Happy hour forever

Avis sur Closing Time

Avatar Sheller
Critique publiée par le

Nous composons au quotidien avec des aimants. Des personnes vers lesquelles nous tendons naturellement, pour lesquelles nous exprimons un intérêt au premier coup d'oeil inexplicable mais suscité par leur seule présence tangible, leur profondeur d'esprit transparaissant au travers de leur être. Surtout, l'inexistence d'objectivité dans ces attirances engendre un sentiment de liberté et de non-retenue, de démesure, d'envie de savoir plus, sans être gêné, contenu.

Closing Time est à la musique ce que sont les personnes dotées de ce fameux aimant de l'intérêt inexplicable.
Une ambiance vaporeuse, des lumières tamisées reflétant toutes les teintes or et ébène des bières servies dans des verres déjà trop sales, un bois de comptoir usé et quelques peu poisseux, un opaque nuage de fumée, la chemise en flanelle déjà atteinte par l'odeur de la cigarette, un bruit d'ambiance puissant mais finalement peu dérangeant, un voisin inconnu sur un tabouret en skaï molesté demeurant dans l'ombre.

Waits parvient à faire oublier le lieu exact, le temps précis dans lequel se déroule l'acte unique ce disque : seul subsiste une ambiance dans laquelle certains s'identiferont, se reconnaîtront, pour des raisons plus ou moins claires ; impossible de dater, de situer, de savoir ce qu'il se passe avec Closing Time mais une rencontre, une voix, des bruits se sont transformés en sons voluptueux.

Ces précieux thèmes de l'amour, de la solitude, de l'obscurité, du soir, du voyage intérieur sont à saisir au choisir parmi la carte trop cornée du comptoir près duquel on rencontre Waits.
Ces curieux arrangements faits de piano (auquel on donne aisément sans le démontrer le label de « piano de bar »), de guitare, de trompette, nous enivrent. On ne comprend pas tout immédiatement, mais on a déjà envie de réécouter.

Et si Tom n'était en fait pas cette rencontre inespérée tard le soir – ou en fait oserions dire tôt le matin – qui venait à nous redonner l'énergie pour avancer? Personne ne verra le visage de cet homme, peu comprendront tout ce qu'il palabre, mais beaucoup seront touchés par une voix pourtant rebutante, par des instruments divinement employés, par des mots prudemment et savamment choisis.

La stout est bien inspirante. Profitons-en : ce bar ne ferme jamais ; Waits ne vous a pourtant pas attendu pour commencer mais il n'est jamais trop tard pour s'inviter à sa table.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 97 fois
2 apprécient

Autres actions de Sheller Closing Time