Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

LE succès commercial

Avis sur Eye in the Sky

Avatar TheNetoFox
Critique publiée par le

Après l'excellent "The turn of a friendly card", le groupe attend 2 ans avant de sortir un nouvel album, qui deviendra leur plus grand succès, "Eye in the sky". Avec ce disque, The Alan Parsons Project s'éloigne un peu plus du rock progressif, et en même temps, on ne peut pas leur en vouloir quand on voit la notoriété que le morceau titre va leur apporter.

Tout commence avec "Sirius", l'instrumental qui va préparer à l'arrivée du morceau titre. Cette introduction est devenue tout aussi célèbre que le titre qui suit, à tel point qu'il a servit pendant des années à annoncer l'arrivée sur le terrain des joueurs des Chicago Bulls en NBA. En même temps, il s'y prête à fond, tout monte crescendo avec l'apparition progressive de nouveaux instruments qui donnent une dimension assez épique à l'ensemble.
Puis "Eye in the sky", chanson qui ne plaisait pas à Alan Parsons au départ, il a fini par l'accepter devant l'insistance d'Eric Woolfson. Et comme il a eu raison. La chanson inspire le bien être, on est en phase avec la voix de Woolfson et sa rythmique mémorable. J'ai toujours l'impression qu'elle donne de l'espoir. Ce n'est pas le plus grand succès du groupe pour rien.
Par la suite, "Children of the moon" est plus progressif et pop, moins mémorable, malgré un refrain dont les paroles s'inscrivent vite dans le crâne. "Gemini" est une chanson tout en douceur, presque dépouillée de tout son, limite planante et apaisante.
"Silence and I" est en revanche une chanson d'envergure, Woolfson chante encore en harmonie parfaite avec les instruments d'un orchestre entier, en témoigne la grande partie instrumentale qui intervient au milieu du morceau. C'est assez grandiose et ça donne toute son ampleur au morceau.
L'album continu avec "You're gonna get your fingers burned", plutôt pop qui reste sympa mais vers lequel on ne revient pas forcément tout de suite. Ce qui n'est pas le cas de "Psychobabble" et ses accents rock et de son refrain entêtant. "Mammagamma" est certainement quant à lui l'instrumental le plus connu du Project, la mélodie est efficace et provoque quasi obligatoirement le balancement de la tête. L'avant dernier morceau de l'album, "Step by step" nous réentraine par contre vers un terrain plus pop assez sympa, une bonne chanson qui s'écoute facilement.
Enfin, "Old and wise" clôture l'album de la plus magistrale des manières. Cette ballade entonnée par Colin Blunstone est d'un romantisme sans égal. L'orchestration est sublime et le final au saxophone provoque un grand moment d'émotion.

En fin de compte, même s'il s'agit de l'album le plus connu de The Alan Parsons Project, ce n'est pourtant pas le plus complet. Néanmoins, il est indéniable qu'il contient plusieurs des titres les plus renommés du groupe. Il mérite amplement sa réputation et mérite d'être écouté.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1930 fois
12 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de TheNetoFox Eye in the Sky