Les deux frères, rentrés dans MA légende...

Avis sur Deux frères

Avatar BestPanther
Critique publiée par le

Alors alors PNL, les deux frères qui sont arrivés dans le rap game et qui n'ont épargné PERSONNE. Que ce soit de par leur style de rap, leur absence dans les médias, leur clip (honnêtement, qui en janvier 2019 s'était préparé à voir deux rappeurs en haut de la Tour Eiffel le temps d'un clip ?), bref, rares sont les personnes qui ont pu passer à côté du "groupe de rap français phénomène". Evidemment, qui dit succès, dit haineux...j'y reviendrai plus tard...

Tout ça pour dire que le week-end du 5 avril 2019, comme tous les amateurs de rap, j'ai écouté le quatrième album des Deux Frères et...bah je l'ai écouté, point. Je ne m'étais pas rendu compte que cet album était non seulement l'un des meilleurs de l'année mais aussi un de mes albums préférés. Puis le 29 septembre 2019, je m'inscris sur Sens Critique, ce qui implique que je m'abonne à d'autres internautes, que je lis leur avis sur cet album. Ce qui finit par me pousser à la ré-écoute de l'album début décembre (oui je suis long à la détente) et depuis, impossible de me séparer de l'album, je suis complètement absorbé par certains sons, bref c'est devenue une vraie drogue. A tel point que je me suis senti obligé de transmettre mon ressenti par écrit et de le rendre public.....

L'autotune, un outil formidable

On commence par ce qui fait sûrement le plus débattre dans le rap actuel, l'autotune, ou le logiciel qui permet aux nazes qui savent pas chanter de pouvoir faire de la musique...et alors ? Il va vraiment falloir m'expliquer quel est le problème d'ouvrir un art, de le rendre plus accessible à ceux qui ont quelque chose à raconter. Ma deuxième passion étant le cinéma, je vais m'en servir d'exemple: quand Marvel a voulu avoir un Nick Fury jeune dans Captain Marvel, Samuel L. Jackson n'avait pas le talent de se rajeunir en un claquement de doigt, alors les réalisateurs ont fait appel à des logiciels (mais pas que) pour arriver à leur fin et ça n'a pas posé problème.
Ensuite, à mon sens, l'autotune est un moyen de donner de la forme au fond. Quand James Cameron utilise les effets numériques dans Terminator: Le Jugement Dernier, il le fait pour mettre en forme les messages qu'il a à faire passer, bah dans le rap c'est pareil. Et en l’occurrence, l'autotune est important pour PNL, pour la création de leur univers, pour se démarquer des autres, pour avoir une identité musicale et donner un intérêt à leur musique. Puis quand c'est aussi maîtrisé, on ne peut que fermer sa bouche et apprécier. Parce que oui, ne se le cachons pas plus longtemps, l'utilisation que fait le groupe de l'autotune est parfait, pour créer une mélodie entêtante, pour accentuer la tristesse des textes (j'suis désolé mais même s'ils parlaient de khapta stenda et tout le tralala dans A l'Ammoniaque, j'aurais quand même envie de me pendre), pour te faire planer ou pour tout simplement donner à chaque morceau une identité propre. Ici, le logiciel sert le fond et est indispensable pour faire du PNL.
Mais que serait l'utilisation de l'autotune sans les instrumentales ? Parce qu'au final, une instrumentale, c'est comme l'autotune, un moyen de donner une forme au fond donc tous ceux qui crachent sur l'autotune, bah soyez cohérents et crachez sur toutes les musiques. Bon bref, un peu de calme, rentrons dans le vif du sujet: les prods. Elles sont sublimes, elles se marient aussi bien avec le logiciel de modification de voix (oui, je me rends compte que j'ai beaucoup trop utilisé le mot "autotune") qu'avec les thématiques abordées. Et puis l'utilisation des instruments à corde sur A l'Ammoniaque et sur La Misère est si Belle, c'est juste un pur plaisir pour les oreilles. Combien de fois me suis-je laissé envoûter par la prod de La Misère est si Belle ? Réponse: beaucoup trop de fois.
En bref, ceux qui crachent sur le groupe et même sur le rap en général à cause de l'autotune, bah s'il vous plaît, arrêtez et essayez de comprendre qu'elle est utile en tout point et trouvez un argument plus valable. Parce que c'est ça qui est beau aujourd'hui, plus besoin de savoir pousser la chansonnette pour faire de la musique et/ou de faire passer des messages.

Une tristesse envahissante...

Deuxième argument des puristes: les rappeurs aujourd'hui n'ont plus rien à raconter. Réponse brève, efficace et sans prise de tête: lol. Forcément, si tu t'arrêtes au top 50 Spotify, tu vas trouver que niveau lyrics, ça a baissé considérablement en qualité. Mais vous voyez, derrière les Gambi, Heuss l'Enfoiré, Koba LaD, Jul et autres ambianceurs -efficaces, j'dis pas le contraire- à textes faibles, il y a des rappeurs qui recherchent encore leurs textes, qui essaient de leur donner une saveur, de leur donner une importance: Damso, Vald, Orelsan, Davodka...et bien évidemment: PNL. A partir du moment où vous vous dites que c'est du rap et que vous acceptez ses codes (un langage cru, qui ne cesse de se réinventer, l'omniprésence de la drogue et de tout ce qui colle à la vie en banlieue), vous pouvez apprécier pleinement le travail consacré à l'écriture. Dans cet album, les deux frères se livrent complètement à leur fan base et ils cherchent à nous toucher. Ils abordent notamment le temps qui passe, la peur de la mort:
"J'meurs dans un cauchemar exotique où la Terre ressemble à ma tombe"
"C'est peut-être mon dernier album, p't-être ma dernière puta
P't-être mon dernier sourire de toi"
"Le temps passe sur ton visage, le chrono' m'fait mal au bide"
"Le temps passera plus vite qu'hier"
"L'histoire s'ra courte à mon avis
Comme la dernière phrase de ma vie"
"Et le temps m'baise"
(ouais bon là, j'me suis pas trop creusé la tête)
"Même si j'meurs sur une plage, j'suis niqué pour la vie" (qui pourra être utilisé dans une autre thématique)
"J'écris ma vie, p't-être avant d'me faire fumer"
On a droit à un très beau couplet de N.O.S sur Chang, dans lequel il aborde son père, ce qu'il a vécu avec lui, sa relation:
"Laisse-moi toucher c'que t'as touché, laisse-moi aimer c'que t'as aimé
Et dans l'œilleton d'la porte j'aimerais passer
Pour juste une fois ressentir le passé
Revenir là où tout a commencé car on était aussi heureux, je le sais
J'aimerais sonner à la porte et voir ton visage
Sans les rides sur ton visage
Te prévenir de ce qui te fera du mal pour ne pas te voir souffrir toute ma vie"

Et c'est au tour d'Ademo de se confesser sur son père durant le 2ème couplet de Zoulou Tchaing:
"Baba, pour ton sourire, j'donnerais ma vie
Et p't-être même ma place au paradis
J'sais très bien qu'mon vécu n'est qu'un leurre
A côté d'ta vie de merde"
"Sur l'épaule, j'ai le Zoulou, pour pas oublier que j'tiens d'un roi
Ce monde serait moche sans toi, et j'refuse le paradis si t'y es pas
Putain ton cœur est fort, tu t'rappelles, on était tit-pe
Toi, t'avais l'tard-pé, tu nous disais "papa reviens d'ici peu"
J't'aime, j't'aime, j't'aime, j'rêve d'effacer tes cicatrices
Et pour sauver le monde entier, j'donnerai pas un grain d'ta vie"

Mais bordel, qui peut dire que c'est pas bien écrit là ? Sérieux, pour peu qu'on soit un peu sensible, on peut fondre en larme à la fin du son quoi :'( On découvre aussi que les frères éprouvent un certain dégoût vis-à-vis de l'homme qu'on peut retrouver dans le magnifique A l'Ammoniaque:
"Que Dieu nous pardonne pour nos crasses
Pour notre manque de compréhension
Envers l'Homme et sa putain d'race"
"Que j'aimerais leur tendre la main (mais)
Mais ces sauvages me la couperaient"
"Les anges sont tristes, l'démon kiffe"

Mais aussi sur d'autres morceaux:
"J’essaie de m'adoucir mais l'humain m'rend noir"
"L'être humain a failli m'dégoûter...
Puis je l'ai rencontré"

Ce qui rend l'album triste, c'est aussi le regret que les frères éprouvent face à leur vie d'avant, partagés entre la haine et la nostalgie:
"J'suis triste comme d'hab', fuck, c'est pas la peine de réfléchir"
"Hey, c'est la vie, la vie ma belle, wow, ce pauvre récit, moi, j'le trouve beau"
"Le gyro dans la ville, je ne crains rien loin de l'illicite mais j'traîne dans la rue parce que j'l'aime d'puis qu'j'l'ai tté-qui"
"Tu sais qu'est c'que j'aime, ce qui nous ressemble parce que la peine et la haine nous rassemblent"
"L'éducation de la cagoule, même si j'me barre, c’est tatoué"
"Peur d'mes sentiments, mon cœur se lasse vite, la lumière m'a appris que l'obscurité reste"

La phrase suivante résume bien tout le problème: "J'ai grandi dans le zoo, j'suis niqué pour la vie" montrant qu'ils ne peuvent pas se séparer de là d'où ils viennent. On peut entendre qu'ils utilisent aussi le champ lexical de la jungle dans plusieurs punchlines pour la comparer au quartier dans lequel ils ont grandi, symbolisant que c'est un endroit dangereux mais qui leur tient malgré tout à cœur quand ils se comparent aux animaux qui vivent dedans.
Les deux fauves évoquent aussi la solitude ou les gens qui tournent le dos/retournent leur veste:
"Face à ma solitude je tourne le dos à l'univers"
"La solitude c'est juste une te-pu"
"Les gens nous aiment un peu plus sans la misère"

Mais eux non plus ne sont pas parfaits et ils nous le font bien savoir, en exprimant leurs regrets:
"Et j'dis peace peace, mais avant j'disais plus, canon scié" Avant ils parlaient avec les flingues, maintenant ils cherchent la paix, preuve qu'ils évoluent, qu'ils deviennent plus sages.
"J'ai une mif à nourrir, pour ça que j't'ai fait sniffer la white" Ici ils trouvent une raison à leurs "méfaits"
"J'remplace centimes par sentiments
Mon cœur se transforme en billets"
Ce problème revient souvent dans l'album, l'argent, qui va jusqu'à remplacer les sentiments, il va les déshumaniser.
"J'crois que personne ne vit sans regrets" On peut pas faire plus explicite.
Et c'est tout ces problèmes qui vont aboutir sur la destruction du monde, ils le disent très clairement comme ils le disent en se servant de l'ange et du démon:
"Les anges sont tristes, l'démon kiffe"
"J'veux faire le bien, ça embête Lucifer"
"Faudrait un max de vie, eh, faudrait un max de vivres, merde, pour quitter l'ter-ter d'Lucifer"

Et ça rend tout ça d'autant plus triste quand on sait que le monde leur appartient (répété plusieurs fois dans l'album+un clip sur la Tour Eiffel, ils sont littéralement au dessus de tout le monde), ils n'auront désormais eu aucun moment de bonheur, si ce n'est dans la misère, idée qui conclut parfaitement l'album dans le son La Misère est si Belle (si on ne compte pas les sons bonus). Même l'amour ils n'y ont pas eu le droit:
"J'te laisserai l'temps d'me décevoir"
"Et le jour où j'parlerai d’amour, peut-être que j'me dirai que ça en valait la peine"
"Si t'es pas d'mon sang, pas sûr que j'pourrai t'aimer jusqu'à la mort"
même si plus ou moins, là c'est plus sur l'importance de la famille (très présent aussi)
"Quelques roses, beaucoup d’épines dans l'cœur"
Et c'est ça que je retiendrai de cet album, une profonde tristesse. Une profonde tristesse due à tout ce que j'ai évoqué avant:
-La mort
-La misère
-L'amour
-La famille
-La solitude
-L'humain
C'est vrai qu'ils n'ont pas la technique d'un Nekfeu ou les rimes acérés d'un Booba, mais dire que les chansons sont mal écrites, c'est le summum du foutage de g*. Parce que oui, les deux frères ont des choses à dire et ils arrivent à trouver les mots justes pour se faire comprendre. Et vous savez quoi ? J'ai beau avoir cité des phrases de leurs sons, j'en ai sûrement oublié...mais ce serait dommage de gâcher la découverte des ces vers.

En conclusion, c'est un très bon album, qui arrive à se renouveler à chaque son, dans lequel les interprètes osent se livrer sur tout, un album finalement aux antipodes du rap qui fonctionne le plus en ce moment: ici, c'est très compliqué de s'ambiancer (bon y'a quand même Menace, Hasta la Vista et 91's) et c'est très profond de par les thèmes abordés. Alors à tous ceux qui pensent détester le rap et en particulier PNL, je vous demanderai de leur donner une seconde chance et de faire attention à ce que vous écoutez et d'essayer de vous rendre compte de tout le travail fourni. Je vous promets que je suis dégoûté d'avoir sous-estimé l'album à sa sortie :'(

P-S: il est possible que cette critique soit améliorée plus tard, je n'en suis qu'à mes débuts en critique d'album donc y'a peut-être deux-trois trucs à améliorer mais j'ai fait mon possible pour faire passer mon ressenti sur cet album que je ne cesse de ré-écouter (deux fois pendant l'écriture de cette critique). Merci quand même d'avoir lu et si vous avez des retours à me faire, n'hésitez pas, même si c'est négatif, ça m'aidera à m'améliorer^^.
Pour ceux que ça intéresse, mon classement des sons: https://www.senscritique.com/liste/Classement_des_morceaux_de_l_album_Deux_Freres_de_PNL/2571831

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 196 fois
11 apprécient · 1 n'apprécie pas

BestPanther a ajouté cet album à 4 listes Deux frères

Autres actions de BestPanther Deux frères