Cinquième roue du carosse

Avis sur Cinquième As: Fifth Ace

Avatar Atoth29
Critique publiée par le

Cinquième As est, comme son nom l'indique, le 5ème album du rappeur Mc Solaar.

Un mec sympa ce Claude. En tant que personne, le mec semble constamment en retrait de la vie publique et, lorsqu'il se montre, semble toujours assez effacé. Mais une fois derrière le mic, Claude devient Mc Solaar, un rappeur qui manie et retourne la langue française à l'envie. Mc Solaar c'est un rappeur gentil, qui ne fait pas peur à la ménagère.

Mais alors quid de ce "Cinquième As"?

Passé l'habituelle introduction qui mixe l'ensemble des pistes de l'album (de très bonne facture ici), arrive "Solaar Pleure" où le rappeur raconte tour à tour son testament, sa montée au ciel, ses pérégrinations dans le jardin d'Eden, sa damnation en enfer jusqu'à sa libération par la destruction du Diable. Vaste programme donc, condensé en 5 minutes. "Solar Pleure" est une chanson tonitruante qui monte en rythme crescendo à chaque nouveau couplet jusqu'à l'apothéose explosive et où Claude enchaîne avec classe jeux de mots et autres figures de style. Une réussite.

Plus anecdotiques, s'enchaînent les pistes "Lève toi et rap" et "Les colonies". Agréables mais très vite oubliées.

"Hasta la vista", dont le premier couplet est chanté en espagnol, prend les couleurs d'un western spaghetti avec son lot de pistoleros, gringos et couchers de soleil. Un titre coloré et bourré de références.

« La belle et le bad boy » est l’occasion de nous présenter une jolie amourette entre deux jeunes adultes qui se termine tragiquement par la mort de la fille.

« La la la la » avec son titre régressif n’est qu’un délire de Mc Solaar sans réel sens ni message particulier.

Le titre « Arkansas » est plus intéressant : on y parle d’un fait divers aux USA à propos de Steve Carter un jeune enfant de 8 ans qui a ouvert le feu à la sortie de son école. Une fable absurde dénonçant sans trop y toucher le port d’arme.

« Baby Love » a sans doute le refrain le plus dégueulasse de l’album. Pour le reste, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Ca ne ressemble pas vraiment à du Solaar et c’est assez mauvais.

« Dégâts collatéraux », sorte de cri de rage venu des cités est assez agréable que ce soit au niveau des textes ou de l’intru.

S’ensuit l’excellent « RMI », sous la forme d’une discussion skyzophrène qui traduit l’envie constante qu’a Solaar de vouloir changer le monde. Le refrain sous forme de chœurs d’enfants et le sens de la formule du rappeur achèvent de rendre ce titre très réussi.

« C’est ça que les gens veulent » featuring Grespect inaugure la première collaboration de l’album. Et bah le featuring n’apporte pas grand-chose et le moins qu’on puisse dire c’est que les couplets de Grespect font un peu tâche à côté de ceux de Claude. Reste une chanson à la gloire du hip-hop tout juste sympathique.

« Hiphopaloorap » est l’ovni de l’album. La piste dure 1mn45 avec un certain Don Xeré Delavega et laisse un peu perplexe. Personnellement je l’aime bien mais je me demande vraiment ce que ça vient faire au milieu de l’album.

« Le cinquième as » est un pur égo-trip. Le refrain, très grandiloquent, est assez sympa quoiqu’à la limite du ridicule. Sinon pour le reste, c’est assez moyen.

« Playmate » est un poil au-dessus de « Baby Love » mais n’a rien de transcendant non plus. Mais cette fois l’instru au piano est sympa et le flow est posé et se laisse facilement écouter.

« L’homme qui voulait 3 milliards » featuring Bambi Cruz ne semble pas plaire à tout le monde. Pourtant le sujet – un mec qui demande 3 milliards à son banquier – et le texte sont très bons.

« Si je meurs ce soir », plus mélancolique, clôt enfin l’album. Claude rappe avec Black Jack (et pas Joey Starr comme je l’ai cru pendant des années). Le morceau est teinté d’amertume et de fatalisme. Une belle chanson pour terminer en douceur cette galette.

Un album très inégal, enchaînant les morceaux de bravoure avec « Solaar Pleure », « Hasta la Vista » ou encore « RMI » mais qui possède trop de pistes justes moyennes voire carrément médiocres ("Playmate") pour satisfaire pleinement. Peut mieux faire Claudio !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1104 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Atoth29 Cinquième As: Fifth Ace