Tu ne trouves pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Tu peux écrire à feedback@senscritique.com pour signaler une fiche manquante.

Avis sur

Enema of the State par TontonLamayo

Avatar TontonLamayo
Critique publiée par le

Résumé : probablement l'album ultime de pop punk, en tout cas un de ses canons et un des seuls à retenir. Les chansons, dépourvues d'originalité, restent diablement efficaces et la production léchée sans trop l'être rend le tout très jouissif.

Cet album représente un peu l'accomplissement du mouvement pop punk. Tous les éléments sont là et au top. Je trouve le pop punk souvent peu inspiré, et régulièrement chiant, mais là on a des chansons qui fonctionnent vraiment, qui sont mémorables et dans le bon sens du terme. La pochette vient couronner le tout en étant pop et iconique de la fin des années 90.

Les compos sont basiques et efficaces, elles proposent tout ce qu'on en attend, que ça soit au niveau du rythme, de la structure (avec souvent le typique couplet-refrain-couplet-refrain-pont-refrain) et des mélodies (mention spéciale aux suites d'accord bien classiques, dont la célèbre 1-5-6m-4 qu'on retrouve dans 4 chansons). Les mélodies rappellent des airs de chansons pour enfants, ce qui participe à leur caractère efficace et mémorable. D'ailleurs les meilleures chansons à mes yeux sont, sans forcément le vouloir, les plus basiques (3 accords et voilà). Dans ce style c'est sûrement pas en faisant plus compliqué qu'on fait mieux.

Les guitares claquent des power-chords et des mélodies à 3 notes. La batterie pète le feu et dirige très bien les chansons, mention à la caisse claire particulièrement marquante (la batterie représente pour moi un des points les plus attirants de l'album). Les chants du guitariste Tom DeLonge sont plus convaincants et marquants que ceux du bassiste Mark Hoppus. Cela dit l'alternance des 2 chanteurs relève le niveau de chacun, l'album serait moins intéressant avec uniquement un des 2 chanteurs.

L'album est produit et mixé par Jerry Finn, qui déjà avait travaillé sur Dookie de Green Day et Dear You de Jawbreaker. Ce gars est un peu à l'origine du son pop punk que tout le monde connait aujourd'hui. Il a ici réalisé une production adaptée à une distribution mainstream sans perdre le côté simple et efficace des chansons. Le son de cet album est à l'équilibre entre le son brut des débuts du pop punk et les productions plates et synthétiques du même mouvement dans les années qui suivront.

L'album propose des hits qui sont vraiment funs, jouissifs et qui justifient leur place dans les charts de l'époque.

Picks : All the Small Things, Dumpweed

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 218 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de TontonLamayo Enema of the State