👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Premier album très intéressant à mes yeux. Comme beaucoup de d'entre nous je connais Gringe par les casseurs flowters. Un vrai plaisir dand un premier temps de voir qu'il arrive à rompre totalement avec cet univers (même si certains, qui s'attendaient à un prolongement de cet environnement, vont nécessairement être déçus)
Déjà dans ses duo avec Orelsan, on repère une noirceur et un côté torturé plus présent chez Gringe (Orelsan incarne beaucoup plus les ego trips et l'auto destruction). Une facette qui se trouve décuplée dans cet album solo.
Pour l'album en lui même, j'ai l'impression que Gringe nous livre une première partie de ses tourments, autour d'un thème principal : les relations hommes / femme, pas moins de 6 sons, sur les 15 que contient l'album, abordent ce sujet. Une vraie réussite puisqu'il arrive malgré tout à ne pas se répéter, que ce soit dans "je la laisse faire" où il aborde les besoins et pulsions féminine qui sont bien souvent un poids pour les hommes, ou encore "retourne d'où tu viens", qui traite d'une forme de narcissime au féminin. Mais aussi "jusqu'où elle m'aime", qui met en avant une angoisse masculine face au fait d'être aimé, et évidemment "paradis noir" qui est le reflet de la cage psychique dans laquelle la pensée masculine peut parfois se laisser enfermer.
En bref je retiens cette thématique centrale et ô combien actuelle, qui est abordée avec brio et qui atteste (si c'était encore nécessaire) de la complexité de Gringe. thématique associée à d'autres pépites comme "scanner", ou "LMP" qui se centrent sur les drogue (bon ok, scanner c'est clairement pour son frère, mais étonnement on retrouve des points de contact entre sa façon d'aborder la maladie, et sa façon d'aborder les drogue). Ou encore "pièces détachées" qui brosse un tableau sincère d'une introspection sur le père et la paternité.
En définitive, avec ce nouvel album Gringe est à la hauteur de ce qu'on pouvoir attendre, même si les possibilités d'évolutions, d'approfondissement et de perfectionnement restent très présentes.

il y a 3 ans

Enfant lune
Arnoo
7
Enfant lune

Gringe, la polyvalence incarnée (Presque)

Après un succès musicale mérité avec les Casseurs Flowters ainsi qu'un début de carrière dans le milieu cinématographique, Gringe sort son premier album SOLO. "Enfant Lune" est une réussite, mêlant...

Lire la critique

il y a 3 ans

9 j'aime

4

Enfant lune
vomitspit
4
Enfant lune

Il est comme Luigi dans le premier Mario

La critique sera courte puisque ce que je reproche au dernier album d'Orelsan s'applique ici. On fait encore face à un rappeur qui complexe d'être un rappeur et veut absolument chanter. Textes...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

Enfant lune
Shengo
7
Enfant lune

La maladie de l'homme seul

Bordel : l'album est sorti , après un an de teasing en veux tu en voila on a droit au retour de gringe et l’entrebâillement de " Le mal est fait " de Comment c'est loin laisse place à un début de...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime