T'es QLF ou tu l'es pas

Avis sur Dans la légende

Avatar Terrence Jung Gustav Mckenna
Critique publiée par le

Pour commencer, oui je suis totalement QLF, mais que depuis cet album.

Je m'explique.

Je n'ai déjà jamais écouté le premier projet de PNL, qui se nomme donc "Que La Famille", enfin j'ai déjà dû entendre un ou deux sons et c'est tout.

Puis est venu Le Monde Chico, un bon album que j'ai plutôt pas mal écouté mais ATTENTION ya pas tous les morceaux qui sont géniaux sur ce dernier, en effet cet album oscille entre sons très moyens ou sympas sans plus et deux trois perles comme : "Oh Lala", "J'suis PNL" et "Tempête". En fait, c'est avec Oh Lala que les deux frères, Ademo et N.O.S se sont vraiment fait remarquer, avec un clip magnifique tourné en Islande, dans un sublime décor naturel exempt de l'empreinte de l'Homme. En fait, le véritable problème du Monde Chico, ce sont les paroles. Les instrus sont déjà très belles, planantes et linéaires, l'ambiance est posée, mais les paroles sur la bibi et sur la zeub sont un peu trop répétitives, en fait c'est toujours le même sujet qui revient mais remanié de différentes manières.
Mais bon, néanmoins un bon album dont je n'étais pas fan au début, à la première écoute de PNL j'étais très loin de trouver sa génial, je trouvais ça plutôt sans plus.

Désormais, la donne a changée. Dans la légende est l'album qui va réellement les faire rentrer dans la légende. Déjà, avant de rentrer dans le vif du sujet : cet album est un chef d'oeuvre. Absolument. A l'heure actuelle après l'avoir séché et reséché, aucuns morceaux n'est mauvais, un seul morceau est juste bon (ce qui est déjà cool) et tout le reste est très bon voir excellent voir au niveau de chef d'oeuvre pour quelques morceaux. Ici, PNL crée définitivement un univers jamais vu dans l'histoire du rap toute nationalité comprise et une ambiance sans pareille, souvent mélancolique et nostalgique du passé. Ils racontent leur passé de gars qui ont vendus des grammes pour faire vivre "la mif" comme ils disent si bien, mais aussi des peines en amour et l'évolution dans ce dernier album est qu'ils commencent à parler de leur succès et sont fiers de sortir de la galère du quartier. Ceci se voit surtout dans le plus beau morceau de l'album et leur plus beau morceau : "J'suis QLF" avec un clip sublime sur une île paradisiaque mais aussi dans le dernier titre joliment nommé :"Jusqu'au dernier gramme" ou ils expliquent le fait que le passé est derrière et qu'ils se focalisent sur d'autres intérêts désormais, cela peut aussi un peu se voir dans "Uranus", morceau le plus calme et doux de l'album, ou dans le morceau un peu zouk reggaeton "Bené" qui est un peu "Validée" de Booba version PNL.

Et c'est justement cela qui fait plaise à entendre, c'est qu'ils parlent certes toujours de bibi sur le rin-té mais aussi de leurs vies, de leurs sentiments, ils montrent que ce sont des êtres humains comme n'importe qui et qu'ils ont leurs galères. D'ailleurs, un détail assez important qu'on retrouve dans certains titres c'est le fait qu'ils parlent avec un certain désintérêt devant leur carrière comme dans Sheita avec Ademo: "Disque d'or ah bon c'est nous, wallah j'savais pas" ou bien N.O.S. dans Luz de Luna : "J'monte sur scène, l'impression d'être une bête de foire" ici, ils expliquent donc leur balekouillisme de la scène et de leur succès sans vraiment le comprendre alors qu'ils remercient ceux qui les suivent car ils ont pus sortir de la vente de produits illicites.

Puis, pour sortir du cadre des sons, on peut se focaliser aussi sur les clips, de La Vie est Belle à Onizuka, c sublime. Naha et Onizuka se découpent en deux parties justes magnifiques, puis il y a Bené qui va arriver. Ces deux clips même s'ils sont encore centrés sur la vie en bas des blocs et sur le trafic, sont très bons car ils sont scénarisés et se suivent, ici, Ness, leur réal de pecli quitte le domaine de la musique pour celui du cinéma avec un véritable métrage découpé en trois parties dont les deux premières sont déjà sur YT, le seul problème est le jeu d'acteur parfois pas très lourd mais tant pis, ce fût déjà une excellente idée d'instaurer des codes cinématographiques et de raconter une histoire avec leurs sons derrière.

Bref, c'est le choix de chacun d'être QLF ou non, j'ai choisi mon camp !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1834 fois
15 apprécient · 4 n'apprécient pas

Terrence Jung Gustav Mckenna a ajouté cet album à 1 liste Dans la légende

  • Albums
    Cover TOP 80 FUCKIN ALBUMS

    TOP 80 FUCKIN ALBUMS

    Cette liste est là pour guider l'âme en mal de nouvelles découvertes rafraichissantes. Subsiste un album manquant auquel...

Autres actions de Terrence Jung Gustav Mckenna Dans la légende