Tu ne trouves pas Rien 100 rien de Jul ? C'est normal : nous rencontrons un petit problème avec la base de données Musique. On vous tient au courant.

Avis sur

Boy

Avatar FlyingMan
Critique publiée par le

Techniquement, U2 n'a jamais eu dans son groupe un Hendrix ou un Lennon. C'était juste des gamins volontaires qui ont toujours bossé dur. Rien de bandant pour les musiciens frustrés qui n'ont jamais percé et se sont reconvertis en critiques (Manoeuvre si tu nous lis), et pourtant c'est ce qui fait le charme de U2. Des mecs du fin fond de la bourgade irlandaise qui sont devenus le plus gros groupe du monde ! U2 possédait, notamment au travers de Bono, un charisme, une étincelle, ce qui leur a permis de partager leur passion ! Tout ca via des contrats et articles de presse qui n'ont pas été rédigé après l'écoute d'une démo mais à chaque fois lors d'un concert de U2. C'est leur seconde force, une intensité et une symbiose rare ressort de leurs live. La dynamique de ces 4 là est importante, et si un manque à l'appel, ca ne tourne plus ! Raison sans doute pour laquelle 30 ans plus tard rien a changé !

Mais revenons à l'album Boy, premier du groupe et produit par Steve Lillywhite. On pourrait regretter ses clochettes inutiles et bien trop présentes sur le nerveux I Will Follow, on est tout de même soulagé que ce n'est pas Martin Hannett comme prévu à la base aux commandes. Ne voyez aucune offense, le talent du producteur des Joy Division est énorme mais U2 aurait manqué d'identité avec ce dernier qui aurait appliqué ce son typique à l'album des irlandais. On peut d'ailleurs apercevoir le résultat sur le fabuleux 11 o'clock tick tock, premier single du groupe, et faisant ressortir guitares et grosse caisses comme le groupe de Ian Curtis. Avec Steve Lillywhite, rien ne sonne vraiment comme un autre ! U2 y expose à l'image de la couverture, leur adolescence, leur frustration et toute leur naïveté, mais une belle naïveté, du monde et de la vie en général. La perte d'un parent cher, le fait de devenir un homme, etc... U2 s'ouvre à cœur ouvert comme jamais notamment sur ce titre Into The Heart d'une beauté simple et incroyablement touchante.

La Face A frôle la perfection, c'est nerveux, de la guitare d'I Will Follow à celle de Stories For Boys qui sera même réutilisé 25 ans plus tard pour Vertigo ! L'écho Twilight résonne encore. Out Of Control lui représente l'état d'esprit déchainé d'un Bono au lendemain son 18e anniversaire. La Face B est moins dense, notamment le creux The Ocean et A Day Wihtout Me (pourtant ce dernier sorti en single !). Il faut attendre Another Time Another Place pour relever tout ca, et surtout le grandiose Electric Co. premier porte drapeaux blanc. Électrique ! Héroïque !

Naïf mais incroyablement beau et réussit, Boy étonne de la part de si jeunes garçons de 19 ans (et la jalousie débute par la même occasion, va falloir vous y habituer les gars !). Il représente l'essence même de U2. Ils pourront se cacher derrière des chapeaux de cow-boys, des lunettes noirs ou des boules à facettes dans les années à venir, quand on gratte un peu, il y a toujours une part de Boy sur chaque album. Quelque chose de sincère et hypnotique !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 386 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

FlyingMan a ajouté cet album à 2 listes Boy

Autres actions de FlyingMan Boy