Tu ne trouves pas Rien 100 rien de Jul ? C'est normal : nous rencontrons un petit problème avec la base de données Musique. On vous tient au courant.

Je suis l'opérateur du mini calculateur... ou comment Kraftwerk est 25 ans trop en avance.

Avis sur Computerwelt

Avatar Frank Reich
Critique publiée par le

Après le succès plus ou moins modéré de The Man-Machine en 1978, le groupe passe deux années complètes a remplacer leur matériel et à améliorer leur placement scéniques. Bien sûr, le groupe n'est plus tout seul dans la catégorie techno-pop. En effet, des groupes tels que Depeche Mode ou même Gary Numan ont intégré des synthétiseurs dans leur toutes dernières productions. Pourtant, avec Computer World, Kraftwerk frappe très fort dans l'industrie de la musique. En effet, avec Trans-Europe Express, cet album a clairement inspiré le hip-hop mais également l'électro américaine (qui donneront naissance a la techno a Detroit vers 1986). Bref, Ralf et Florian font ici avec Computer World leur dernier coup de maître. La tournée mondiale qui suivra la sortie de l'album en 1981 verra Wolfgang Flûr jouer en live dans le groupe pour la dernière fois (il quittera le groupe définitivement en 1987, Karl Bartos y restera jusqu'à la production de The Mix et de la tournée Italienne de Kraftwerk en 1990).

Cet album s'ouvre avec les boucles synthétiques et hypnotiques de "Computer World", qui prédit un monde contrôlé par ordinateur (ce qui arrive aujourd'hui). Le morceau, assez répétitif est loin d'être le meilleur de l'album. Les premières notes de "Pocket Calculator" font sourire de part leur son vintage de minis-synthés (comme le Stylophone de 1967). En effet, ce morceau se veut être une ode a la miniaturisation et les sons de calculatrice sont amusants a entendre. Comme le reste de l'album, les prédictions de Kraftwerk seront justes ! Qui n'a pas aujourd'hui un portable avec fonction calculatrice dans sa poche ?
Le morceau suivant, mélangé avec "TEE" a donné "Planet Rock" d'Afrika Bambataa en 1982. En effet, " Numbers ", avec son rythme très électronique qui sera repris plus tard dans nombre de morceaux hip-hop, est novateur. Le morceau contient également des voix samplées et vocodorisées qui répètent des chiffres de 1 a 8 dans toutes les langues (allemand, anglais, français, italien, espagnol, russe et japonais). Ce morceau a ouvert tout les concerts de Kraftwerk à cette période.
"Computer World 2" garde le même rythme que "Numbers" mais reprends la mélodie de "Computer World". Ici, le morceau est plutôt sympathique et même assez planant quand les chiffres samplés refont leur apparition.
La face B de l'album s'ouvre sur LE chef-d'œuvre de Kraftwerk, leur morceau le plus connu sans doute (avec "The Model" et "Autobahn"). Il s'agit de "Computer Love" qui a récemment fait l'objet d'une reprise assez réussie de Coldplay, nommée "Talk" dans son album X&Y de 2005. Ainsi, ce morceau est très connu des jeunes générations. La chanson, très mélodique, prédit encore notre époque et les sites de rencontres en ligne. "Home Computer" commence sur une phrase de synthétiseur rappelant les sons d'un ordinateur personnel de l'époque. Encore une fois, les phrases répétitives et peu mélodiques ont beaucoup inspiré les futurs géniteurs de la techno aux USA. Ici, Kraftwerk glorifie bien-sûr le fait de posséder un micro-ordinateur chez soi (prédiction juste une fois de plus). L'album se termine sur "It's More Fun To Compute ", un morceau dans la continuité de "Home Computer" (en concert, le groupe jouera un mélange des deux morceaux). Les boucles rythmiques et instrumentales du morceaux sont assez hypnotiques et planantes, pour terminer l'album en beauté et annoncer l'explosion des groupes de synth-pop et de techno-pop qui va suivre cet album.

Pour conclure, cet album de Kraftwerk est un des plus réussis et le plus apprécié des fans. En effet, le genre musical électronique devient enfin populaire a cette période, la pop finit par intégrer des synthétiseurs dans tous leurs morceaux (voir par exemple la Madonna des débuts, vers 1982/83). Kraftwerk atteint aussi malheureusement son apogée avec cet album. D'ailleurs, le plus gros succès du groupe arrivera en 1982 aux R-U avec la sortie single de "Computer Love/The Model" qui devient numéro 1 des charts. Il faudra alors attendre encore cinq ans pour que Kraftwerk donne un dernier signe de vie avant de re-disparaitre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 462 fois
3 apprécient

Frank Reich a ajouté cet album à 7 listes Computerwelt

Autres actions de Frank Reich Computerwelt