Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Le voilà

Avis sur Cyborg

Avatar Lite
Critique publiée par le

Cet album corrige le tire de Feu. Là où le premier album solo de Nekfeu échouait, Cyborg réussit.

La maturité des textes est nettement supérieure à Feu, et c'est ce que Nekfeu fait de mieux. Et c'est précisément là où il est intouchable, peu importe le message qu'il souhaite faire passer, bien qu'ils étaient très clichés et grossièrement amenés dans Feu, c'était toujours amené avec une qualité lyrique exceptionnelle. Ici, les sujets abordés font échos au titre de l'album dans la manière de les traiter, soit par une lexique référant au terme Cyborg, soit par une légère robotisation de la voix de Nekfeu à de rares moments.

Il le commence par une remise en question arborée de questions rhétoriques auxquelles n'importe quel jeune peut s'identifier sur "Humanoïde", intitulée ainsi pour référer à l'apparence du Cyborg qu'il anime dans l'intégralité de l'album via un lexique informatique récurrent.

Sa plume affinée est ce qui inspire en moi le respect envers Nekfeu sur cet album. Son talent est reflété sur chaque tracks via sa syntaxe, ses éléments rythmiques et ses figures de style irréprochables.

Plusieurs tracks contiennent des couplets où Nekfeu essaie des musicalités originales et inédites pour lui, et ça marche. Ces musicalités sont parfaitement amenées sur des instrus bien plus sobres que Feu, des sonorités issues de Jazz et Trip-Hop font leur apparition, ces dernières rendent plusieurs titres bien plus saturniens et mystiques comme dans Besoin de sens par exemple.

Pour ce qui est des feats, il respecte sa sempiternelle intention de partager bien des tracks avec les gars de L'Entourage et du S-Crew, avec quelques guests bien moins connus. Ils font tous très bien leur travail respectif, Sneazzy amène l'egotrip le mieux maîtrisé du rap français à mon goût (il est en pleine ascension lui aussi avec son dernier projet "Dieu Bénisse Super Sound"), Jazzy Bazz se sert de ses métaphores pour éveiller le poète enfoui en nous. Je suis un peu plus sceptique quant à la présence de Crystal Kay et Murkage Dave.

Mes mentions spéciales : Humanoïde, Mauvaise Graine, Avant tu riais, Besoins de sens
Mes déceptions : Esquimaux, O.D

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 806 fois
6 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Lite Cyborg