Mea Culpa

Avis sur Buena Vista Social Club

Avatar Eric Pokespagne
Critique publiée par le

J'ai longtemps pensé que "Buena Vista Social Club" était un album pour les bobos, qui écoutaient de la "world music" (sans doute l'étiquette musicale que je déteste le plus...) en fond sonore quand ils recevaient des collègues de l'agence de pub à dîner dans leur loft. Et puis j'ai toujours eu un mépris teinté d'arrogance pour tous ceux qui vont passer leurs vacances à Cuba, profitant de la misère de l’île pour se rassasier de soleil, de rhum et de filles (souvent) pour pas cher. Donc je n'avais jamais écouté cet album, d'autant que la démarche "d'ethnologue" de "l'ami américain" Ry Cooder sentait un peu trop la récupération culturelle colonialiste. Et puis j'ai fini par l'acheter, pour faire plaisir à ma tendre moitié... et il y a eu le choc "Chan Chan", une immense chanson conjuguant parfaitement mélancolie et allégresse, beauté de l'âme et tressautement langoureux du corps. Alors j'ai maudit mes préjugés, et je me suis plongé dans la découverte de cet univers qu'est la musique cubaine, aidé par les excellents commentaires du livret. Aujourd'hui j'adore les trois quart de cet album si différent, et en particulier cette alliance de virtuosité discrète et de désespoir muet que font naître les musiciens du groupe, pour la plupart de vieilles gloires locales alors oubliées au sein de la société castriste, auxquelles le succès de l'album a donné une seconde chance. J'ai beaucoup de mal avec le dernier quart, celui voit les influences jazz ou même seulement nord américaines contaminer les rythmes cubains, et je ne vois pas d'autres solutions que sauter une paire de morceaux mortellement ennuyeux. Mais bon, il était temps pour moi de faire amende honorable et de célébrer cet album qui mérite mieux que sa réputation un peu lisse. [Critique écrite en 2015]

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 360 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Eric Pokespagne Buena Vista Social Club