Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Ouin ouin, je suis si torturé

Avis sur Dark Passion Play

Avatar Nolwenn-Allison
Critique publiée par le

On compare trop souvent Dark Passion Play à Century Child, à cause de leur univers très sombre. Je trouve, pour ma part, que DPP est une caricature de son grand frère.

Century Child était un album mélancolique, qui reflétait des sentiments post-rupture amoureuse, avec toutes ses variations, tantôt violentes, tantôt nostalgique, etc. et pour moi, ce disque est (excusez l'expression) une véritable oeuvre poétique.

Mais Dark Passion Play, c'est l'album du geignard. Pourtant, on ne pouvait que féliciter l'audace de Tuomas d'avoir placé en début de tracklist un morceau de 14 minutes, The Poet and the Pendulum, une masterpiece qui plus est. Mais ce qui est décevant, c'est qu'il fait office de cache-misère. Dès Bye Bye Beautiful, on affronte la réalité de l'album : c'est une occasion d'en mettre plein la figure à cette biatch de Tarja et à son capitaliste de mari, et de dire à quel point on se sent torturé et patati et patata. On pourrait à la limite passer outre les sujets, si encore on avait retrouvé la poésie de Tuomas Holopainen, si magnifique dans les albums précédents. Là, on a l'impression que ça a été écrit par un enfant de 5 ans. Oui, j'ai bien dit un enfant de 5 ans, parce que non, répéter deux fois "Bye Bye Beautiful" ou "Master Passion Greed" ne fait pas un refrain, voilà.

Mais après tout, on pourrait se dire qu'il nous reste la version instrumentale. Donc musicalement, ça donne quoi ? Vous prenez Century Child et Once (je suis sûre que si l'on écoute Amaranth et Nemo en même temps, on tombe sur la même structure, au même moment), vous changez de chanteuse et vous rajoutez encore plus d'orchestrations pour montrer que vous avez plus de budget, et vous obtenez Dark Passion Play. Rien de bien transcendant, donc, même si l'arrivée de morceaux plus celtiques est une très bonne idée, qui aura bien germée, vu ce que ça donne sur Imaginaerum.

Pourquoi avoir mis 6, alors ? Eh bien même si je me lasse très vite de cet album, c'est quand même grâce à lui que j'ai découvert Nightwish et qu'il est devenu mon groupe préféré. Ca veut dire qu'il avait quand même quelque chose qui m'avait charmé (The Poet and the Pendulum). Et puis, de temps en temps, j'aime me le repasser. Mais seulement une fois de temps en temps, il gave assez rapidement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 701 fois
8 apprécient · 2 n'apprécient pas

Nolwenn-Allison a ajouté cet album à 1 liste Dark Passion Play

Autres actions de Nolwenn-Allison Dark Passion Play