Pochette Disraeli Gears

Critiques de Disraeli Gears

Album de (1967)

Sainte Trinité

Tout commence en 1966, lorsque Eric Clapton est encore chez les « Bluesbreakers » le groupe de John Mayall avec qui il ne sortira qu’un seul album (un monument du Blues britannique des années 1960). Mais lorsque ce disque sort, il n’est déjà plus là et vient de former l’un (le) des premiers « supergroupe » de l’histoire : « Cream » avec Ginger Baker à la batterie et Jack Bruce à la basse et... Lire l'avis à propos de Disraeli Gears

28 3
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Critique de Disraeli Gears par Marcel Kunwu

Un voyage vers les confins de l'acid rock. Avec des premiers morceaux qui ont marqué la musique des late 60s. Et des queues de comète de l'album qui ouvrent tout un champ de l'expérience musicale, assez symptomatiques de son époque. Lire l'avis à propos de Disraeli Gears

Avatar Marcel Kunwu
6
Marcel Kunwu ·

Critique de Disraeli Gears par nico94

Il faut rendre à Cream ce qui appartient à Cream, non seulement il fut un très bon groupe mais il fut novateur dans la deuxième moitié des 60's, un groupe important du blues rock et de l'acid rock, très en vogue à cette époque. Mais je trouve que par rapport aux Stones, aux Who et au premier Led Zeppelin la musique de Cream a moins bien vieilli (avis personnel vous pouvez ne pas être... Lire la critique de Disraeli Gears

1
Avatar nico94
7
nico94 ·

Trip sans acide

Après un premier album largement inspiré par le bleus cher à Clapton, Cream se laisse emporter par la grande vague psychédélique de 1967-68 qui frappe tous les groupe sur son passage. Disraeli Gears est l'album le plus psyché du groupe, et à mon sens le meilleur. Un album planant et onirique qui nous emmène au pays des rêves en couleurs, a l'image de "Dance the Night Away" dont les... Lire l'avis à propos de Disraeli Gears

1
Avatar BenByde
10
BenByde ·