Chef d'oeuvre parmi les Chef d'oeuvres

Avis sur Fragile

Avatar # YMC
Critique publiée par le

L'un des albums références qui ont contribué à définir le ProgRock'. Il allie technicité hors pair, inventivité des arrangements, influences classiques revendiquées, maîtrise des techniques d'enregistrement et de mixage, émotion et énergie.
Fraichement débarqué dans le groupe, Rick Wakeman finit de dimensionner le projet musical de Yes et superposera des couches de claviers, Moog, Mellotron, orgues en tout genre. Il revisite avec virtuosité le "3ème mouvement de la quatrième Symphonie en Mi mineur" de Johannes Brahms, dès la 2ème piste de l'album ! Ce qui peut paraître osé sur un album Rock, mais le Prog' tout juste naissant (le premier album de King Crimson, en 1969, est considéré comme le point de départ du mouvement), n'a pas finit de nous surprendre.
Autre aspect et non des moindres, les nombreuses lignes vocales superposées de Jon Anderson sont époustouflantes ("We Have Heaven" en particulier), sans parler de la clarté de son timbre que l'on connait déjà particulièrement depuis The Yes Album l'année précédente).

Fragile a l'avantage d'être moins déroutant que ne le seront ses successeurs de par un format qui reste acceptable par un public non averti. Neuf plages alternant longues et courtes pistes. Pour l'amateur de Mélodies plus que de Climat, la forme n'est ici jamais rédhibitoire. La section rythmique (Chris Squire/Bill Bruford) est impressionnante et instantanément reconnaissable. Ces deux là maitrisent le contre-point comme nul autre à cette époque. Les signatures rythmiques pas toujours évidentes n'en sont pas déroutantes pour autant.
N'oublions pas Steve Howe qui, à la manière de Steve Hackett, est aussi à l'aise à la guitare classique, qu'à la folk ou l'électrique. Il sait prendre l'instrument, quel qu'il soit, avec ses spécificités, pour en faire le prolongement parfait de ses doigts. Un monde entre sa pièce solo "Mood For A Day" et le monstrueux "Heart Of The Sunrise". Howe sait tout faire.

Mood for a life.

"Roundabout", "South Side Of The Sky", "Long Distance Runaround", restent à jamais des pièces musicales tant ingénieuses que mélodieuses, dont on ne se lasse pas. L'album devait avoir vingt ans (et moi dix) quand je l'ai découvert, et il reste l'un des opus que j'ai le plus écouté depuis.

La production d'Eddie Offord est majestueuse, mettant en relief le travail de chacun des membres, le tout dans un ensemble cohérent et paressant limpide. Peut-on parler de Travail ? L'album, aussi complexe soit-il en terme de compositions, glisse pourtant à nos oreilles avec sorte de facilité fascinante, presque déconcertante. Deux explications possibles : Un travail de titan ou un don 'divin' !

En terme de jeu, il est évident chez Yes qu'il s'agit d'un apprentissage de chaque instant, s'étalant depuis bien des années et qui porte ici ses fruits. C'est du moins ce qui ressort de la biographie de Bill Bruford... Et on y croit vraiment.
Si intervention divine il y a, c'est uniquement le fait d'avoir mis ces cinq mecs sur la même route !

L'objet très joliment 'designé' par Roger Dean, est une des merveilles du RockProg' qu'il est concevable de ne pas aimer follement (quoi que), mais impensable de ne pas connaître.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1037 fois
16 apprécient

# YMC a ajouté cet album à 1 liste Fragile

  • Albums
    Illustration Mes Albums Références...

    Mes Albums Références...

    Pas d'ordre particulier, ces albums ont traversé ma vie, à différentes périodes de celle-ci et me sont, du coup, incontournables.....

Autres actions de # YMC Fragile