Avis sur

Days of Future Passed par BenjaminSpringsteen

Avatar BenjaminSpringsteen
Critique publiée par le

Les précurseur ne sont pas toujours fixe dans le milieu du rock et des débat houleux ont parfois lieu pour définir à quel groupe reviens la paternité de certains mouvements.
Le rock progressif n’est pas une exception à la règle et, si la plupart des observateurs s’accordent pour qualifier « in the court of the crimson king » comme le premier album progressif, d’autre remontent plus loin.
Plus précisément à la sortie de ce « day of the futur past » en 1968.

Pour comprendre ce point de vue il faut remonter en 1967, lorsque le groupe trouve son identité sonore grâce à l’utilisation du mellotron.
Les musiciens son parmi les premiers à utiliser cette instrument qui donne un coté symphonique à leurs compositions pop.
Ajouter à cela leur utilisation fréquente de la flute et du piano, et vous comprendrez pourquoi ce groupe est important dans la mythologie progressive.
Conscient du virage artistique de son groupe, Decca lui propose d’enregistrer une version rock de « la symphonie du nouveau monde ».
Les moody blues accepteront de collaborer avec un orchestre, mais pour enregistrer leurs compositions.
Le résultat est contenue dans ce « day of the futur past » qui prédit l’arrivé prochaine de yes , genesis et autres groupes symphoniques.

1967 est aussi l’année de l’album, les beatles ont initiés cette tendance et les disques pop sont désormais des œuvres.
Le 33 tours est donc le format de référence et les moody blues seront parmi les premiers à articuler leurs albums autour d’un concept.
« days of the futur past » raconte donc la journée de personnes lambda, du matin au soir, sur fond de mélodies symphoniques.
Le london festival orchestra parsème l’album de quelques passages instrumentaux qui donne à l’album une superbe cohérence.
Il faut dire que, pour donnée un coté classique à ces morceaux, les moody blues abusent du mellotron, un clavier qu’ils maitrisent à la perfection.

La richesse des sons que cet instrument procure allié à la beauté des mélodies et des textes font de « day of the future past » une œuvre pop d’une profondeur rarement égalée.
Et comme la recherche n’empêche pas forcément le succès, « night in white satin » atteindra le top des charts anglais.

Tient on la le premier album de rock progressif ?
La question n’a pas fini de faire débat mais, ne serait ce que pour la beauté de ses arrangement « days of the futur past » mérite largement son statut de classique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 923 fois
10 apprécient

BenjaminSpringsteen a ajouté cet album à 1 liste Days of Future Passed

Autres actions de BenjaminSpringsteen Days of Future Passed