Plus que jamais de retour en forme.

Avis sur Everything Will Be Alright In the End

Avatar Pinkerton
Critique publiée par le

Weezer c'est pas si facile, mais ça l'est quand même! donc, c'est compliqué.. mais en dehors des deux premiers disques, ça se sépare souvent, ça se déchire chez les fans, ou non fans! la barrière de quand est ce le groupe a fait son dernier bon album change tout le temps, cela dépend de chacun, d'où il vient, et de ce qu'il accepte comme directions du groupe, mais je pense que là enfin on aura enfin un disque qui va mettre plus de gens d'accord, c'est déjà le cas, bien sur, c'est pas complètement d'accord partout, il y aura toujours une minorité, mais déjà dans les critiques et le retour des connaisseurs, alors que l'album a leaké récemment, mais déjà même avec les écoutes qui s'accumulent et un peu de recule, on peut dire que c'est le meilleur album du groupe depuis 1996!
bien sur, si vous connaissez suffisamment le groupe et surtout si vous prenez le temps de l'écouter l'album, pas comme certains. :)

C'est peut être pas le disque idéal commercialement pour cette époque, un gros retour aux guitares, un tas de solo partout, merde les mecs y'a même deux chansons instrumentales blindé de Rivers qui redevient amoureux de sa guitare, son premier amour! c'est pas ce qui se fait en ce moment dans la mode mainstream, mais ils s'en foutent, comme l'annonçait le single avec les paroles, bien qu'un single trop simplet dans la composition, ce disque a quelque chose à dire.

Que ça soit envers les fans, envers leur histoire avec la maison de disque Geffen, le pardon à travers son histoire avec son père qui revient, pour ses enfants ou sa femme aussi, puis les chansons traditionnels sur les filles, mais aussi de l'histoire d'un groupe ou même parfois des thèmes historique comme métaphore, intéressant, nouveau, il faut savoir que tout ça est dans le désordre dans l'album et qu'il est sans doutes intéressant de le revisiter avec un ordre par thèmes, enrichis par des bruits de radios ou des acteurs, des voix qui participe à l'ambiance du disque et nous prouve que c'est un album qui a quelque chose à dire au delà des mélodies qui restent en tête du début à la fin.

Alors est ce que c'est Pinkerton 2 ou quoi? non, et il n'y en aura jamais bien sur ! tout comme Jay Z ne fera pas d'autres Reasonable Doubt! c'est simple, leur vie personnel ont développé depuis et que c'est ceci qui font vivre leur musique et leur paroles, après rien n'empêche la créativité et autres, certes, mais Rivers n'est plus le même et le fait savoir, il est en paix avec son père, il a une femme et des enfants, il a la méditation pour le calmer, il est dans la quarantaine, bon voilà quoi.

Sur cet album il y a un sort de mariage dans les sons, à la fois un retour oldschool, ce retour de guitares aux sons crunchy mais mis avec une créativité pas loin de l'album rouge où joue avec les structures des chansons, mais aussi des nouvelles idées et de nouveaux sons, une goutte de prog rock par là, du piano plus présent que jamais je pense, un passage reggae/Queen-esque surprenant mais qui marche, du retour de l'acoustique en mode folk, du synthé, mais quelques éléments traditionnel du groupe qui reviennent comme l'harmonica, ça faisait longtemps, ça fait du bien et c'est rafraichissant!

Faut savoir que Ric Ocasek revient à la production! (leader du groupe mythique The Cars qui a produit le premier album de Weezer le bleu, et leur comeback album en 2001 le vert, deux grands succès commercial) bien que parfois le son est un peu "brickwall", mais sans doutes pas de sa faute, plus celle du mixing et mastering, un des petit rares reproches que je ferais au disque mais Ric a fait un superbe boulot de son côté! l'album est à la fois nouveau, et offre divers directions mais grâce à l’effort de groupe et la production de Ric reste très cohérent du début à la fin, un album à part entier qui nous donne le sentiment que c'est le premier vrai disque du groupe depuis l'album rouge en 2008, ce n'est pas qu'une impression en fait, c'est un fait, mais le rouge souffre d'un manque de cohérence, celui ci règle cela et garde le meilleur de Weezer de la décennie des années 2000 avec des chansons qui ramène à divers périodes parfois, mais le tout sous un autre angle tout de même, l’exemple le plus frappant est la catchy Lonely Girl qui ramène tout de suite à l'album vert, mais cette fois, ça respire, le son est moins formaté, ça tourne en rond comme toute les chansons de cette formule mais le solo ne répète plus la mélodie des couplets, et il a un dernier couplet qui casse du reste avec juste Rivers sa voix et sa guitare, un côté Nirvana, bref dans ce genre de détails aussi, on a du ancien Weezer comme du nouveau à travers, en dehors de cela que dire de la trilogie finalement, avec deux chansons instrumentales d'entre elles (The Wasteland et Return To Ithaca, titres par ailleurs références à T.S. Eliot et The Odyssey) avec des murs de solos de guitares, monstrueux et aussi bon que tout ce que le groupe a pu faire auparavant musicalement.

Dans le désorde: surprise sur Go Away de quoi j'en attendais pas plus après le teaser, duo avec Bethany Cosentino de Best Coast, une chanson qui sonne à la fois tellement Best Coast mais Weezer en même temps, un tube potentiel qui marche vraiment, le pont en mode 50's est très beau! The British Are Coming avec une intro sublime qui rappellerais presque la création de Pinkerton, le reste de la chanson par moments devient plus rock de stade, malgré un refrain d'une mélodie magnifique et dramatique fidèle à Rivers, j'ai mis du temps mais ça devient parmi mes préférées de l'album, le solo sur celle ci est fantastique est mon favoris de l'album, mention aussi à Pat et Scott, batteur et bassiste qui font un superbe travail à travers le disque et se lâche de nouveau, le groupe est là! pas que Rivers! Brian aussi qui présente de belle performances en backing vocal, à voir le second couplet de Lonely Girl ou Go Away, ainsi que quelques très beaux moments sur Foolish Father (un moment touchant de l'album qui dévoile l'origine du titre de l'album) où il chante magnifiquement bien "Forgive your foolish father"/"You are his daughter" en réponse au chant lead de Rivers.

C'est marrant de constater aussi que sur pas mal de titres de l'album les refrains répètent le titre de la chanson, mais à travers les écoutes ça me gène pas du tout cette simplicité à la Nirvana tant la mélodie est là et efficace, oui ça reste pop mais y'a des détails qui bouscule cela, un bon équilibre à travers l'album.

Ain't Got Nobody est sans doutes l'ouverture d'un disque de Weezer le plus solide depuis Tired Of Sex, on retrouve le groupe comme jamais à travers cette chanson qui va droit au but, avec tout de même une certaine structure intéressante et un solo qui annonce la couleur de l'album, ça envoie tout de suite! Eulogy For A Rock Band, qui serait un hommage à Oasis? Rivers dit que le groupe en question a duré 15 ans.. une chanson plus classique rock mais efficace et single potentiel, le pont est superbe, je miserais sur Da Vinci aussi, cette chanson c'est la version féminine de Pork And Beans, le même déguisement instrumental, avec la même attaque du pré refrain de la guitare électrique "PAPAM PAM" mais avec une mélodie et paroles plus romantiques, qui serait à propos d'une muse et pas d'une fille, Cleopatra est top est une aussi qui me scotch, quelque part je trouve que c'est la plus album bleu de l'album, j'adore cette intro folk, l'un des meilleurs solos de guitare de l'album dessus aussi, et ce refrain en tempo 5/4! bien penser, et I've Had It Up To Here! ce titre co écrit avec Justin Hawkins des Darkness, oui hein, autant le dire, car ça sautera aux oreilles! voilà qui est bon pour remettre Rivers en falsetto et que c'est bon, cette transition vers ce refrain bien séparé du côté plus dansant des couplets, ce pont avec ce solo! enchainé d'un passage reggae-sque/Queen-esque comme je disais donc, une composition alors bien solide, complète et riche, pousser avec les paroles très franches, envers Geffen la maison de disques qui les tenait, ou plutôt dire, retenait si longtemps! un doigt d'honneur avec classe.

Bref, peu de titres à zapper, peut être sur la longue j'en serais lasser pour de bon du single Back To The Shack malgré la chouette partie du solo et je zapperais, mais même Anonymous dont j'ai pas beaucoup parler car pas très fan je m'y fais avec, elle commence bien mais part dans plein de sens en trop peu de temps, trop gourmand? les hey hey hey sont très vite déroutant à la première écoute, mais ça va petit à petit, et la première partie, avec son refrain restera toujours en tête, c'est bon aussi ça, ce retour plus fréquent de double chant grave/aigue qui faisait la marque de fabrique des débuts du groupe qu'on retrouve par moments sur ce disque! j'aimerais avant tout féliciter Rivers aussi pour sa performance vocale sur cet album où il frappe les notes les plus aigües, plus que jamais, un beau retour en falsetto! j'adore.

En tout cas pas vraiment de moment faible sur le long du disque, un bon rythme, pas de ballades, Weezer ont faim et ceci est peut être leur nouveau départ, ils donnent enfin envie de voir vers l'avenir pour de bon cette fois, faut savoir qu'ils le font autant que nous: ils ont une mini tournée en Amérique pour jouer l'album live du début à la fin! ça c'est cool, on va de l'avant les mecs :) vivement la suite, et aussi vivement un retour en Europe, ça va faire 10 ans les gars.

=W=

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 939 fois
31 apprécient · 6 n'apprécient pas

Pinkerton a ajouté cet album à 3 listes Everything Will Be Alright In the End

Autres actions de Pinkerton Everything Will Be Alright In the End