Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

2.7.0: Château Noir par Aymeric Walden

Avatar Aymeric Walden
Critique publiée par le

Le facteur nostalgie influe parfois en faveur d'un album. De la complaisance avec laquelle on va accueillir à nouveau l'enfant prodigue du rap francais. Parfois c'est le contraire. Et un album entretenant la nostalgie comme Or Noir premier du nom, va peser comme une ombre au tableau des récents projets. C'est le cas avec ce Chateau Noir rassemblant enfin Kaaris et Therapy après que les deux acolytes aient mis un terme à leur collaboration en plein boom. Une collaboration qui était attendue, mais aussi qui n'était plus attendue dans la mesure où elle semble arriver trop tard. Après quatre albums sans le producteur attitré de ses premiers albums, ou juste avec des collaborations sporadiques (Blow), l'étalon Kaaris n'est plus tout à fait le cheval de course qu'on était en droit d'attendre. Et même si on retrouve un certain talent d'écriture dans les morceaux, le rap a pas mal changé en l'espace d'une décennie. Retrouver les structures de morceaux devenus génériques de Therapy, n'etait sans doute pas à faire. Heureusement l'écurie s'en passe partiellement. En tout cas Therapy Music signe ici son grand retour avec son étalon Kaaris... Alors que penser des morceaux ?

Eh bien la première chose qui frappe c'est qu'on a enfin affaire à un album sans compromis. La DA du producteur suit une ligne directrice intransigeante et les morceaux sont beaucoup plus calibrés qu'avant pour nos oreilles ayant saigné Or Noir part. 1 et 2., s'ouvrant même légèrement à la drill.
Mais passées trois écoutes on semble ne plus vouloir entendre parler de Kaaris, pour toujours et à jamais.
Peut-être aurait-il du suivre la direction contre-employée de Chicha...
Le MC multiplie les punchlines aiguisées comme des katana, pourtant ça ne prend plus.
Quelque chose est passé.
On a grandi.
On a veilli.
L'époque de notre jeunesse fait partie d'un passé révolu.
Les enfants que nous étions ne sont déjà plus que des souvenirs.
Il ne reste que des souvenirs.
Kaaris lui aussi a pris de l'âge, déjà qu'il n'était plus tout jeune.
Et on y croit encore moins.

Tout ça pour dire que ce qui était une petite révolution au moment t de sa sortie, n'est plus qu'un terrain de désolation, sur lequel tombe lentement une pluie de cendres.

Et Chateau Noir n'est pas l'album que nous attendions car il pose Kaaris dans une position statique.
Staticité vs mutabilité.
Quand aurons-nous droit à un Okou Gnakouri au crâne chauve, révolutionné comme la trajectoire des astres ?
Mais bon il plait aux fans, alors...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 110 fois
5 apprécient

Autres actions de Aymeric Walden 2.7.0: Château Noir