Raphmaj

Homme, France (75014) | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Homo eclecticus.
Montherlant rapporte cette anecdote où un collègue lui faisant visiter sa bibliothèque, forte - dit-il - de 10 000 volumes, le fait réagir à part lui : "Combien peu ils lui ont profité ! "
C'est un bon garde-fou contre l'orgueil vénéneux qui nous guette tous ici.

Répartition des notes

  1. 67
  2. 70
  3. 77
  4. 152
  5. 272
  6. 604
  7. 1425
  8. 1488
  9. 371
  10. 99

Comparez votre collection avec Raphmaj

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Raphmaj
Sondages de Raphmaj
Critiques de Raphmaj

Dernières critiques

8.4
It was just a f... dog !

Ça commence comme John Wick. Mais alors un John Wick perdu dans les marasmes fangeux du post-exotisme, éclairé par une lumière trouble, vineuse et instable. Un John Wick englué dans une atmosphère toxique d’après-vie, se trainant dans cette longue agonie et cette longue défaite d’une fin du monde étirée à l’infini. On ne s’étonnera pas que John Wick soit ici une... Lire l'avis à propos de Kree

5
Avatar Raphmaj
8
Raphmaj ·
-
Débords de l'hospitalité

On commence un livre par sa fin, par ce qui, la dernière page tournée continue en nous et fait véritablement le livre. Qui fait du livre plus qu’un ensemble de pages et de mots, un continuum de pensée et d’imaginaire. Ce n’est pas qu’il n’y ait d’autres modes d’être affecté par la lecture bien sûr, il y a tous ces livres que l’on oublie la dernière page tournée, tous ces livres dont... Lire l'avis à propos de Voir venir - Écrire l'hospitalité

3
Avatar Raphmaj
9
Raphmaj ·
Mentions J'aime de Raphmaj

Activité récente

Statuts d'humeurs

Spectrographies (2015) "Spectrographies" sera projeté au cinéma MK2 Beaubourg, lundi 20 février 2017 à 20h, dans le cadre du cycle "Où va le cinéma" organisé pour les 20 ans de Le Fresnoy.
Un homme qui dort (1967) Un étrange anti-nihiliste qui renverse littéralement la proposition nietzschéenne du nihilisme, ce héros préfère ne rien vouloir du tout que de vouloir le néant (le côté Keiji Nishitani de la chose).