeux du public un jeune réalisateur plein de promesses, subversif et critique à l'image du Nouvel Hollywood qu'il représente avec entre autres Scorcese, Altman, Cimino ou encore Hopper. Accompagné d'une belle équipe... Lire l'avis à propos de Sugarland Express

Avatar Marlon_B
8
Marlon_B ·
7.2

L'adaptation de la réalité à l'idéal romantique

Malgré un montage inachevé, L'innocent demeure une grande œuvre d'un cinéaste majeur qui de son fauteuil roulant parvint malgré tout à faire exprimer tout son art. En raison du décès de Visconti, déjà gravement atteint après une attaque cérébrale, ce film a dû s'arrêter au premier montage - personne n'osant toucher au travail du maître - ce qui explique les transitions... Lire la critique de L'Innocent

3
Avatar Marlon_B
9
Marlon_B ·
Bande-annonce
7.6

Une grande maîtrise

D'une grande maîtrise, guidé par un excellent scénario et un montage parfait, Règlement de comptes est un classique et une référence pour les films policier en noir et blanc. Arrêtons-nous pour commencer sur le subtil apport au simple film de genre d'une réfléxion liée à la place et au rôle de la femme dans la société contemporaine. Bien qu'en filigrane, la volonté de F.... Lire l'avis à propos de Règlement de comptes

1
Avatar Marlon_B
8
Marlon_B ·
Bande-annonce
6.2

Montre-nous un nouveau visage

Nouveau film du réalisateur espagnol Alberto Rodriguez, dont le dernier intitulé La isla Minima avait remporté un succès mérité, L'homme aux mille visages ('El hombre de las mil caras') pêche par sa suffisance. Nominé pour ses quatre derniers films au prix Goya du meilleur scénario, et même vainqueur de celui-ci pour le dernier opus qui avait également eu... Lire la critique de L'Homme aux mille visages

3
Avatar Marlon_B
5
Marlon_B ·
Bande-annonce
7.6

Une somptueuse ode à la famille

Magnifique variation sur le thème universel de la filiation, Tel père, tel fils suggère avec grâce une réflexion subtile et intelligente au moyen d'une mise en scène épurée et très soignée. Soulignons d'abord la performance du personnage de Keita, d'une justesse troublante pour un garçon d'un si jeune âge, émouvant à vous en sortir une larme du coin de l’œil sans jamais pour... Lire l'avis à propos de Tel père, tel fils

Avatar Marlon_B
9
Marlon_B ·
Bande-annonce
6.1

L'ombre trop pesante de Rohmer

Copie conforme d'un Rohmer très peu inspiré, L'Avenir ne parvient certainement pas à réaliser le souhait d'un Adorno qui y est cité et pour qui l'art doit être réelle création d'un individu et non pas mimésis dissimulée sous l'illusion de l'unique alors qu'elle n'est que reproduction d'une culture de masse - ici celle des bobos Télérama, contents de... Lire l'avis à propos de L'Avenir

1 1
Avatar Marlon_B
5
Marlon_B ·
Bande-annonce
7.9

Un film remarquable qui annonce le chef d'oeuvre Underground

Kusturica signe avec Le temps des gitans un film remarquable qui annonce, à travers la mise en place des principaux éléments fondant son esthétique, le chef d’œuvre Underground, le meilleur de ses films, justement récompensé à Cannes par une Palme d'or. Le raisonnement dialectique, qu'on ne peut éclipser tant il structure le travail du réalisateur, trouve ici une... Lire l'avis à propos de Le Temps des Gitans

Avatar Marlon_B
8
Marlon_B ·
Bande-annonce
6.5

Une vraie fausse comédie romantique

Cette comédie romantique se distingue d'abord par sa volonté de proposer un langage cinématographique original en cherchant à s'affranchir des codes érodés du genre. Soulignons ainsi le montage qui, hormis le début (la rencontre) et la fin (je vous laisse découvrir) respectant la structure narrative traditionnelle, mêle intelligemment le temps diégétique, sans pour autant nuire à la... Lire l'avis à propos de Comet

2
Avatar Marlon_B
5
Marlon_B ·
Bande-annonce
7.6

Une scène finale époustouflante et géniale

Tony Richardson a su créer un langage cinématographique original, réussissant ainsi à franchir l'écueil de la morne, car trop fidèle, adaptation littéraire au cinéma. Ainsi l'excellent montage de la scène finale où au long de sa course folle surgissent dans un vertige sensible des images-souvenirs, souvent traumatisantes et à forte charge significative, de visages grotesques et... Lire la critique de La Solitude du coureur de fond

1
Avatar Marlon_B
7
Marlon_B ·