Arriving Somewhere...

Avis sur Deadwing

Avatar Baptiste Demairé
Critique publiée par le

Deadwing, ce n'est pas le meilleur album au monde. Ce n'est même pas le meilleur album de Porcupine Tree, à mon sens. Pourtant, c'est celui que je préfère, celui qui m'est le plus personnel. Là où l'excellent In Absentia me semblait un peu trop lointain, je ressens une proximité rassurante avec cet album.

Il y a dans Deadwing ce que je préfère de Porcupine Tree : des morceaux courts orientés métal, mais pas trop, à l'image des excellents Shallow, Halo, et Open Car, des ambiances plus calmes, mais autant travaillées, avec Mellotron Scratch, Glass Arm Shattering, et l'excellente ballade Lazarus, mais surtout des morceaux progressifs puissants, avec The Start Of Something Beautiful, Deadwing, et surtout, le grandiose Arriving Somewhere But Not Here, la composition de Wilson que je préfère, tous projets confondus. Elle seule résume de la plus belle manière ce que j'aime dans cet album : une introduction planante, une ambiance réussie, une orientation métal dans le passage instrumental du milieu (et sincèrement, quel passage !) et un sens de la mélodie agréable et terriblement efficace.

Alors certes, on pourra reprocher à Deadwing certains riffs franchement peu subtils, certains passages plus maladroits que d'autres, mais l'ensemble est tellement prenant qu'on ferme vite les yeux sur ces quelques faiblesses. Et si dans la grande carrière de Wilson, Deadwing sera sans doute placé derrière des albums comme In Absentia, Fear Of A Blanck Planet ou encore The Raven That Refused To Sing (and other stories), il n'en reste pas moins mon album préféré fourni par le jeune britannique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 92 fois
1 apprécie

Baptiste Demairé a ajouté cet album à 3 listes Deadwing

Autres actions de Baptiste Demairé Deadwing